Ex­po uni­ver­selle : « A Hol­lande de dire :

Jean-Ch­ris­tophe Fro­man­tin,

Aujourd'hui en France - - POLITIQUE - Propos recueillis par FLO­RENCE HUBIN ET HEN­RI VERNET

APRÈS UN EU­RO 2016 plu­tôt réus­si, don­nant une belle rampe de lan­ce­ment à la can­di­da­ture de Pa­ris pour les JO, le chef de l’Etat pour­rait an­non­cer of­fi­ciel­le­ment demain la can­di­da­ture de la France pour l’Ex­po­si­tion uni­ver­selle de 2025. C’est du moins ce qu’es­père ce­lui qui a ini­tié ce pro­jet il y a quatre ans, Jean-Ch­ris­tophe Fro­man­tin. Dé­pu­té-maire (DVD) de Neuilly, il a mo­bi­li­sé au­tour de cette can­di­da­ture des cen­taines d’élus, d’en­tre­prises, des étu­diants de grandes écoles et plus de 100 000 Fran­çais dans son co­mi­té de sou­tien. De­man­dez-vous à Fran­çois Hol­lande de se pro­non­cer clai­re­ment en fa­veur de l’Ex­po­si­tion uni­ver­selle ? JEAN-CH­RIS­TOPHE FRO­MAN­TIN. On est dans la pé­riode of­fi­cielle des dé­pôts de can­di­da­tures, on at­tend qu’il dise : « Ça y est, on y va ! » Nous avons de l’avance sur les autres p a y s , n o u s s o mmes prêts. C’est comme le dé­part d’une course où le pre­mier qui est prêt peut par­tir. Si on at­tend les autres, on di­mi­nue son avan­tage. La maire de Pa­ris Anne Hi­dal­go est contre. Ce­la peut tor­piller votre can­di­da­ture ? Les deux points qui l’in­quié­taient sont ré­glés, ils concernent la gou­ver­nance et le fait que l’Ex­po­si­tion soit sur plu­sieurs sites. Le Pre­mier mi­nistre a de­man­dé que tout le monde soit au­tour de la table. On s’est mis d’ac­cord sur un GIP (NDLR : un grou­pe­ment d’in­té­rêt pu­blic) re­grou­pant l ’ as­so­cia­tion Ex­po France, la Ville de Pa­ris, la Mé­tro­pole du Grand Pa­ris, la ré­gion Ile-de-France et l’Etat. Ce­la a été va­li­dé par l’Etat. Je ne sais pas en­core si la mai­rie de Pa­ris l’a acc e p t é . Quant a u deuxième point, il y a trois ans nous avions ima­gi­né un pro­jet sur plu­sieurs sites. Mais on ris­quait de nous re­pro­cher un trai­te­ment i né­qui­table des pays ex­po­sants. Nous avons donc pré­fé­ré le concept de vil­lage glo­bal, où tous les pays sont trai­tés équi­ta­ble­ment, avec le même type de pa­villon et la même sur­face d’ex­po­si­tion, sur un site du Grand Pa­ris. Cinq lieux tra­vaillent sur l’ac­cueil de ce vil­lage glo­bal dont Aul­nay (Sei­neSaint-De­nis), Sa­clay (Es­sonne), Marne-la-Val­lée (Seine-et-Marne)… Anne Hi­dal­go craint sur­tout que cette can­di­da­ture nuise à la celle de Pa­ris pour les JO 2024… Le fait d’être can­di­dat à des JO et à une Ex­po­si­tion uni­ver­selle n’est pas un pro­blème mais un atout. Ce­la dé­montre une dy­na­mique de grand pro­jet. En France, en 1900, il y avait à la fois l’Ex­po­si­tion uni­ver­selle et les Jeux olym­piques. En 1992, l’Es­pagne a eu les JO à Bar­ce­lone et l’Ex­po uni­ver­selle à Sé­ville. En outre, les JO, c’est une can­di­da­ture de Pa­ris et de la Seine-Saint-De­nis, l’Ex­po­si­tion uni­ver­selle, une can­di­da­ture de toute la France : le Grand Pa­ris mais aus­si 16 mé­tro­poles. Il se­rait donc ex­trê­me­ment dé­li­cat qu’un pro­jet pa­ri­sien ait un im­pact né­ga­tif sur un autre pro­jet qui bé­né­fi­cie à tout le pays. En­fin, ce­la re­pré­sente 23 Mds€ d e r e t o mbées é c o n o miques e t 160 000 em­plois du­rables, se­lon les études d’un groupe d’ex­perts.

« 23 Mds€ de re­tom­bées éco­no­miques et 160 000 em­plois du­rables »

Au dé­part, la maire de Pa­ris était contre les JO et pour l’Ex­po, qu’est-ce qui a pu la faire chan­ger d’avis ? Des rai­sons po­li­tiques ? J’ai beau­coup de mal à com­prendre ce chan­ge­ment de pied. Le pro­jet a été mon­té dans un vrai consen­sus po­li­tique. J’ai aus­si beau­coup de sou­tien à gauche : Bru­no Le Roux ( NDLR : pat r o n des dé­pu­tés PS), Luc Car­vou­nas (sé­na­teur vall­siste), Mar­tine Au­bry, Fran­çois Reb­sa­men (maire de Di­jon, proche de Hol­lande)… Cette cri­tique se­rait une tor­pille fa­tale ? Je ne crois pas, car la dé­ci­sion fi­nale re­vient au pré­sident de la Ré­pu­blique. Je n’ima­gine pas qu’il laisse tor­piller un pro­jet qui concerne toute la France par un seul ac­teur, fut-il la maire de Pa­ris. At­ten­dez-vous de Fran­çois Hol­lande un mes­sage très clair dès ce 14 Juillet ? Oui. Qu’il an­nonce qu’il va en­voyer la lettre d’in­ten­tion à l’Ex­po­si­tion uni­ver­selle de 2025. Mon­sieur le pré­sident, nous sommes prêts, à vous, main­te­nant, de prendre la dé­ci­sion. @Hen­riVer­net

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.