« J’ai pris le manche d’un Ra­fale »

DÉ­FI­LÉ. Ex­cep­tion­nel­le­ment, notre re­por­teur a vo­lé à bord du cé­lèbre avion de chasse, le temps d’une ré­pé­ti­tion du dé­fi­lé aé­rien du 14 Juillet. Et le pi­lote lui a confié les com­mandes !

Aujourd'hui en France - - POLITIQUE - Entre Saint-Di­zier (Haute-Marne) et Châteaudun (Eure-et-Loir) De notre en­voyé spé­cial à bord du Ra­fale PHILIPPE DE POULPIQUET

PRO­PUL­SÉ à 700 km/h, l’avion cabre vio­lem­ment vers le ciel. La com­bi­nai­son spé­ciale « an­ti G » se gonfle. « Ça sert à com­pres­ser les cuisses, pour que ton sang ne tombe pas dans les pieds et conti­nue à ir­ri­guer le cer­veau », souffle le pi­lote. Le ca­pi­taine Pierre, sur­nom­mé Mi­net’, en­caisse avec ai­sance les 6G de gra­vi­té (6 fois le poids de son corps).

Mer­cre­di 22 juin, au-des­sus de Châteaudun (Eure-et-Loir), une par­tie des 57 avions et 30 hé­li­co­ptères de l’ar­mée de l’air et de la ma­rine ré­pé­taient pour le dé­fi­lé aé­rien du 14 Juillet. « La piste de Châteaudun ma­té­ria­lise les Champs-Ely­sées », ex­plique le ca­pi­taine Pierre, pi­lote de Ra­fale bi­place de l’es­ca­dron 1/7 Pro­vence, spé­cia­li­sé dans la dé­fense aé­rienne. Cinq Ra­fale dé­collent de Saint-Di­zier pour re­joindre les avions ve­nus d’autres bases aé­riennes. Sur la droite, l’aile du Ra­fale de Fouq’s, le lea­deur, se ba­lance à 5 m à peine. « En pa­trouille ser­rée comme ça, on sait faire des bar­riques », lâche le pi­lote qui, sans pré­ve­nir, amorce un tour sur lui-même. Le so­leil tour­noie dans le cock­pit, la tête tourne, la chute est ver­ti­gi­neuse. « Ce qui me plaît dans ce mé­tier, c’est de vo­ler sur une ma­chine hors du com­mun ! » dit-il.

En mis­sion l’hi­ver der­nier au-des­sus de l’Irak et de la Sy­rie, ce père d’une fillette de 3 ans confie : « Mes hob­bies ? J’aime bien al­ler à la pêche, tout seul, mais on se fait des wee­kends en fa­mille. » Au bout de dix mi­nutes, la tour Eif­fel ap­pa­raît dé­jà sous l’aile gauche. Pour le dé­fi­lé, les ap­pa­reils se re­groupent les uns au- des­sus des autres dans une zone d’at­tente. « On va en­trer dans le dis­po­si­tif et tour­ner dans le cir­cuit, il y a beau­coup de monde, il faut faire vrai­ment gaffe », pré­vient Mi­net’. A la ra­dio, l’heure H du pas­sage est annoncée par Etoile, nom de code du com­man­dant du dé­fi­lé, le gé­né­ral Jean-Ch­ris­tophe Zim­mer­mann. Les jets s’élancent par pe­tits groupes pour ra­ser la piste de Châteaudun. C’est au tour des cinq Ra­fale de sur­vo­ler ces Champs-Ely­sées fic­tifs. Concen­tré, Mi­net’ garde l’oeil ri­vé sur l’aile de son lea­deur tou­jours 5 m à droite. En une frac­tion de se­conde, l’es­ca­drille se dis­loque. Le sol dé­file, 150 m au-des­sous du cock­pit exi­gu. « Vas-y, tire sur le manche », pro­pose Mi­net’. Le le­vier tombe sous la main à droite, sem­blable à un gros joys­tick de jeu vi­déo. Une pres­sion et la ré­ponse du su­per­so­nique est ins­tan­ta­née. Le Ra­fale tourne sur lui-même. « Vas-y ! jus­qu’au bout… Ni­ckel ! » Tête à l’en­vers, l’ap­pa­reil se re­met à plat, avant de re­prendre son cap.

« Une ma­chine hors du com­mun » « Vas-y ! » « Ça gaze ou bien ? »

« Je vais te mon­trer la post­com­bus­tion », pré­vient Mi­net’. Sou­dain, les deux ré­ac­teurs poussent la car­lingue de dix tonnes, en 5 se­condes le Ra­fale passe de 500 à 700 km/h. Tête col­lée au siège, Mi­net’ amorce un violent vi­rage à droite, la ver­rière siffle, les vis­cères sont com­pri­més, le corps vidé de son éner­gie. Des étoiles sur­gissent dans le champ de vi­sion qui semble se ré­tré­cir, comme lors­qu’on se lève brus­que­ment de son ca­na­pé. Pau­pières lourdes, sen­sa­tion de nau­sée… « Ça gaze ou bien ? » : la voix de Mi­net’ et la fin du vi­rage donnent le si­gnal pour re­prendre son souffle et sur­tout ses es­prits.

Le dé­fi­lé se­ra demain l’oc­ca­sion de fê­ter les 100 ans des es­ca­drilles de l’ar­mée de l’air. « Moi, j’ai en­core quatre à cinq ans de­vant moi en es­ca­dron de com­bat. Ça m’au­ra fait dix an­nées. On n’a pas en­vie d’ar­rê­ter, c’est juste ma­gni­fique ! » souffle Mi­net’. le­pa­ri­sien.fr

A 700 km/h, notre re­por­teur a pu ex­pé­ri­men­ter le ton­neau, lorsque l’avion tourne sur axe. Im­pres­sion­nant et éprou­vant !

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.