Achat im­mo­bi­lier : gare à la fis­ca­li­té lo­cale !

LO­GE­MENT. Les taux très bas in­citent les Fran­çais à de­ve­nir pro­prié­taires. Mais dans cer­taines villes, les im­pôts lo­caux peuvent consi­dé­ra­ble­ment aug­men­ter la fac­ture.

Aujourd'hui en France - - ÉCONOMIE - VIC­TOR TASSEL

AT­TEN­TION AU PIÈGE. Lors­qu’on achète un lo­ge­ment, il faut faire at­ten­tion au prix du mètre car­ré, au taux de cré­dit, aux charges, à l’en­tre­tien de l’im­meuble… sans ou­blier les t a x e s f on­cièr e e t d’ ha­bit a t i on. Meilleur­taux.com a pu­blié une étude, hier, sur l’im­pact de la fis­ca­li­té lo­cale sur le fi­nan­ce­ment d’un bien à Pa­ris, Lille, Stras­bourg, Mont­pel­lier, Tou­louse, Nantes, Bor­deaux, Lyon, Mar­seille et Nice. « Nous consta­tons, en ef­fec­tuant le cal­cul, que les taux fis­ca­li­té lo­cale com­prise sont clai­re­ment très au-des­sus des taux du seul cré­dit ban­caire », re­marque Maël Ber­nier, porte-pa­role de Meilleurs­taux.

Chiffres à l’ap­pui

La rai­son est simple : si les taux sont au plus bas, la fis­ca­li­té lo­cale, elle, est glo­ba­le­ment en hausse. En moyenne, les im­pôts lo­caux re­pré­sentent 167 € de plus par mois à ac­quit­ter se­lon l’étude. Leur poids va­rie tou­te­fois beau­coup d’une ville à l’autre. La moins tou­chée est Pa­ris. Le prix au mètre car­ré y est, certes, le plus éle­vé, mais grâce aux nom­breuses en­tre­prises qui y sont ins­tal­lées, la fis­ca­li­té est la plus lé­gère des grandes mé­tro­poles. Dans la ca­pi­tale, la note men­suelle s’alour­dit — seule­ment — de 93 €.

En re­vanche, à Mont­pel­lier — la ville la plus chère —, il faut dé­bour- ser 216 € par mois en plus ! Le taux de cré­dit passe en moyenne de 1,70 % à 4,05 %, soit presque trois men­sua­li­tés s up­plé­men­taires… Même chose à Bor­deaux, où on n’em­prunte pas à 1,61 %, mais à 3,35 %. Ache­ter dans ces villes, ré­gu­liè­re­ment ci­tées dans le pal­ma­rès des lieux où il fait bon vivre, a un coût.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.