Pa­ris à l’épreuve de la mé­thode Eme­ry

Ami­cal.

Aujourd'hui en France - - SPORTS - Schlad­ming (Au­triche) De notre en­voyé spé­cial FRÉ­DÉ­RIC GOUAILLARD

AU TERME d’un stage de six jours à Schlad­ming (Au­triche), le PSG s’est im­po­sé hier soir face à une équipe mixte de West Brom­wich Al­bion (2-1). Pa­ris a évo­lué avec une for­ma­tion ra­jeu­nie en pre­mière pé­riode et une autre plus aguer­rie après la pause, avec Ra­biot et Lu­cas qui ont don­né la vic­toire. Mais au-de­là du ré­sul­tat, anec­do­tique, on com­mence à y voir plus clair dans la mé­thode Eme­ry.

Deux sché­mas tac­tiques pour l’ins­tant. Lors de la pre­mière pé­riode face aux An­glais, le PSG a évo­lué en 4-2-3-1, le sché­ma tac­tique pri­vi­lé­gié par Unai Eme­ry à Va­lence puis à Sé­ville, avant de bas­cu­ler en 4-3-3. Dans cette confi­gu­ra­tion, et avec plu­sieurs joueurs de la sai­son der­nière, le club de la ca­pi­tale s’est lo­gi­que­ment sen­ti plus à l’aise. « J’ai beau­coup par­lé avec le staff, je sais que l’équipe jouait en 4-3-3 la sai­son der­nière, donc c’est plus com­mode pour le mo­ment, a ex­pli­qué Eme­ry. Le 42-3-1, c’est un sys­tème où Ben Ar­fa ou Pas­tore se sentent bien. Ce sont donc les deux sys­tèmes que nous al­lons tra­vailler. »

Ben Ar­fa en me­neur de jeu. L’en­traî­neur basque a pour pro­jet d’uti­li­ser la nou­velle re­crue dans une po­si­tion axiale. En pre­mière pé­riode, dans le 4-2-3-1, Ben Ar­fa évo­luait comme me­neur de jeu, avant de se po­si­tion­ner comme at­ta­quant axial dans le 4-3-3, le poste qui se­ra dé­vo­lu à Ca­va­ni. « Pour Ben Ar­fa, je crois que c’est mieux d’évo­luer en 10, confie Eme­ry. Il est ca­pable de jouer en 9, mais aus­si sur un cô­té et en­suite de ren­trer dans l’axe. La po­ly­va­lence, c’est im­por­tant. » Le Fran­çais a en tout cas créé des dif­fé­rences hier mais il a man­qué de pré­ci­sion. « J’ai es­sayé d’ap­por­ter mes qua­li­tés », ra­conte HBA.

Les en­sei­gne­ments de la mé­thode Eme­ry. C’est en­core em­bryon­naire mais, par ins­tants, on a pu dis­cer­ner hier ce que sou­haite mettre en place le nou­veau tech­ni­cien. On l’a sou­vent vu ha­ran­guer Lu­cas, et d’autres joueurs, afin qu’ils exercent un pres­sing co­or­don­né et ain­si ré­cu­pé­rer le bal­lon très haut. De la même ma­nière, sur les phases of­fen­sives, les la­té­raux (Sa­ba­ly et Kur­za­wa d’abord, puis Au­rier et Max­well) ont joué au ni­veau, voire plus haut que leurs at­ta­quants de cou­loir. Eme­ry ap­porte aus­si un soin par­ti­cu­lier aux coups de pied ar­rê­tés dé­fen­sifs et of­fen­sifs qu’il tra­vaillait en­core avec ses joueurs, cinq mi­nutes avant le dé­but du match. « Le pres­sing, les sor­ties de balles, les pla­ce­ments of­fen­sifs et dé­fen­sifs, on a tra­vaillé énor­mé­ment de choses de­puis dix jours », ré­sume Yous­souf Sa­ba­ly.

Mar­co Ver­rat­ti pour­rait ré­cu­pé­rer le nu­mé­ro 10 lais­sé va­cant de­puis le dé­part de Zla­tan Ibra­hi­mo­vic. La dé­ci­sion n’a pas en­core dé­fi­ni­ti­ve­ment prise par le club qui hé­site en­core entre le pro­dige ita­lien et Ja­vier Pas­tore.

Schlad­ming (Au­triche), hier. Sous le dé­luge, le nou­veau coach du PSG, Unai Eme­ry (à droite), dis­tille ses conseils au Pa­ri­sien Da­vid Luiz, qui a mar­qué contre son camp lors du match ami­cal contre les An­glais de West Brom­wich Al­bion.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.