Plu­tôt Par­ker ou Ri­ner ?

Aujourd'hui en France - - SPORTS - SAN­DRINE LE­FÈVRE

TO­NY PAR­KER, TED­DY RI­NER, Re­naud La­ville­nie… Le vote pour dé­si­gner le porte-dra­peau pour les Jeux olym­piques de Rio ( 5 au 21 août) a dé­bu­té hier soir et, pour la pre­mière fois, ce sont des spor­tifs qui vont le choi­sir. Une liste de 52 vo­tants — où fi­gurent no­tam­ment Thier­ry Omeyer, Gé­vrise Emane, Gw­la­dys Epangue, Florent Ma­nau­dou, Vincent Luis et Elo­die Clou­vel — éta­blie par les Fé­dé­ra­tions. Ceux-ci sont ap­pe­lés à se pro­non­cer d’ici au 21 juillet. Ils n’ont pas à li­vrer le nom de leur chou­chou mais à at­tri­buer des points (3, 2 ou 1) à 3 can­di­dats. Une nuance qui per­met­trait, no­tam­ment, d’évi­ter qu’un can­di­dat ne se dé­tache trop fa­ci­le­ment.

Car ano­din sur le pa­pier, le choix du porte-dra­peau consti­tue un vé­ri­table en­jeu pour le mou­ve­ment spor­tif. En 2012, c’est une com­mis­sion qui avait choi­si Lau­ra Fles­sel, après un dé­bat très ani­mé entre les par­ti­sans de l’épéiste, qui sou­hai­taient ré­com­pen­ser une mé­daillée d’or olym­pique, et ceux de To­ny Par­ker, fa­vo­rables à un spor­tif au rayon­ne­ment in­ter­na­tio­nal. Quatre ans plus tard, le di­lemme est iden­tique avec en sus la né­ces­si­té pour l’heu­reuse ou l’heu­reux élu(e) de pro­mou­voir la can­di­da­ture pa­ri­sienne aux JO de 2024.

Un ca­hier des charges exi­geant

Cette fois, beau­coup de spor­tifs voient en Ted­dy Ri­ner, cham­pion olym­pique et 8 fois cham­pion du monde, le porte-dra­peau idéal. Mais cer­tains di­ri­geants élus au Co­mi­té n a t i o n a l o l y mp i q u e fran­çais (CNOSF) lorgnent To­ny Par­ker, pas (en­core ?) mé­daillé olym­pique mais connu dans le monde en­tier.

Le CNOSF n’a d’ailleurs pas man­qué de trans­mettre, avant le dé­but du vote, à ceux qui se se­raient bien vu en­dos­ser le rôle de porte-dra­peau, une liste d’obli­ga­tions… et de contraintes. Par­mi les­quelles : une pré­sence à Rio du­rant toute la du­rée des Jeux ; une dis­po­ni­bi­li­té vis-à-vis des mé­dias d’après un plan­ning éta­bli par le CNOSF et une prise de pa­role lors de pré­sen­ta­tion à la presse in­ter­na­tio­nale de la can­di­da­ture de Pa­ris aux JO de 2024 (les spor­tifs non spé­cia­listes, en­core, du dos­sier en sont pour leurs frais). En­fin, si les can­di­dats rem­plis­saient tous les cri­tères pré­cé­dents, ils doivent aus­si se trou­ver à Pa­ris le 24 juillet (de 19 à 23 heures) à l’oc­ca­sion de l’ar­ri­vée du Tour de France, le jour où, pré­sence des ca­mé­ras oblige, le nom du porte-dra­peau se­ra an­non­cé.

Un ca­hier des charges in­édit et exi­geant qui a frei­né l’élan de cer­tains. La moi­tié des 18 spor­tifs pré­sen­tés à l’élec­tion par leur Fé­dé­ra­tion res­pec­tive s’est ain­si re­ti­rée de la course. Reste dé­sor­mais en lice 9 can­di­dats*, re­pré­sen­tants seule­ment 5 dis­ci­plines… quatre fé­dé­ra- tions ayant éton­nam­ment choi­si de pré­sen­ter deux can­di­dats. * Les 9 can­di­dats : Mé­li­na Ro­bertMi­chon et Re­naud La­ville­nie (ath­lé­tisme) ; To­ny Par­ker et Cé­line Du­merc (bas­ket) ; Cé­ci­lia Ber­der et Gau­thier Gru­mier (es­crime) ; Lau­ra Georges et Wen­die Re­nard (foot­ball) ; Ted­dy Ri­ner (ju­do).

Pa­ris, le 25 sep­tembre 2015. Si To­ny Par­ker et Ted­dy Ri­ner rêvent des JO à Pa­ris en 2024, ils sont au­jourd’hui tous les deux can­di­dats au rôle de porte-dra­peau pour les Jeux qui dé­mar­re­ront à Rio le 5 août.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.