Jean-Marc Mo­ran­di­ni va de­voir s’ex­pli­quer

SCAN­DALE. Re­trou­ve­ra-t-on l’ani­ma­teur à la ren­trée sur Eu­rope 1 ? Au len­de­main de l’en­quête des « In­ro­ckup­tibles » sur ses pra­tiques dou­teuses, d’autres té­moins se ma­ni­festent. Par­mi eux, Jo­na­than.

Aujourd'hui en France - - TÉLÉVISION ET MÉDIAS - Me Thier­ry Val­lat SAN­DRINE BAJOS (AVEC CA­RINE DI­DIER)

JEAN-MARC MO­RAN­DI­NI va de­voir écour­ter ses va­cances à Chi­ca­go, aux Etats-Unis. Il est at­ten­du de pied ferme à Pa­ris cette se­maine par Eu­rope 1 qui l’a som­mé de ren­trer après l’en­quête sul­fu­reuse des « In­ro­ckup­tibles », pu­bliée hier, se­lon la­quelle il au­rait abu­sé de son sta­tut de star du PAF pour in­ci­ter de jeunes co­mé­diens à se dé­nu­der et à se li­vrer à des at­ti­tudes sca­breuses, en les em­bau­chant pour une web­sé­rie, « les Fau­cons », sur la vie « sans ta­bou » de foot­bal­leurs en ban­lieue.

« Stu­pé­fait » par ces al­lé­ga­tions, Fa­bien Na­mias, le di­rec­teur gé­né­ral d’Eu­rope 1, où l’ani­ma­teur tra­vaille de­puis treize ans et anime trois heures de di­rect le ma­tin — sur les mé­dias puis la san­té —, at­tend « des ex­pli­ca­tions de vive voix ». « On ne peut pas ima­gi­ner qu’un quel­conque soup­çon pèse sur Eu­rope 1 », a in­sis­té hier le pa­tron de­vant sa ré­dac­tion.

Même ex­pec­ta­tive au sein de la chaîne NRJ 12, où l’ani­ma­teur de 50 ans est cen­sé pour­suivre son émis­sion de fait di­vers « Crimes » et lan­cer un autre ren­dez-vous heb­do­ma­daire à la ren­trée. « Mo­ran­di­ni est quel­qu’un que j’ap­pré­cie beau­coup. Nous lui fai­sons confiance tant que rien n’est avé­ré », nous af­fir­mait hier soir Jean-Paul Bau­de­croux, pa­tron du groupe NRJ.

La « présomption d’in­no­cence » est éga­le­ment in­vo­quée par la di­rec­tion i>té­lé, où Mo­ran­di­ni est cen­sé of­fi­cier à la ren­trée, de 18 heures à 19 heures. Des jour­na­listes de la chaîne d’info es­timent tou­te­fois que « la pro­duc­tion d’une web­sé­rie por­no soft est in­com­pa­tible avec la pré­sen­ta­tion d’une tranche d’info en pleine an­née pré­si­den­tielle ».

Le scan­dale pour­rait bas­cu­ler dans le champ ju­di­ciaire. Des co­mé­diens en­vi­sa­ge­raient un re­cours en justice. Ils sont en contact avec Me Thier­ry Val­lat qui nous a confir­mé vou­loir « étu­dier le dos­sier à tête re­po­sée avec les jeunes ac­teurs ». Se­lon l’homme de loi, « deux pro­blèmes graves se posent d’un point de vue lé­gal : l’un pour tra­vail dis­si­mu­lé et non ré­mu­né­ra­tion, et l’autre sur la ma­nière dont le cas­ting et le tour­nage ont été réa­li­sés ». Pour ce spé­cia­liste du droit du tra­vail, « les mé­thodes sont cho­quantes et Jean-Marc Mo­ran­di­ni de­vra s’en ex­pli­quer ». Se­lon lui, « l’ani­ma­teur a clai­re­ment abu­sé de son sta­tut et de son au­to­ri­té pour at­ti­rer ces jeunes gar­çons sur le tour­nage ».

« Les Fau­cons » de­vaient comp­ter 8 épi­sodes de dix mi­nutes. Quatre ont été tour­nés mais seule­ment 3 ont été dif­fu­sés. Dans le deuxième, que nous avons vi­sion­né, six jeunes foot­bal­leurs sont sa­di­sés par une coach cas­tra­trice. Suit une séance de douche in­ter­mi­nable cen­trée sur « la taille de l’en­gin » puis, plus tard, une scène de mas­tur­ba­tion dans un lit.

La sé­rie fait tour­ner de jeunes co­mé­diens qui ont cru que leur car­rière al­lait dé­col­ler en tra­vaillant avec Jean-Marc Mo­ran­di­ni. Se­lon nos in­for­ma­tions, un seul était mi­neur, Vic­tor, dans « les Fau­cons », mais il avait l’au­to­ri­sa­tion de sa mère.

Si, de­puis la publication de l’en­quête, d’autres té­moi­gnages sont ve­nus étayer la thèse se­lon la­quelle Jean-Marc Mo­ran­di­ni au­rait exer­cé des pres­sions, ce­lui de Ma­thieu, 18 ans, éga­le­ment au gé­né­rique des « Fau­cons », dé­note. « Je peux vous dire qu’il n’y avait rien de por­no. Les ac­teurs étaient libres de faire ce qu’ils vou­laient sans pres­sion, nous a écrit hier ce­lui qui af­firme avoir tour­né dans 4 épi­sodes. Je n’ai pas été ma­ni­pu­lé, je n’ ai s ubi au­cun chan­tage et l es scènes de nu ne m’ont pas po­sé de pro­blème car nous sommes tous do­tés plus ou moins des mêmes at­traits phy­siques. » Il ra­conte avoir ren­con­tré à plu­sieurs re­prises JeanMarc Mo­ran­di­ni « dans des lo­caux en face d’Eu­rope 1, à Ro­land Gar­ros et sur son émis­sion Face à France sur NRJ 12 ».

Reste que les langues com­mencent à se dé­lier, la twit­to­sphère s’em­balle et que « les In­ro­ckup­tibles » pro­mettent dé­jà de nou­velles ré­vé­la­tions sur l’ani­ma­teur dans leur pro­chain nu­mé­ro.

« L’ani­ma­teur a clai­re­ment abu­sé de son sta­tut et de son au­to­ri­té »

Jean-Marc Mo­ran­di­ni est ac­cu­sé d’avoir in­ci­té les jeunes ac­teurs d’une web­sé­rie qu’il pro­duit à se dé­nu­der et à se li­vrer à des at­ti­tudes sca­breuses.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.