Quand Ay­rault res­sus­cite Sad­dam Hus­sein

Aujourd'hui en France - - POLITIQUE - A.D.

RIEN NE RES­SEMBLE plus à un dic­ta­teur… qu’un autre dic­ta­teur. Sur­tout lors­qu’ils portent tous les deux la mous­tache. Le pa­tron de la di­plo­ma­tie fran­çaise s’est un peu em­mê­lé les pin­ceaux hier, lors d’une brève in­ter­view sur France 2, en marge du dé­fi­lé du 14 Juillet. Alors qu’il était in­ter­ro­gé sur la si­tua­tion en Sy­rie, Jean-Marc Ay­rault a évo­qué « le drame d’Alep qui est aujourd’hui en­cer­clé, as­sié­gé par les troupes de Sad­dam Hus­sein ». Il s’agit évi­dem­ment de celles de Ba­char al-As­sad, le san­gui­naire raïs de Da­mas, et non pas de ce­lui qui fut pré­sident de l’Irak de 1979 à 2003, avant d’être exé­cu­té par pen­dai­son en 2006. « C’est un lap­sus », in­dique l’en­tou­rage du mi­nistre des Af­faires étran­gères.

Dur, dur le rythme de mi­nistre des Af­faires étran­gères

Reste que la sor­tie du pa­tron du Quai d’Or­say a en­flam­mé la Toile et sus­ci­té une dé­fer­lante de com­men­taires va­chards sur les ré­seaux so­ciaux. D’au­tant que la langue de l’ex-Pre­mier mi­nistre avait dé­jà four­ché. En mars, un mois après sa no­mi­na­tion, Ay­rault avait évo­qué le groupe « Ja­mal alNos­ra », à la place de « Ja­bat al- Nos­ra », or­ga­ni­sa­tion dji­ha­diste af­fi­liée à Al-Qaï­da. Une « co­quille » qui se­rait sans doute pas­sée in­aper­çue si elle n’avait pas été pro­non­cée par le mi­nistre en charge des Af­faires étran­gères. Ce der­nier est tou­te­fois as­treint à un rythme qui ex­plique que son at­ten­tion se re­lâche par­fois. Entre le 13 fé­vrier et le 30 juin, il a ef­fec­tué pas moins de 46 dé­pla­ce­ments, vi­si­té 30 pays et 39 villes. Dé­coif­fant pour le ger­ma­no­phone qui, l’es­pace d’un ins­tant, en a per­du son la­tin !

Le lap­sus de Jean-Marc Ay­rault, pa­tron de la di­plo­ma­tie fran­çaise, évo­quant, sur France 2, les troupes de Sad­dam Hus­sein as­sié­geant Alep, a en­flam­mé la Toile.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.