Un « coffre-fort de l’apocalypse » au pôle Nord

Aujourd'hui en France - - SOCIÉTÉ - V. MD

SI L’AN­TARC­TIQUE fe­ra bien­tôt of­fice de congé­la­teur à mor­ceaux de glaciers, les fron­tières de l’Arc­tique, elles, servent dé­jà de re­fuge aux es­pèces vi­vrières du monde en­tier. A 1 100 km du pôle Nord, sur l’île nor­vé­gienne du Spitz­berg dans l’ar­chi­pel du Sval­bard, une ré­serve mon­diale de se­mences sur­nom­mée le « coffre-fort de l’apocalypse » a été inau­gu­rée en 2008. Dans ce bun­ker an­ti­ato­mique creu­sé dans le flanc de la mon­tagne est ain­si pré­cieu­se­ment conser­vée une co­pie de sau­ve­garde des vé­gé­taux de la pla­nète qui, à l’ave­nir, pour­raient dis­pa­raître, vic­times des bou­le­ver­se­ments cli­ma­tiques ou des ac­ti­vi­tés hu­maines des­truc­trices. Près d’un mil­lion d’échan­tillons dorment à ce jour dans cette arche de Noé vé­gé­tale. Ses trois chambres fortes (et froides) de cha­cune 27 m de long peuvent en ac­cueillir jus­qu’à 4,5 mil­lions. Par 120 m de pro­fon­deur, les graines pro­ve­nant de tous les sols de la Terre, y com­pris de Co­rée du Nord, re­posent dans des sa­chets her­mé­tiques. Elles sont ca­pables de ré­sis­ter à plu­sieurs siècles.

Un co­fi­nan­ce­ment entre les Etats et des par­ti­cu­liers

Dans ce sou­ter­rain à l’abri des trem­ble­ments de terre, la tem­pé­ra­ture y est constante : - 18 °C. Le pro­jet est fi­nan­cé par les Etats, mais aus­si des fondations mon­diales, à l’ins­tar de celle du mil­liar­daire amé­ri­cain créa­teur de Mi­cro­soft Bill Gates. L’au­tomne der­nier, ce tré­sor agri­cole, pi­lo­té no­tam­ment par le gou­ver­ne­ment de Nor­vège et un ins­ti­tut fon­dé sous l’égide de l’Or­ga­ni­sa­tion des na­tions unies, a été en­ri­chi des va­rié­tés de blé et d’orge de Sy­rie me­na­cées, à Alep, par les at­taques de Daech. Si elles ve­naient à être anéan­ties sur leurs terres na­tales, elles pour­raient res­sus­ci­ter au Ma­roc ou au Li­ban.

Ile du Spitz­berg (Nor­vège). En­fouies sous la mon­tagne par - 18 °C, des mil­lions de se­mences du monde en­tier sont sto­ckées en pré­voyance de ca­tas­trophes.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.