L’heure de Pouille

Quart de fi­nale de Coupe Da­vis.

Aujourd'hui en France - - SPORTS - JÉ­RÉ­MIE PAVLOVIC

« UN CHOIX LO­GIQUE. » C’est ain­si que Yan­nick Noah jus­ti­fie sa dé­ci­sion d’ali­gner pour la pre­mière fois Lu­cas Pouille en Coupe Da­vis, à l’oc­ca­sion du quart de fi­nale en Ré­pu­blique tchèque, qui dé­marre aujourd’hui. « Lu­cas s’im­pose en simple de­puis quelques se­maines. Je l’ai choi­si pour ses ré­sul­tats et sa mo­ti­va­tion. » Pour­tant, il y a peu, en­vi­sa­ger un tel bap­tême du feu pour le pro­té­gé de l’en­traî­neur Em­ma­nuel Planque au­rait sem­blé peu plau­sible.

L’ex­plo­sion au plus haut ni­veau du na­tif de Grande-Synthe (Nord) est ré­cente. Elle re­monte à quatre mois. En mars lors du pre­mier tour de Coupe Da­vis, en Gua­de­loupe face au Ca­na­da, il poin­tait au 88e rang mon­dial. Aujourd’hui, il est 21e au clas­se­ment ATP, qua­trième Tri­co­lore der­rière Jo-Wil­fried Tson­ga (10e), Richard Gas­quet (14e) et Gaël Mon­fils (17e), mais devant son prin­ci­pal concur­rent pour une place en simple, Si­mon (28e). Un bond qui s’ex­plique par ses per­for­mances dans les tour­nois ma­jeurs (dont une fi­nale per­due ATP à Bu­ca­rest) et un ré­cent quart de fi­nale à Wim­ble­don. Consé­quence, au clas­se­ment, Pouille est même de­ve­nu le troi­sième meilleur joueur de moins de 23 ans, der­rière Do­mi­nic Thiem (22 ans, 9e) et Nick Kyr­gios (21 ans, 18e). De nets pro­grès qui l’amènent aujourd’hui à ho­no­rer sa pre­mière ti­tu­la­ri­sa­tion en équipe de France.

Bi­zu­tage sur une chan­son de Louise At­taque

En l’ab­sence de Gas­quet et Mon­fils, tous les deux bles­sés, son in­té­gra­tion chez les Bleus s’est par­fai­te­ment dé­rou­lée, ai­dé par le ca­pi­taine Yan­nick Noah, qui l’a conseillé sur le cir­cuit l’an pas­sé. « J’ai été très bien ac­cueilli dans cette équipe, je suis très heu­reux d’en faire par­tie. J’ai hâte d’être sur le ter­rain », a as­su­ré hier le Nor­diste, qui s’est plié au tra­di­tion­nel bi­zu­tage en in­ter­pré­tant, lors du dî­ner of­fi­ciel, la chan­son « Je t’em­mène au vent » de Louise At­taque.

Si Lu­cas Pouille confirme son sta­tut d’es­poir du ten­nis fran­çais, sa pré­co­ci­té n’est pas in­édite. A 22 ans et 4 mois, il ac­cuse même un peu de re­tard sur Gas­quet et Mon­fils. Au même âge, ils avaient dé­jà rem­por­té res­pec­ti­ve­ment 28 et 24 vic­toires en Grand Che­lem, contre seule­ment 6 pour Pouille. En re­vanche, seul le Bi­ter­rois a dé­cou­vert la Coupe Da­vis avant lui, à 19 ans. Si­mon a at­ten­du ses 24 ans et Tson­ga presque 23 ans. Le no­vice confie vivre « un rêve de gosse » qui de­vien­dra réa­li­té cet après-mi­di. Es­pé­rons que ses pre­miers pas en Ré­pu­blique tchèque à Tri­nec ne res­sem­ble­ront pas à ceux de Gilles Si­mon. En 2009, à Os­tra­va, pour son pre­mier match de Coupe Da­vis, ce der­nier alors clas­sé au 8e rang mon­dial avait per­du ses deux simples face à Ber­dych et Ste­pa­nek, moins bien clas­sés que lui à l’époque.

Lu­cas Pouille, qui a at­teint les quarts de fi­nale à Wim­ble­don, est aujourd’hui ali­gné pour la pre­mière fois en Coupe Da­vis.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.