Phi­lippe Gou­gler dé­voile ses pé­pites

Aujourd'hui en France - - TÉLÉVISION ET MÉDIAS - Propos recueillis par CA­RINE DI­DIER

EN DEUX SAI­SONS, Phi­lippe Gou­gler a par­cou­ru plus d’une quin­zaine de pays pour « Faut pas rê­ver », le ma­ga­zine de voyage de France 3. Ce soir, le sym­pa­thique globe-trot­teur pro­po­se­ra un re­tour sur ses ex­pé­riences avec le pre­mier de ses trois « Tours du monde » de l’été. A la clé, un mé­lange de re­por­tages sur les cinq conti­nents qui ont dé­jà été dif­fu­sés et d’images inédites, « des pé­pites que l’on avait gar­dées et que l’on adore », pré­cise le pré­sen­ta­teur. Des plages de Ba­li au dé­sert de Na­mi­bie, de l’Hi­ma­laya aux rives du Mis­sis­sip­pi, il nous ra­conte.

Sa découverte la plus in­croyable

« Je ne connais­sais pas la Na­mi­bie, confie le pré­sen­ta­teur. C’est à tom­ber par terre en termes de pay­sages : des dé­serts de sable avec des dunes de toutes cou­leurs qui se jettent dans la mer, comme dans les rêves, et par­fois une oa­sis avec des fla­mants roses. C’est su­blis­sime. Et là-bas, il n’y a au­cune bar­rière. »

Ses plus belles ren­contres

« Pour moi, les ren­contres sont des pe­tits mo­ments de grâce, comme lorsque j’étais à mo­to dans l’Hi­ma­laya avec un mo­tard si heu­reux de me mon­trer cette autre fa­cette du pays ! ju­bile Phi­lippe Gou­gler. J’avais l’image dure des glaciers et j’ai dé­cou­vert à 3 000 m des pay­sages plus doux, des gens ado­rables. Rou­ler à mo­to der­rière ce gar­çon qui ra­con­tait des tas d’anec­dotes don­nait un sen­ti­ment de li­ber­té to­tale. Une com­pli­ci­té s’est créée. Un pur bon­heur. » En Pa­poua­sie, le voya­geur a aus­si été sur­pris par ces femmes qui pré­pa­raient une fête. « La Pa­poua­sie, c’est l’ul­time fron­tière. Là-bas, vous chan- gez de monde ! Mais il a suf­fi de quelques mi­nutes pour échan­ger avec ces femmes pa­poues qui m’ont fait es­sayer des plumes, ra­con­té leur vie. On se rend compte qu’on a des va­leurs com­munes. Il ne faut pas avoir peur de l’autre et dès lors le lien se tisse. »

Sa plus forte émo­tion

« Sans nul doute dans le Grand Nord ca­na­dien. J’y ai dé­cou­vert une sen­sa­tion nouvelle. Dans ce dé­sert blanc à l’in­fi­ni, si vous res­tez de­hors plus de trois heures à - 39 °C, vous êtes mort. Sor­tir est une aven­ture et ce­la crée une so­li­da­ri­té in­ouïe entre les gens. Cha­cun porte un re­gard bien­veillant sur l’autre pour vé­ri­fier qu’il n’est pas en dan­ger, veiller sur lui. C’est très émou­vant. »

Son plus grand rêve

« Je suis at­ti­ré par les pays du Nord et j’ai­me­rais al­ler au Groen­land, mais aus­si en Chine, où je ne suis ja­mais par­ti. »

Phi­lippe Gou­gler a par­cou­ru une quin­zaine de pays pour l’émis­sion « Faut pas rê­ver » sur France 3. Ce soir, il re­vient sur son tour du monde dans une émis­sion qui mé­lange re­por­tages et images inédites.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.