Fo­lie meur­trière

Aujourd'hui en France - - NICE 14 JUILLET - JEAN-MA­RIE MONTALI

Un acte ter­ro­riste est un acte ter­ro­riste. Est-ce que le tueur de Nice était « fra­gi­li­sé psy­cho­lo­gi­que­ment », un « dés­équi­li­bré » ? Quelle drôle de ques­tion ! Et Me­rah, et Cou­li­ba­ly, et les meur­triers du 13 No­vembre, ces tueurs de Juifs et de ca­ri­ca­tu­ristes, ces as­sas­sins d’ho­mo­sexuels et d’ama­teurs de rock, pour­raient donc être des gens « équi­li­brés » ? Ces voyous ra­tés, ces dea­leurs mi­nables, ces pe­tites frappes frus­trées de­ve­nues des as­sas­sins de masse sans au­cun fré­mis­se­ment de conscience, des êtres « équi­li­brés » ? Les sbires de la secte des égor­geurs, adeptes du cler­gé de la bombe et du poi­gnard, des êtres « équi­li­brés » ? Le ter­ro­risme est une fo­lie meur­trière qui, le 14 juillet à Nice, a broyé 84 vies, dont celles de dix en­fants. Parce qu’ils font ça aus­si : tuer des en­fants, un jour de fête. On dit que le ter­ro­riste de Nice ai­mait la sal­sa. Abaaoud, lui, ai­mait l’al­cool et Sa­lah Ab­des­lam est, d’après son pre­mier avo­cat belge, un « petit con de Mo­len­beek » avec « l’in­tel­li­gence d’un cen­drier vide ». Ça ne les a pas em­pê­chés de suivre à la lettre les consignes de Daech : nous tuer de toutes les fa­çons pos­sibles. Parce que nous sommes des gens libres. jm­mon­ta­li@le­pa­ri­sien.fr @jean­ma­rie­mon­tal

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.