« Dis pa­py, c’était un rêve, non ? »

Ma­tias,

Aujourd'hui en France - - NICE 14 JUILLET - CH.B.

Jeu­di, peu après 22 h 30, Ma­tias est sur la pro­me­nade des An­glais. « Dis pa­py, c’était un rêve, non ? On est en train de rê­ver, hein ? » Voi­là les pre­miers mots que le gar­çon de 10 ans a adres­sés à son grand-père, Jean-Noël. Une mi­nute plus tôt, le ca­mion blanc lan­cé à toute vi­tesse au ni­veau du pa­lais de la Mé­di­ter­ra­née l’avait pro­je­té sur le bi­tume, lui, sa soeur Eva, 14 ans, Jean-Noël et son épouse. « Eva a été très cho­quée, le petit était conscient mais un peu dans les vapes, ré­sume le pa­py. Le ca­mion est pas­sé à un mètre à peine de nous, mais tel­le­ment vite que j’ai cru au dé­part, en voyant tom­ber tous ces gens, qu’il s’agis­sait d’une bombe », ex­plique le re­trai­té, en fai­sant les cent pas de­vant l’hô­pi­tal où sont soi­gnés ses deux pe­tits-en­fants. Ces der­niers en sont quittes pour des plâtres et un trau­ma. Mais sur­tout, Ma­tias au une ques­tion : « Où est Ni­co­las ? » Le gar­çon veut re­trou­ver le jeune mi­li­taire, ma­rin, qui s’est oc­cu­pé de lui pen­dant trois heures après l’at­taque, dans un pa­lais de la Mé­di­ter­ra­née trans­for­mé en hô­pi­tal de cam­pagne avec vue sur la mer. « Il lui a même fait ca­deau de son in­signe, pour lui don­ner de la force ! », ra­conte Jean-Noël, en sor­tant de sa poche la pré­cieuse mé­daille — une sorte d’étoile brillant au so­leil, avec une flèche au mi­lieu. Et de sa­luer la so­li­da­ri­té dont ont fait preuve ceux qui ont croi­sé la route de la pe­tite fa­mille après le drame. « Les po­li­ciers, les soi­gnants ont été for­mi­dables, sou­ligne le couple. Et d’autres aus­si : ma pe­tite-fille a per­du son té­lé­phone dans la pa­nique, et quand on a es­sayé d’ap­pe­ler au­jourd’hui, quel­qu’un a dé­cro­ché pour nous le rendre. Des gens qui nous ont ai­dés hier sont aus­si pas­sés à l’hô­pi­tal ce ma­tin pour prendre des nou­velles. » Au­jourd’hui, ce se­ra au tour des pa­rents de Ma­tias et d’Eva de ser­rer dans leurs bras leurs en­fants : ils ont pris le pre­mier avion, de­puis leur do­mi­cile de la Gua­de­loupe, pour les re­trou­ver.

Le jeune bles­sé cherche le ma­rin qui s’est oc­cu­pé de lui pen­dant trois heures

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.