22 h 45, le ca­mion fou dé­bouche

Les festivités du 14 Juillet ont été stop­pées bru­ta­le­ment, lorsque Mo­ha­med La­houaiej Bouh­lel est ar­ri­vé à pleine vi­tesse au vo­lant d’un 19 t. Ré­cit d’une soi­rée qui a tour­né au cau­che­mar.

Aujourd'hui en France - - NICE 14 JUILLET - PAS­CALE ÉGRÉ, AVEC CLÉ­MENT RE­NARD ET M.G. (À NICE)

UN CA­MION FOU lan­cé dans la foule, une poi­gnée de mi­nutes et des di­zaines de vies dé­vas­tées… A la dou­ceur d’un 14 juillet ni­çois le long de la baie des Anges a suc­cé­dé le chaos. Au sou­rire des en­fants, l’hor­reur et les larmes. Lin­da, une Suisse de 54 ans, ins­pec­trice de douanes. Fa­ti­ma, Ma­ro­caine et Ni­çoise de 60 ans, mère de sept en­fants. Em­ma­nuel, 48 ans, com­mis­saire de la PAF. Mi­chaël, un pro­fes­seur lor­rain de 28 ans, et trois de ses proches… Se­lon le bi­lan pro­vi­soire don­né hier à 17 heures par le pro­cu­reur Fran­çois Mo­lins, 84 per­sonnes, dont dix en­fants et ado­les­cents, sont mortes jeu­di soir à Nice (Alpes-Ma­ri­times). Par­mi les 202 bles­sés, 52 per­sonnes se trou­vaient en état d’ur­gence ab­so­lue, dont 25 en ré­ani­ma­tion. Ré­cit. Sur la pro­me­nade des An­glais, le feu d’ar­ti­fice vient à peine de s’ache­ver. Il est 22 h 30. Quelque 30 000 per­sonnes — es­ti­vants, Ni­çois et tou­ristes étran­gers — sont ve­nues ad­mi­rer le spec­tacle. Le long de la cé­lèbre ave­nue qui borde la mer, dont une par­tie a été pié­ton­ni­sée, on dé­am­bule en fa­mille, en amou­reux ou en so­lo. Les tem­pos des concerts de la Prom’ Par­ty rythment la nuit. « C’était une soi­rée co­ol. L’am­biance était bonne. Le feu d’ar­ti­fice plu­tôt chouette. Les ga­mins je­taient des ga­lets dans l’eau… » dé­crit Da­mien Al­le­mand, jour­na­liste à « Nice-Ma­tin » dont le bou­le­ver­sant té­moi­gnage a par­cou­ru la Toile.

Sou­dain, de­puis le quar­tier Ma- gnan, un ca­mion blanc sur­git sur la pro­me­nade des An­glais. Il est en­vi­ron 22 h 45. C’est un 19 t, lan­cé à vive al­lure, type vé­hi­cule fri­go­rique. Au vo­lant, un homme seul : Mo­ha­med La­houaiej Bouh­lel. Ce Tu­ni­sien de 31 ans, ma­rié et père de fa­mille, chauf­feur-li­vreur de pro­fes­sion, ré­side à Nice. L’en­gin avec le­quel il va se­mer la mort a été loué le 11 juillet à une en­tre­prise de Saint-Laurent-duVar et de­vait être ren­du le 13 juillet. Ce jour-là, des images de vi­déo­sur­veillance le montrent sta­tion­né dans le quar­tier Au­riol, à l’est de Nice. Le 14, à 21 h 34, La­houaiej Bouh­lel vient le ré­cu­pé­rer. « Il est ar­ri­vé seul, à vé­lo », a pré­ci­sé hier le pro­cu­reur de Pa­ris. A 22 h 30, le ca­mion par­vient au quar­tier Ma­gnan. Puis se di­rige vers le front de mer… « Au loin, un bruit. Des cris… Une frac­tion de se­conde plus tard, un énorme ca­mion fi­lait à une al­lure folle sur les gens, don­nant des coups de vo­lant pour fau­cher un maxi­mum de per­sonnes… J’ai vu des corps vo­ler comme des quilles de bow­ling sur son pas­sage. En­ten­du des bruits, des hur­le­ments que je n’ou­blie­rai ja­mais », dé­crit Da­mien Al­le­mand. « J’ai en­ten­du un boum, je me suis re­tour­née et, là, j’ai vu un ca­mion qui fon­çait et des corps qui vol­ti­geaient. Il rou­lait vite. C’était hor­rible. J’ai vu un père avec son en­fant de 2 ans dans les bras. Le petit était mort », ra­conte Na­jate, une Ni­çoise de 52 ans. « Il a tra­cé tout droit pen­dant 2 km. C’était le chaos ab­so­lu », confient d’autres té­moins.

« La che­vau­chée sur­réa­liste a dé­bu­té en de­hors du pé­ri­mètre de sé­cu­ri­té », ex­plique un syn­di­ca­liste po­li­cier pré­sent aux festivités avec sa fa­mille. Le ca­mion meur­trier per­cute ses pre­mières vic­times peu après l’hô­pi­tal Len­val. La fa­çon dont il a pé­né­tré en­suite dans la zone close et pié­ton­ni­sée res­tait, hier soir, in­cer­taine. De­puis le bal­con de son hô­tel, un jour­na­liste al­le­mand filme cette scène terrible où un mo­tard à scoo­ter opère une ten­ta­tive déses­pé­rée pour stop­per le ca­mion en ou­vrant sa por­tière. « Mais il a chu­té et il est pas­sé sous ses roues… » A terre, ce té­moin voit douze corps sur le bi­tume. La pa­nique s’em­pare de la foule.

« C’était une soi­rée co­ol… » « J’ai vu des corps vo­ler… » « Ter­ro­ristes ! Ce sont des ter­ro­ristes »

Le ca­mion zig­zague entre le trot­toir et la voie, per­cu­tant vio­lem­ment de nom­breuses vic­times. A la hau­teur de l’hô­tel Ne­gres­co, Mo­ha­med La­houaiej Bouh­lel tire à plu­sieurs re­prises sur trois po­li­ciers, qui ri­postent. Il par­court en­core 300 m avant d’être stop­pé de­vant le pa­lais de la Mé­di­ter­ra­née. « J’ai vu ar­ri­ver ce ca­mion à 10 m de nous. J’ai dit à tout le monde : Cou­rez, cou­rez ! Il y a eu des tirs. On s’est cou­ché, ca­ché der­rière des po­teaux », dé­peint Laurent, qui se trouve à cet en­droit-là avec son amie Joy et deux pe­tites filles.

« At­ten­tats, at­ten­tats ! » hurle la foule. Des gens se pré­ci­pitent sur la plage, dans la mer. « Ils sont de­ve­nus fous », dé­crit La­rous­si, un tou­riste tu- ni­sien. « J’ai vu un petit cou­pé en deux, sa pous­sette est res­tée in­tacte », s’émeut-il, ter­ri­fié. D’autres se ré­fu­gient dans les res­tau­rants ou sup­plient qu’on leur ouvre la porte d’un im­meuble… « Ter­ro­ristes, ce sont des ter­ro­ristes ! » en­tend Va­le­ry Hache, un pho­to­graphe de l’AFP ac­cou­ru sur les lieux. Il aper­çoit le ca­mion ar­rê­té, « le pare-brise cri­blé d’im­pacts, en­tou­ré de po­li­ciers ». Mo­ha­med La­houaiej Bouh­lel est « re­trou­vé mort sur le siège pas­sa­ger », pré­ci­se­ra le pro­cu­reur Mo­lins. Son vé­lo et huit pa­lettes vides se­ront dé­cou­verts à l’ar­rière. Au to­tal, le long de son par- cours, de 30 à 50 tirs ont été ef­fec­tués par huit ou neuf po­li­ciers.

Da­mien Al­le­mand res­sort du ca­fé où il s’était abri­té. Il croise « Ray­mond, la cin­quan­taine en larmes », qui lui souffle : « Il y a des morts par­tout. » « Il avait rai­son. Juste der­rière lui, des corps sans vie, des membres… Du sang. Des gé­mis­se­ments. » Va­le­ry Hache s’avance lui aus­si en amont du vé­hi­cule : « Il y en a par­tout. Cer­tains sont si me­nus. Des en­fants. »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.