En­quête sur un car­nage sans pré­cé­dent

Aujourd'hui en France - - NICE 14 JUILLET - Une source proche de l’af­faire STÉ­PHANE SELLAMI

C’EST UN TRA­VAIL de ti­tan qu’ont en­ta­mé la cen­taine d’en­quê­teurs de la di­rec­tion cen­trale de la po­lice ju­di­ciaire en charge de cette at­taque sans pré­cé­dent, une poi­gnée d’heures après la neu­tra­li­sa­tion de Mo­ha­med La­houaiej Bouh­lel. Pre­miers in­ter­ve­nants sur le ca­mion fri­go­ri­fique lan­cé dans la foule par son conduc­teur, les dé­mi­neurs ont ra­pi­de­ment écar­té tout risque de « su­ra­t­ten­tat ».

Dans l’ha­bi­tacle du 19 tonnes, à cô­té du corps de ce père de trois en­fants, les po­li­ciers ont sai­si un pis­to­let au­to­ma­tique de marque Unique, ca­libre 7,65 mm, ain­si qu’un char­geur, plu­sieurs douilles, des mu­ni­tions in­tactes et une gre­nade per­cée.

Les mêmes ont éga­le­ment dé­cou­vert un bien cu­rieux « ar­se­nal », consti­tué en grande par­tie par des jouets, tels qu’une ré­plique d’un Colt 45 à plomb et deux fu­sils d’as­saut ka­lach­ni­kov et M-16 fac­tices…

Dans la fou­lée, les po­li­ciers ont mis la main sur un per­mis de conduire et une carte de sé­jour ap­par­te­nant à Mo­ha­med La­houaiej Bouh­lel. Ce der­nier a for­mel­le­ment été iden­ti­fié grâce à ses em­preintes de doigts, dé­jà en­re­gis­trées dans les fi­chiers de la po­lice après di­verses in­ter­pel­la­tions, no­tam­ment pour des faits de vio­lences (lire page sui­vante).

Son iden­ti­té éta­blie avec cer­ti­tude, les en­quê­teurs se sont ren­dus, dans la nuit de jeu­di à ven­dre­di, aux deux adresses connues du ter­ro­riste à Nice. Au cours de la per­qui­si­tion du lo­ge­ment de son ex-femme — qui se trou­vait tou­jours en garde à vue hier soir —, rien de sus­pect n’a été dé­cou­vert. A son do­mi­cile, si­tué dans un im­meuble, im­plan­té route de Tu­rin, un té­lé­phone por­table, un or­di­na­teur et divers do­cu­ments ont en­core été sai­sis. Ce ma­té­riel in­for­ma­tique est en cours d’ex­ploi­ta­tion. Se­lon nos in­for­ma­tions, au­cun élé­ment ré­cu­pé­ré chez lui ne per­met, pour l’heure, d’af­fir­mer que cet homme était lié à l’is­la­misme ra­di­cal.

Par ailleurs, peu après mi­nuit, dans la nuit de jeu­di à ven­dre­di, alors que les ru­meurs les plus folles bruis­saient sur l’exis­tence de plu­sieurs prises d’otages en cours aux quatre coins de la ville, un homme, mu­ni d’une arme de poing, a été ar­rê­té dans le VieuxNice. Pla­cé en garde à vue, le sus­pect, té­moin du pas­sage du ca­mion fou conduit par Mo­ha­med La­houaiej Bouh­lel, avait ra­pi­de­ment re­ga­gné son do­mi­cile afin de s’ar­mer. Il a fi­na­le­ment été re­mis en li­ber­té sans autre forme de pour­suite.

Hier ma­tin, un se­cond ca­mion, sta­tion­né à proxi­mi­té de l’ap­par­te­ment de l’au­teur du mas­sacre de la pro­me­nade des An­glais, a été pas­sé au peigne fin avant d’être re­ti­ré de la chaus­sée. Se­lon nos in­for­ma­tions, ce vé­hi­cule avait aus­si été loué par Mo­ha­med La­houaiej Bouh­lel. Dans quel but ? « Il a loué le poids lourd fri­go­ri­fique blanc le 11 juillet dans une so­cié­té lo­ca­li­sée à Saint-Laurent-du-Var (Alpes-Ma­ri­times), re­late une source proche de l’af­faire. Il a aus­si sous­crit un autre contrat de lo­ca­tion pour ce se­cond ca­mion re­trou­vé à proxi­mi­té de son do­mi­cile. Rien d’in­té­res­sant n’y a été dé­cou­vert. Avait-il l’in­ten­tion de s’en ser­vir, après avoir aban­don­né son pre­mier vé­hi­cule, pour faire en­core plus de dé­gâts ? Lui seul connaît la ré­ponse… »

En­fin, les po­li­ciers épluchent les en­re­gis­tre­ments des mul­tiples ca­mé­ras de vi­déo­pro­tec­tion de la ville afin de re­tra­cer le par­cours de Mo­ha­med La­houaiej Bouh­lel avant de com­mettre son car­nage. Une ex­ploi­ta­tion qua­li­fiée de « ca­pi­tale » qui pour­rait per­mettre d’éta­blir d’éven­tuelles com­pli­ci­tés.

« Un se­cond ca­mion loué pour faire en­core plus de dé­gâts ? »

La po­lice scien­ti­fique à pied d’oeuvre le­pa­ri­sien.fr

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.