Coup de force mi­li­taire

PUTSCH. La plus grande confu­sion ré­gnait hier soir en Tur­quie, où l’ar­mée af­firme avoir pris le pou­voir, of­fi­ciel­le­ment pour « ré­ta­blir la dé­mo­cra­tie ».

Aujourd'hui en France - - AC­TUA­LI­TÉ - J.D.

« ON NE COM­PREND PAS, on ne com­prend pas ce qu’il se passe… », lan­çait dans la soi­rée, af­fo­lée, une di­plo­mate turque lorsque les pre­mières in­for­ma­tions sont par­ve­nues du pays pour évo­quer un coup de force mi­li­taire.

C’est vers 21 h 45 (heure fran­çaise) que les té­lé­vi­sions ont an­non­cé que les forces de sé­cu­ri­té s’étaient dé­ployées et avaient cou­pé par­tiel­le­ment les ponts sur le Bos­phore, dans le sens Asie-Eu­rope à Is­tan­bul. Dans le même temps, des avions mi­li­taires et des hé­li­co­ptères ont été en­ten­dus vo­lant à basse al­ti­tude au-des­sus de la ca­pi­tale An­ka­ra.

Très vite, le Pre­mier mi­nistre turc, Bi­na­li Yil­di­rim, a dé­non­cé une « ten­ta­tive illé­gale » me­née par « un groupe » au sein de l’ar­mée et ap­pe­lé la po­pu­la­tion à gar­der son calme. Af­fir­mant que « les forces de sé­cu­ri­té font le né­ces­saire pour ré­gler la si­tua­tion », il a aver­ti que tous ceux qui se­raient « im­pli­qués dans une ac­tion illé­gale paie­ront le prix le plus éle­vé ».

La chaîne d’in­for­ma­tion CNNTürk a rap­por­té une mo­bi­li­sa­tion « e x t r a or di nai - re » de­vant le siège de l’état-ma­jor des ar­mées et dif­fu­sait des images de blin­dés pre­nant po­si­tion no­tam­ment de­vant l’aé­ro­port in­ter­na­tio­nal Atatürk d’Is­tan­bul où tous les vols ont été an­nu­lés.

L ’ a g e n c e g o u v e r n e ment a l e d’in­for­ma­tion Ana­to­lie af­fir­mait de son cô­té que le chef d’état-ma­jor des ar­mées était re­te­nu en otage par les mi­li­taires re­belles, mais ne don­nait en re­vanche au­cune nou­velle de l’homme fort de la Tur­quie, le pré­sident is­la­mo-conser­va­teur Re­cep Tayyip Ero­gan.

ABDes sources proches des put­schistes avan­çaient qu’il au­rait été « mis en sé­cu­ri­té » après neu­tra­li­sa­tion de la garde pré­si­den­tielle, mais au­cune confir­ma­tion n’en avait été don­née en dé­but de nuit.

Peu avant 23 heures, le mi­nis­tère fran­çais des Af­faires étran­gères a quant à lui ac­ti­vé une alerte via l e di s po­si­ti f Ariane, s yst ème d’alerte pour les voya­geurs fran­çais en Tur­quie. L’am­bas­sade et le consu­lat de France en Tur­quie ont par ailleurs pris contact avec les quelque 10 000 Fran­çais ré­si­dant ac­tuel­le­ment dans le pays pour leur de­man­der ins­tam­ment de res­ter chez eux. L’am­bas­sade de France à An­ka­ra et le consu­lat gé­né­ral à Is­tan­bul avaient an­non­cé mer­cre­di que les fes­ti­vi­tés du 14 Juillet étaient an­nu­lées — fait ex­cep­tion­nel — « pour des rai­sons de sé­cu­ri­té ».

Ce coup de force in­ter­vient à un mo­ment où le pays est frap­pé de­puis plu­sieurs mois par des at­ten­tats san­glants at­tri­bués tan­tôt aux re­belles kurdes, tan­tôt aux dji­ha­distes de l’or­ga­ni­sa­tion Etat is­la­mique. L’at­ten­tat le plus meur­trier de l’his­toire du pays étant com­mis par deux ka­mi­kazes af­fi­liés à Daech et qui se sont fait

Se­lon les put­schistes, le pré­sident Re­cep Tayyip Er­do­gan au­rait été « mis en sé­cu­ri­té »

ex­plo­ser, tuant 102 per­sonnes au coeur d’une ma­ni­fes­ta­tion de mi­li­tants de gauche pour la paix, à An­ka­ra le 10 oc­tobre 2015. Le plus mar­quant de ces der­nières se­maines étant ce­lui de l’aé­ro­port Atatürk où trois ka­mi­kazes là en­core dé­si­gnés comme se ré­cla­mant de Daech se sont fait ex­plo­ser à l’en­trée du ter­mi­nal in­ter­na­tio­nal, tuant 43 per­sonnes dont plu­sieurs tou­ristes étran­gers et bles­sant quelque 150 per­sonnes.

En fin de soi­rée, le coup de force sem­blait en passe d’être réus­si puisque la té­lé­vi­sion d’Etat, dé­sor­mais pla­cée sous le contrôle de l’ar­mée, an­non­çait un couvre-feu et l’ins­tau­ra­tion de la loi mar­tiale.

Is­tan­bul (Tur­quie), hier. L’ar­mée turque, qui a ver­rouillé les points né­vral­giques d’Is­tan­bul, a dé­cla­ré hier soir dans un com­mu­ni­qué « avoir pris le pou­voir pour le main­tien de l’ordre dé­mo­cra­tique et les droits de l’homme ».

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.