Les bou­chons, ce n’est pas une obli­ga­tion !

VA­CANCES. En cette jour­née de grands dé­parts, la ma­ti­née est clas­sée rouge par Bi­son fu­té. Voi­ci nos conseils pour évi­ter au maxi­mum les em­bou­teillages.

Aujourd'hui en France - - ACTUALITÉ - A.G.

AT­TEN­TION AU GRAND RUSH ! La ma­ti­née est clas­sée rouge jus­qu’à 12 heures dans le sens des dé­parts par Bi­son fu­té aux abords des grandes ag­glo­mé­ra­tions. Le week-end der­nier à la même heure, 500 km de bou­chons avaient été comp­ta­bi­li­sés sur l’en­semble du ter­ri­toire. Pour ce se­cond gros week-end de dé­parts en va­cances, des em­bou­teillages sont de nou­veau à craindre. Nos conseils pour res­ter, mal­gré tout, se­rein.

Pri­vi­lé­giez les ho­raires dé­ca­lés

Mieux vaut s’élan­cer aux au­rores ou en mi­lieu d’après-mi­di pour évi­ter la conges­tion. Con­sul­tez les sites des grandes so­cié­tés d’au­to­routes qui pu­blient leurs pré­vi­sions de tra­fic. Au­jourd’hui, par exemple, le péage de Saint-Ar­noult sur l’A 10 est an­non­cé sa­tu­ré entre 7 h 30 et 11 h 30. « Il ne suf­fit pas de se dire je vais par­tir à la fraîche et tout ira bien. Il faut se ren­sei­gner dans le dé­tail. Un long tra­jet ne s’im­pro­vise pas, sur­tout si l’on a des en­fants », in­siste-t-on chez Vin­ci. Au pire, dé­ca­lez votre dé­part à de­main ma­tin ; ce se­ra net­te­ment plus fluide.

Choi­sis­sez les so­lu­tions de sub­sti­tu­tion

Pen­sez aux iti­né­raires se­con­daires, aux routes pa­ral­lèles moins connues mais sou­vent moins en- com­brées. « De­puis trois ans, j’ai fait une croix sur les au­to­routes. Pour des­cendre à Sète, je coupe mon voyage avec un stop d’une nuit dans le Can­tal ou en Dor­dogne. Comme ce­la, il ne me reste plus que quatre heures de route. Du coup, j’ar­rive frais et dis­po et je peux al­ler tout de suite me bai­gner », ex­plique Jean-Louis Pa­ga­no­ni, 65 ans, an­cien fonc­tion­naire de po­lice à la re­traite. Les Pa­ri­siens qui se rendent sur la Côte d’Azur ont in­té­rêt à dé­lais­ser les stars (A 6 et A 7) pour em­prun­ter la route des mas­sifs, l’A 20, di­rec­tion Li­moges, Tou­louse, ou l’A 75, au­tre­ment ap­pe­lée Mé­ri­dienne, qui passe par Li­moges pour re­joindre le Sud. Le site de Bi­son fu­té dresse la liste de ces axes moins char­gés. Sur la route, des pan­neaux, des mes­sages à la ra­dio per­mettent de bi­fur­quer au bon mo­ment.

Pro­fi­tez des aires de re­pos

Par­cours de santé, tran­sat, cous­sins gon­flables pour pi­quer un petit somme, gri­gno­ter un pi­que­nique à l’ombre ; amé­na­gées dé­sor­mais comme des lieux de détente, il faut im­pé­ra­ti­ve­ment y souf­fler toutes les deux heures. Pour rendre ces pauses les plus ré­pa­ra­trices pos­sible, Vin­ci conseille de « prendre un ca­fé, puis de faire une pe­tite sieste d’un quart d’heure et pas l’in­verse. La ca­féine n’agis­sant qu’au bout d’une de­mi-heure, ce­la per­met de faire d’une pierre deux coups : ré­sor­ber une éven­tuelle dette de som­meil, tout en se re­met­tant au vo­lant bien ré­veillé », ex­plique la so­cié­té au­to­rou­tière. Gare en ef­fet à la som­no­lence au vo­lant qui reste le pre­mier fac­teur d’ac­ci­dent sur au­tou­route.

De plus en plus d’aires de re­pos sont amé­na­gées pour de­ve­nir de vé­ri­tables lieux de détente. Pro­fi­tez-en donc pour vous ar­rê­ter toutes les deux heures et faire une pe­tite sieste.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.