« J’ai été ri­di­cule, mais com­ba­tif »

« FORT BOYARD ». Laurent Our­nac, ac­teur et ani­ma­teur sur TF 1, par­ti­cipe pour la pre­mière fois au jeu de France 2 ce soir à 20 h 55. Il joue au pro­fit de la Ligue contre l’obé­si­té.

Aujourd'hui en France - - LOISIRS ET TÉLÉVISION - Laurent Our­nac, ac­teur et ani­ma­teur Propos re­cueillis par AYMERIC RE­NOU

D’HA­BI­TUDE, il est l’un des cham­pions de la Une. Cette fois, Laurent Our­nac se dé­mène sur France 2. A par­tir de 21 heures ce soir, l’ac­teur de « Cam­ping Pa­ra­dis » et pré­sen­ta­teur de « Danse avec les stars » sur TF 1 part à l’as­saut des épreuves et des énigmes de « Fort Boyard ». Une pre­mière par­ti­ci­pa­tion, au pro­fit de la Ligue contre l ’ obé­si­té dont il est le par­rain, a pr è s a v oi r l ui - même per­du plus de 50 kg. Pour­quoi ne pas avoir par­ti­ci­pé plus tôt à l’émis­sion ? LAURENT OUR­NAC. On m’avait dé­jà pro­po­sé plu­sieurs fois d’y par­ti­ci­per, mais je n’avais pas en­vie d’être ri­di­cule, sur­tout en com­bi­nai­son de plon­gée moul ante. Et puis, mon sur­poids m’em­pê­chait fran­che­ment d’être à la hau­teur dans les épreuves qui sont tout de même très phy­siques. J’ai dit OK main­te­nant que j’ai ré­glé mon sou­ci et aus­si pour réa­li­ser un rêve de gosse. « Fort Boyard » , c’ est quand même 27 sai­sons, j’ai gran­di avec cette émis­sion et je mou­rais d’en­vie de me re­trou­ver face au père Fou­ras. Comment vous êtes-vous dé­brouillé ? Je vais être très hon­nête… Je me suis quand même ri­di­cu­li­sé dans les épreuves phy­siques et je n’ai ra­me­né au­cune clé. Il y a des images qui vont mé­ri­ter de fi­gu­rer dans un bê­ti­sier. Une des épreuves était quand même très dif­fi­cile, très phy­sique, exi­geant une en­du­rance et un sens de l’équi­libre que je n’ai mal­heu­reu­se­ment pas. At­ten­tion, j e suis quand même fier de moi, car je n’ai pas lâ­ché, j’ai été com­ba­tif et j’y s u i s v r a i me n t al­lé à fond. Heu­reu­se­ment, l es autres membres de l’équipe (NDLR : Fauve Haut o t , E n j o y Phoe­nix, Ca­ro­line Ithur­bide, Pa­trick Gué­ri­neau et Yann-Al­rick Mor­treuil) ont as­su­ré. Au dé­but, je me suis un peu sen­ti le bou­let de la troupe, mais je me suis rat­tra­pé sur les in­dices. Quelle est l’association pour la­quelle vous vous êtes bat­tu ? J’ai aus­si ac­cep­té « Fort Boyard » pour sou­te­nir la Ligue contre l’obé­si­té, dont je suis le par­rain. C’ e s t u ne j e u ne a s s o c i a t i o n, d’abord ré­gio­nale, née en 2014 à Montpellier, qui a l’am­bi­tion de de­ve­nir na­tio­nale. Son rôle est de par­ler et de mé­dia­ti­ser la maladie de l’obé­si­té et de faire de la pré­ven­tion, sur­tout au­près des jeunes, à propos d’un mal qui ne cesse de prendre de l’im­por­tance.

« Je n’avais pas en­vie d’être ri­di­cule, sur­tout en com­bi­nai­son de plon­gée mou­lante »

« Il y a des images qui vont mé­ri­ter de fi­gu­rer dans un bê­ti­sier » s’amuse Laurent Our­nac.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.