Un mau­so­lée im­pro­vi­sé pour se re­cueillir

Aujourd'hui en France - - NICE 14 JUILLET - Nice (Alpes-Ma­ri­times) De l’un de nos en­voyés spé­ciaux V. MD

ÉPAU­LÉ PAR SA MA­MAN, Paul, un ga­min du pays de 10 ans, al­lume une bou­gie puis dé­pose deux roses blanches. « Pour moi, ces fleurs, ça si­gni­fie l’es­poir, l’es­poir qu’on ar­rête de tuer des en­fants parce que ça me f ait beau­coup de peine » , s’émeut le gar­çon. Comme lui, des cen­taines de Ni­çois et de tou­ristes, pe­tits et grands, sont ve­nus di­gne­ment rendre hommage aux vic­times. Un mé­mo­rial im­pro­vi­sé a été amé­na­gé le long de la pro­me­nade des An­glais. Il de­vrait être dé­pla­cé vers un kiosque à musique si­tué dans un parc, le jar­din Al­bert-Ier, tout au bout de la Pro­me­nade.

Ici, au bord de la Mé­di­ter­ra­née, pas de Ma­rianne comme sur la place de la Ré­pu­blique à Pa­ris. Mais un pal­mier au pied du­quel re­pose une mon­tagne de bou­quets. Un coeur rouge. Une paire de tongs. Un des­sin d’Emy, 7 ans, frap­pé des mots « Li­ber­té, Ega­li­té, Fra­ter­ni­té ». Des di­zaines de pe­luches, une gi­rafe, un ourson, un lion, plein de dou­dous. Et des mes­sages en fran­çais, en an- glais, en ita­lien, en es­pa­gnol… « Res­tons unis, force, cou­rage », « L’amour vain­cra la haine », « Rien ne se­ra plus comme avant Nis­sa la bel­la » ou « Com­bien de morts fau­dra-t-il en­core pour que nous nous ré­vol­tions ? », peut-on lire. Deux ados s’as­soient pour se re­cueillir sans va­ciller. Sté­phane, un Ch’ti de Lille, égrène son cha­pe­let.

Un homme pleure, un autre lui pose la main sur l’épaule

Une Ita­lienne s’en­ve­loppe dans un dra­peau tri­co­lore. Un homme pleure. Dans le mas­sacre, il a per­du « trois proches qui ne re­vien­dront ja­mais ». Son voi­sin, qu’il ne connaît pas, lui pose la main sur l’épaule. Ani­ta et An­dré, deux amou­reux nor­vé­giens, s’en­lacent avant de fer­mer les yeux. De­puis neuf ans, ils viennent à Nice. Ils ren­tre­ront un peu plus tôt. « On re­vien­dra, pas for­cé­ment l’an pro­chain, mais on re­vien­dra », ju­ren­tils. Ma­rie-France, re­trai­tée près de Cannes, se signe re­li­gieu­se­ment avant d’avoir une pen­sée pour ses quatre pe­tits-en­fants. Son fils, chef d’en­tre­prise, re­lève la tête. « Il faut faire preuve de dé­ter­mi­na­tion, ne pas se lais­ser abattre par la bar­ba­rie », mar­tèle-t-il. De­vant lui, une carte pos­tale, mé­moire de nom­breux drames : à gauche, « Je suis Char­lie », « Je suis Pa­ris », « Je suis Or­lan­do », « Je suis Nice », « Je suis Bag­dad », « Je suis Ban­gla­desh »… ; à droite, « Je suis épui­sé ».

Nice (Alpes-Ma­ri­times), hier. Ni­çois et tou­ristes rendent hommage aux vic­times près du mé­mo­rial amé­na­gé le long de la pro­me­nade des An­glais.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.