« Un vrai pro­blème de santé pu­blique »

Mu­riel Sal­mo­na, psy­chiatre

Aujourd'hui en France - - NICE 14 JUILLET - Propos re­cueillis par ÉLODIE CHERMANN

Dans une si­tua­tion de dan­ger clas­sique, le stress dé­clenche une alarme dans le cer­veau qui nous per­met aus­si­tôt de ré­agir et de nous pro­té­ger. Mais, « dans le cas d’un trau­ma­tisme psy­cho­lo­gique, la me­nace est tel­le­ment ter­ro­ri­sante que tout le mé­ca­nisme dis­joncte. Le cer­veau se met à sé­cré­ter de l’adré­na­line et du cor­ti­sol en sur­dose avec le risque d’en­traî­ner un ac­ci­dent car­diaque, des at­teintes neu­ro­lo­giques, voire la mort, ex­plique la psy­chiatre Mu­riel Sal­mo­na, éga­le­ment pré­si­dente de l’association Mé­moire trau­ma­tique. La seule fa­çon alors d’en ré­chap­per est de se mettre en mode au­to­ma­tique. Comme si on ne res­sen­tait plus rien, comme si ce qu’on vi­vait était ir­réel. Mais les ré­mi­nis­cences fi­nissent un jour ou l’autre par re­ve­nir. Pour y échap­per, 50 % des vic­times trau­ma­ti­sées dé­ve­loppent des com­por­te­ments ad­dic­tifs ou des conduites à risque. Le stress post­trau­ma­tique est un vrai pro­blème de santé pu­blique. Il est donc in­dis­pen­sable d’of­frir aux vic­times une prise en charge sur le long terme. Car on ne peut pas vivre avec une mé­moire trau­ma­tique. »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.