Hol­lande et la « trum­pi­sa­tion » des es­prits

Aujourd'hui en France - - NICE 14 JUILLET - A.D. ET P.TH.

Il est 19 heures, ven­dre­di. Ba­rack Oba­ma ap­pelle Fran­çois Hol­lande pour lui faire so­len­nel­le­ment part du sou­tien des Etats-Unis à la France. Sur­prise, les deux pré­si­dents évoquent aus­si le cas… Do­nald Trump, can­di­dat ré­pu­bli­cain à la Mai­sonB­lanche, spé­cia­liste des dé­cla­ra­tions ou­tran­cières. Les deux hommes par­tagent la même pré­oc­cu­pa­tion : lut­ter contre le po­pu­lisme, la politique par l’émo­tion et la di­vi­sion. Hier ma­tin, de­vant ses mi­nistres et se­cré­taires d’Etat, le chef de l’Etat a de nou­veau évo­qué le « risque de trum­pi­sa­tion » des es­prits. « Une at­tente énorme pèse sur le gou­ver­ne­ment. Il faut pro­té­ger les Fran­çais contre le ter­ro­risme mais aus­si contre la vo­lon­té de dé­truire de l’in­té­rieur la France, presse Hol­lande de­vant son gou­ver­ne­ment. Ja­mais de­puis la Se­conde Guerre mon­diale les dé­mo­cra­ties n’ont été si me­na­cées. »

Le pré­sident ir­ri­té par les cri­tiques de la droite

Les flèches de l’op­po­si­tion sont res­tées en tra­vers de la gorge du pré­sident. Dans la pièce, son aga­ce­ment est pal­pable. « Il est ha­bi­té par la si­tua­tion. Voir que cer­tains jouent l’élec­tion pré­si­den­tielle là-des­sus, ça le rend fou ! » confie un con­seiller du pou­voir. Au­tour de la table aus­si, on s’in­digne : « C’est hon­teux ! La droite nous c… dans les bottes. Mais elle est as­so­ciée à tout. C’est va­che­ment grave », lâche l’un des par­ti­ci­pants, in­quiet pour la co­hé­sion na­tio­nale. La consigne est en tout cas pas­sée dans les rangs : « Il ne faut ni se lais­ser mar­cher sur les pieds, ni se lais­ser em­bar­quer dans la sur­en­chère », ré­sume un con­seiller.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.