Les en­tre­prises de sé­cu­ri­té uti­li­se­ront les ef­fec­tifs de l’Euro

Face à une me­nace ter­ro­riste in­édite, les centres com­mer­ciaux et les lieux qui ac­cueillent du pu­blic vont-ils prendre des me­sures sup­plé­men­taires ? C’est ce qu’an­ti­cipent les pro­fes­sion­nels du sec­teur.

Aujourd'hui en France - - NICE 14 JUILLET - Fré­dé­ric La­gache, se­cré­taire gé­né­ral ad­joint du syn­di­cat de po­lice Al­liance ER­WAN BE­NE­ZET

DIX MILLE AGENTS. Ce sont les ef­fec­tifs sup­plé­men­taires que les 4 500 en­tre­prises de sé­cu­ri­té pri­vée ont re­cru­tés et for­més de­puis les at­ten­tats de 2015, por­tant le nombre to­tal de sa­la­riés de la branche à 160 000. L’in­té­gra­li­té de ces ren­forts a aus­si été uti­li­sée pour ré­pondre aux be­soins de l’Euro de foot­ball. Par­mi eux des CDD dont le terme de­vait coïn­ci­der avec la fin de la com­pé­ti­tion. Mais les évé­ne­ments sur­ve­nus le 14 juillet à Nice bou­le­versent la donne.

« Après la fi­nale au Stade de France, il était pré­vu de ré­duire par étapes la voi­lure, ex­plique Claude Tar­let, pré­sident de l’Union des en­tre­prises de sé­cu­ri­té pri­vée. Mais une bonne par­tie de ces ef­fec­tifs consti­tue dé­sor­mais un vi­vier, une sorte de ré­serve opé­ra­tion­nelle, dans la­quelle nous pou­vons pui­ser im­mé­dia­te­ment pour faire face à la de­mande sup­plé­men­taire. Celle-ci af­flue dé­jà de la part des en­tre­prises, centres com­mer­ciaux ou bâ­ti­ments pu­blics. » A com­men­cer par la Côte d’Azur — et plus par­ti­cu­liè­re­ment Nice évi­dem­ment — où, du fait d’une ac­ti­vi­té tou­ris­tique in­tense, les en­tre­prises de sé­cu­ri­té pri­vée sont très pré­sentes.

« Ce­la re­pré­sente même le troi­sième mar­ché du sec­teur en France, après les ré­gions pa­ri­sienne et lyon­naise, pré­cise en­core ce­lui qui se trouve éga­le­ment à la tête du co­mi­té de sé­cu­ri­té du Me­def. Il est donc pro­bable qu’il y ait dans un pre­mier temps des me­sures im­mé­diates de ren­for­ce­ments dans la ville théâtre de l’at­ten­tat du 14 Juillet. En com­plé­ment de ceux de la po­lice, de la gen­dar­me­rie et de l’ar­mée. Mais d’autres villes de pro­vince pour­raient éga­le­ment ra­pi­de­ment connaître des me­sures si­mi­laires. »

L’at­ten­tat de Nice se dis­tingue en ef­fet des at­ten­tats pré­cé­dents par son am­pleur, pour la pre­mière fois, dans une ville de pro­vince et avec un mode opé­ra­toire ne né­ces­si­tant que très peu de moyens lo­gis­tiques. « Nous de­vons nous adap­ter très ra­pi­de­ment à ces évo­lu­tions, es­time en­core Claude Tar­let. Ce­la passe no­tam­ment par une évo­lu­tion de la formation. Par exemple en créant une école na­tio­nale des mé­tiers de la sé­cu­ri­té pri­vée, dans la­quelle les fu­turs agents pour­ront être mieux sen­si­bi­li­sés et pré­pa­rés à la me­nace ter­ro­riste. »

« Ré­flé­chir à une nou­velle concep­tion des ser­vices d’ordre fes­tifs »

Dans ce do­maine, la branche d’ac­ti­vi­té a d’ailleurs dé­jà com­men­cé sa mue. « Le risque se mo­di­fiant de­puis 2015, le sec­teur a aug­men­té le ni­veau de qua­li­fi­ca­tion de ses agents, ex­plique à son tour Serge Guyot, dé­lé­gué gé­né­ral du Snes (Syn­di­cat na­tio­nal des en­tre­prises de sé­cu­ri­té), qui compte 30 000 sa­la­riés re­grou­pés dans 230 en­tre­prises. On a no­tam­ment mis en place un mo­dule de pré­ven­tion du risque ter­ro­riste dans la formation qui per­met d’ob­te­nir la carte pro­fes­sion­nelle d’agent de sé­cu­ri­té. Mais ce­la ne re­pré­sente qu’une étape. Il faut al­ler en­core plus loin dans l’évo­lu­tion de l’en­sei­gne­ment qui est dis­pen­sé. »

Hier, le se­cré­taire gé­né­ral ad­joint du syn­di­cat po­li­cier Al­liance, Fré­dé­ric La­gache, a no­tam­ment sug­gé­ré de « ré­flé­chir à une nou­velle concep­tion des ser­vices d’ordre fes­tifs », avec l’em­ploi d’agents de sé­cu­ri­té pri­vée pour fil­trer les spec­ta­teurs. « Ce­la sou­la­ge­rait d’au­tant des forces de l’ordre très mo­bi­li­sées. »

Le fonc­tion­ne­ment de l’ap­pli­ca­tion SAIP est à re­voir dans les plus brefs dé­lais, se­lon la vo­lon­té du mi­nis­tère de l’In­té­rieur.

Pa­ris, le 9 juin. A l’en­trée de la fan-zone de la ca­pi­tale, des agents de sé­cu­ri­té pri­vée fouillent les sup­por­teurs.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.