Par­tir quand même…

Sur les routes des va­cances, l’in­sou­ciance n’est pas de mise. Les au­to­mo­bi­listes ont tous en tête l’at­ten­tat de Nice.

Aujourd'hui en France - - NICE 14 JUILLET - Su­zy, de Va­len­ciennes (Nord) JILA VAROQUIER

SUR L’AU­TO­ROUTE A 6, les pan­neaux d’af­fi­chage donnent le ton de ce trou­blant sa­me­di de dé­part en va­cances : « Tous so­li­daires avec Nice ». En ce dé­but d’après-mi­di, la route qui mène aux plages tur­quoise de la Mé­di­ter­ra­née semble avoir pour les va­can­ciers, une sa­veur plus amère qu’à l’ac­cou­tu­mée, moins de qua­rante-huit heures après la tue­rie de la pro­me­nade des An­glais.

As­sis à l’ar­rière de leur ci­ta­dine, Ch­ris­tian et Ch­ris­tiane, un couple de Rouen (Seine-Ma­ri­time), ont fait es­cale sur l’aire de Nemours (Seine-etMarne), à moins de 100 km au sud de Pa­ris pour gri­gno­ter leur sand­wich mai­son. « Oui, on se sent par­ta­gés, moins lé­gers que d’ha­bi­tude, avoue la pre­mière. J’ai presque un sen­ti­ment de culpa­bi­li­té de par­tir en va- cances. Parce qu’on a de la chance de ne pas avoir vé­cu ça, de ne pas avoir eu de bles­sés au­tour de nous. » « On est moins in­sou­ciants que les autres an­nées, confirme le quin­qua­gé­naire. Même si nous all o ns à Br i a nçon (Hautes-Alpes), qu’il y a moins de monde que sur les plages, on ne peut pas s’em­pê­cher d’y pen­ser. »

« C’est un peu comme si on avait une chape sur les épaules », re­con­naît Thier­ry, un ha­bi­tant de l’Oise, en route pour le Var. At­ta­blé à l’aire de pique-nique, il peine à ca­cher son amer­tume : « Les va­cances, c’est de l’amu­se­ment. Mais là, cer­taines per­sonnes ont été bles­sées, d’autres vont en­core perdre la vie… alors ce ma­tin (hier), en par­tant, je n’avais pas trop le mo­ral, le coeur à m’amu­ser. Ça ira mieux dans quelques jours. » Pas ques­tion tou­te­fois pour ce sexa­gé­naire, comme pour les autres va­can­ciers ren­con­trés, de re­non­cer à ses quatre se­maines dans le cam­ping de Bormes-les-Mi­mo­sas (Var) qu’il fré­quente de­puis trente ans : « Nous avons eu quatre mois de pluie, pour­suit le fu­tur grand-père. On a be­soin de chan­ger d’air, d’al­ler voir la mer, d’avoir chaud. »

Avant même d’avoir po­sé leurs va­lises, cer­tains songent dé­jà à chan­ger quelques ha­bi­tudes de va­cances. Comme Su­zy et Ma­thieu, de Va­len­ciennes (Nord), qui s’ar­rê­te­ront à Ar­ge­lès-sur-Mer (Py­ré­nées-Orien­tales) avec leurs ju­melles de 6 ans, « On sait qu’il y a du monde là où l’on va, que ce­la peut po­ten­tiel­le­ment être une cible », souffle la ma­man, en­core émue du drame qui s’est pro­duit sur la pro­me­nade des An­glais qu’elle a fré­quen­tée pen­dant vingt ans. « Ce­la au­rait pu être nous… dit-elle. Alors, on ré­flé­chi­ra à deux fois avant de faire cer­taines ac­ti­vi­tés, nous n’irons peut-être pas au feu d’ar­ti­fice. » « On ne sait pas trop comment on ré­agi­ra. Au moins, nous n’avons pas la té­lé­vi­sion », ajoute le père de fa­mille, en ter­mi­nant les sa­lades de fruits. « D’ailleurs, cette fois, re­marque son épouse, nous n’avons pas été en boucle sur les images dif­fu­sées sur les chaînes d’info. C’est comme si nous avions eu be­soin de dé­cro­cher plus tôt, peut-être pour ne pas trau­ma­ti­ser les filles après ce troi­sième at­ten­tat. »

Charles et Mar­lène, fu­turs pa­rents ori­gi­naires de Mon­treuil (Sei­neSaint-De­nis), en route pour un ma­riage en Bour­gogne, avouent même ré­flé­chir à quit­ter la ré­gion pa­ri­sienne : « L’idée a com­men­cé à émer­ger au len­de­main de Char­lie. Puis il y a eu le 13 no­vembre et main­te­nant Nice », ex­plique la tren­te­naire au ventre ar­ron­di. « Je pense qu’on pro­fi­te­ra de nos va­cances nor­ma­le­ment. Mais avec l’ar­ri­vée du bé­bé, nous al­lons cher­cher un lieu de re­pli dans un en­droit re­cu­lé de France, as­sure le fu­tur père de fa­mille. Une sorte d’îlot où l’on pour­ra être au­to­nome et loin de tout ce­la. »

« On ré­flé­chi­ra à deux fois avant de faire cer­taines ac­ti­vi­tés »

Aire de Nemours (Seine-et-Marne), hier après-mi­di. Qua­rante-huit heures après l’at­ten­tat à Nice, la cir­cu­la­tion est fluide sur l’au­to­route du So­leil.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.