Tur­quie : quelles consé­quences po­li­tiques et diplomatiques ?

Aujourd'hui en France - - ACTUALITÉ - CA­MILLE MORDELET @CMORDELET

DE LA QUES­TION des ré­fu­giés sy­riens qui ta­raude l’UE aux né­go­cia­tions d’adhé­sion en cours, quel se­ra l’im­pact de ce coup d’Etat avor­té ? Une chose est sûre, au dire de tous les ex­perts : Er­do­gan, qui va en­core ren­for­cer son pou­voir, en sort grand ga­gnant.

Vers une ré­pres­sion et des purges vio­lentes ? Elles ont dé­jà com­men­cé. D’après les au­to­ri­tés turques, plus de 2 800 mi­li­taires put­schistes ont été ar­rê­tés. Des in­ter­pel­la­tions sont éga­le­ment en cours dans les ins­tances ju­di­ciaires. Mais, se­lon Ni­co­las Mon­ceau, maître de confé­rences en sciences po­li­tiques à l’uni­ver­si­té de Bordeaux, l’ar­mée est, et va res­ter, la plus tou­chée par cette ré­pres­sion. Elle était la der­nière ins­ti­tu­tion turque qu’Er­do­gan n’avait pas réus­si à to­ta­le­ment mettre sous sa coupe. Main­te­nant que les mi­li­taires les plus hos­tiles sont sor­tis du bois, l’ar­mée va ra­pi­de­ment être prise en main par le pou­voir res­té en place.

Vers un dur­cis­se­ment du ré­gime ? Er­do­gan avait dé­jà en­ta­mé une cam­pagne vi­sant à chan­ger la Consti­tu­tion turque et à ins­tau­rer un ré­gime pré­si­den­tiel qui lui pro­cu­re­rait da­van­tage de pou­voir. D’après Jean Mar­cou, spé­cia­liste de la Tur­quie et pro­fes­seur à Scien­ces­po Gre­noble, « il faut s’at­tendre dès les pro­chains jours à une aug­men­ta­tion de l’au­to­ri­ta­risme dans le pays et à une cen­tra­li­sa­tion du pou­voir ». Preuve que la dé­marche est dé­jà amor­cée, le Pre­mier mi­nistre turc a an­non­cé hier que le gou­ver­ne­ment en­vi­sa­geait de ré­ta­blir la peine de mort pour pu­nir « les traîtres ».

Quelle stra­té­gie de com­mu­ni­ca­tion pour Er­do­gan ? L’uni­ver­si­taire Ni­co­las Mon­ceau est af­fir­ma­tif : « Er­do­gan est sor­ti ren­for­cé par cette ten­ta­tive de coup d’Etat. Il est en po­si­tion lé­gi­ti­mée, en Tur­quie comme à l’étran­ger. » Il ren­voie au monde en­tier l’image d’un homme dont le peuple a, à sa de­mande, fait échouer un coup d’Etat por­té par son éter­nel en­ne­mi, les mi­li­taires. Cette image, il est cer­tain qu’il va tout faire pour l’en­tre­te­nir. Seule­ment il ne faut pas ou­blier que tous les ci­toyens turcs ne sont pas sor­tis dans les rues pour sou­te­nir le pou­voir en place, ce qui montre une cer­taine di­vi­sion au sein du pays.

Quelles suites pour les ré­fu­giés pré­sents en Tur­quie ? Le pays ac­cueille­rait ac­tuel­le­ment 3, 1 mil­li ons de r éf ugiés, dont 2,9 mil­lions de Sy­riens sur son ter­ri­toire, se­lon la Com­mis­sion eu­ro­péenne. Le pré­sident Er­do­gan a an­non­cé au dé­but du mois de juillet en­vi­sa­ger de na­tu­ra­li­ser ces ré­fu­giés, ce qui a por­té ses fruits. Conscients que la politique d’Er­do­gan va en leur fa­veur, nombre d’entre eux ont ré­pon­du à son ap­pel Face Time en des­cen­dant dans la rue. Er­do­gan ne pour­ra pas l’igno­rer.

Quel i mpact pour l ’ Union eu­ro­péenne ? A prio­ri, cette ten­ta­tive de coup d’Etat ne de­vrait pas avoir de ré­per­cus­sion im­mé­diate sur l’UE. Rien ne re­met en cause l’ac­cord UE-An­ka­ra du 18 mars der­nier, dont le but est d’en­di­guer le flux de mi­grants en Eu­rope en lais­sant la Tur­quie jouer les gar­des­fron­tières du Moyen-Orient.

Quid de l’en­trée dans l’UE ? Les né­go­cia­tions pour l’adhé­sion de la Tur­quie à l’UE avaient re­pris de­puis le dé­but du mois. Rien ne laisse en­tendre qu’elles sont sus­pen­dues, mais Jean Mar­cou pré­vient : « Si le gou­ver­ne­ment turc fa­vo­rise un au­to­ri­ta­risme de plus en plus pous­sé suite à ce coup d’Etat, il y au­ra des ré­per­cus­sions et des ac­tions qui ren­dront plus dif­fi­cile une in­té­gra­tion de la Tur­quie dans l’Union. »

Ni­co­las Mon­ceau, lui, pense que cette re­lance du pro­ces­sus est sur­tout liée à la ques­tion des ré­fu­giés et que « le dé­rou­le­ment de l’ac­cord res­te­ra l’en­jeu prin­ci­pal des né­go­cia­tions à ve­nir ». Mais, preuve que l’UE ne compte pas lais­ser la Tur­quie gé­rer cette crise sans ré­agir, la chan­ce­lière al­le­mande An­ge­la Mer­kel a ap­pe­lé hier soir Er­do­gan à trai­ter les put­schistes en res­pec­tant « les règles de l’Etat de droit ».

Les né­go­cia­tions pour l’adhé­sion de la Tur­quie à l’Union eu­ro­péenne avaient re­pris de­puis le dé­but du mois.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.