A quand le vrai Quin­ta­na ?

Bien ca­lé, hier, au coeur d’un pe­lo­ton ré­glé au sprint par l’in­sa­tiable Mark Ca­ven­dish, le Co­lom­bien Nai­ro Quin­ta­na n’a pas re­non­cé à sa quête de som­met.

Aujourd'hui en France - - SPORTS - Villars-les-Dombes (Ain) De l’un de nos en­voyés spé­ciaux LIO­NEL CHAMI

MAL­GRÉ S ON TEI NT H­LÉ, Nai­ro Quin­ta­na fait pâle fi­gure. Le Co­lom­bien de 26 ans était pré­sen­té comme l’ad­ver­saire no 1 de Ch­ris Froome et il semble cou­ler au fil des étapes, les­té de ses 3’ de re­tard (4e à 2’59’’) sur le Maillot jaune à l’heure de bou­cler la deuxième se­maine de course. Ja­mais le Co­lom­bien, deux fois 2e à Pa­ris der­rière Froome en 2013 et 2015, ne s’est mon­tré à son avan­tage cette an­née.

Dans les Py­ré­nées, il s’est conten­té de col­ler à la roue du Bri­tan­nique dans la mon­tée d’Ar­ca­lis (9e) sous le dé­luge de grêle. Dans l’as­cen­sion du Ven­toux, ses deux ten­ta­tives ont fait pschitt. Pire, c’est lui qui n’a pas été à même de ré­pondre quand Froome, Ri­chie Porte et Bauke Mol­le­ma ont ac­cé­lé­ré à leur tour 3 km plus haut.

En­fin, et c’est lo­gique, ce poids plume a payé l’ad­di­tion sur les 37,5 km du contre-la-montre ar­dé­chois, ex­trê­me­ment ven­té et rou­lant ven­dre­di. Mais non content de su­bir à la pé­dale, le grimpeur de Tun­ja s’est ré­gu­liè­re­ment fait sur­prendre. Par le dé­part sur­prise de Froome dans la des­cente au som­met de Pey­re­sourde (8e étape). Puis à nou­veau dans l’étape de bor­dures vers Montpellier (11e), quand Froome et Tho­mas ont sau­té sur le porte-ba­gages de Sa­gan et Bod­nar à 12 km de la ban­de­role. To­tal des pertes : 35’’ (23 + 12)…

Bref, les si­gnaux émis par Nai­ro­man sont né­ga­tifs. A com­men­cer par cette image fur­tive en cir­cu­la­tion sur les ré­seaux so­ciaux, le mon­trant ac­cro­ché à une mo­to neutre dans le chaos du Ven­toux jeu­di. « Avec tout ce vent, la pre­mière par­tie du Tour ne lui a pas conve­nu, sou­ligne JeanF­ran­çois Ber­nard, con­sul­tant Ra­dio France. Il n’est pas un cou­reur de clas­siques et il s’en est quand même bien sor­ti. » Quin­ta­na peut tou­jours se dire qu’il comp­tait sur Froome un re­tard lé­gè­re­ment su­pé­rieur l’an der­nier, 3’10’’ au pied des Alpes, et qu’il avait re­pris 1’58’’ à la fa­veur des deux der­nières ar­ri­vées, à la Tous­suire (19e étape) et à l’Alpe-d’Huez (20e). Or, à ce stade, il lui reste quatre op­por­tu­ni­tés de re­prendre du temps.

« Quin­ta­na reste dan­ge­reux dans les Alpes, avance Ber­nard. On ne connaît pas les ap­ti­tudes de Froome en haute mon­tagne. Il n’a rien mon­tré jus­qu’ici, si­non dans une des­cente, sur le plat et dans le chro­no, alors qu’il as­somme le Tour ra­pi­de­ment en mon­tagne d’ha­bi­tude… »

Froome lui-même ne sur­joue pas la pru­dence : « Je n’ai au­cun doute sur le fait qu’il va es­sayer de m’at­ta­quer dans les Alpes. Les deux-trois an­nées pas­sées, il a mon­tré qu’il était très fort en troi­sième se­maine. Et on sent que Valverde est en ex­cel­lente forme. » « J’ai per­du du temps, mais la si­tua­tion reste po­si­tive, af­firme Quin­ta­na. Un tra­vail col­lec­tif peut nous per­mettre de re­prendre du temps… » Mar­di, une jour­née de re­pos vien­dra re­battre les cartes avant l’ex­pli­ca­tion fi­nale. As­sez pour chan­ger la donne ?

Il doit s’ins­pi­rer de 2015

Seule­ment 4e au clas­se­ment gé­né­ral, à 2 min 59 du Bri­tan­nique Ch­ris­to­pher Froome, Nai­ro Quin­ta­na n’a pas ras­su­ré ses sup­por­teurs dans les Py­ré­nées. Il va de­voir beau­coup at­ta­quer dans les Alpes s’il veut avoir une chance de re­faire son re­tard.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.