La poisse de Ju­lian Ala­phi­lippe

Aujourd'hui en France - - SPORTS - Cu­loz (Ain) De l’un de nos en­voyés spé­ciaux Ju­lian Ala­phi­lippe, vic­time d’un pro­blème mé­ca­nique OLI­VIER FRAN­ÇOIS

A l’ombre de son bus, Ju­lian Ala­phi­lippe tente de trou­ver du calme en pé­da­lant sur des rou­leaux. « J’ai mal au ventre », glisse le jeune Fran­çais d’Etixx-Quick Step à l’in­ten­tion de son soi­gneur. Il gri­mace, la gorge nouée, les larmes au bord des yeux. Il sait qu’il vient de pas­ser tout près de l’ex­ploit et que s’il a échoué — il ter­mine 5e à 22’’ du vain­queur, Jar­lin­son Pan­ta­no —, ce n’est pas fran­che­ment de sa faute. « Je me suis ac­cro­ché dans la mon­tée du Grand Co­lom­bier, souffle le cou­reur de 24 ans, entre deux res­pi­ra­tions. Puis j’ai fait la des­cente en tête car je ne la connais­sais pas et je ne vou­lais pas prendre de risques. J’ai dé­raillé à plu­sieurs re­prises, j’ai réus­si à re­mettre la chaîne sur le pla­teau tout en rou­lant, mais la der­nière fois elle s’est blo­quée. J’ai dû m’ar­rê­ter et at­tendre la voi­ture de mon di­rec­teur spor­tif pour chan­ger de vé­lo. Voi­là, c’est dur car j’avais de bonnes sen­sa­tions. Je vou­lais que ce soit une jour­née par­ti­cu­lière et j’ai tout don­né. Je suis vrai­ment dé­çu. » Plus en­core qu’à Cher­bourg, lors de la deuxième étape, où il avait fi­ni deuxième du sprint en côte, coif­fé au tout der­nier mo­ment par Pe­ter Sa­gan. « C’est ra­geant parce qu’il est dif­fi­cile d’être de­vant sur le Tour de France, sur­tout en mon­tagne, sou­ligne Ala­phi­lippe. Tout le monde avait mal aux jambes, et le fi­nal me cor­res­pon­dait bien. Si mon pro­blème n’était pas ar­ri­vé, j’au­rais peut-être ga­gné, mais on ne le sau­ra ja­mais. » Alors qu’il file sur son vé­lo vers le contrôle an­ti­do­page, son ma­na­geur, Pa­trick Le­fe­vere, sou­pire en le re­gar­dant s’éloi­gner : « J’ai l’im­pres­sion que, sur ce Tour, tout ne va pas bien pour lui. »

« C’est ra­geant »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.