« Je vo­te­rai pour lui car Clin­ton est cor­rom­pue »

Glinn,

Aujourd'hui en France - - LE FAIT DU JOUR - New York (Etats-Unis) De notre cor­res­pon­dante Mol­ly, New-Yor­kaise CH­LOÉ COHEN

ATTABLÉ à la ter­rasse d’un ca­fé, à l’ombre des gratte-ciel de Man­hat­tan, Da­mian avale un sand­wich en vi­tesse avant de re­tour­ner tra­vailler. « Est-ce que Do­nald Trump peut de­ve­nir le nou­veau pré­sident des EtatsU­nis ? Bien sûr, qu’il le peut ! Et ça se­rait une ca­tas­trophe », ré­pond cet agent de main­te­nance. Mais si se­lon lui Do­nald Trump a ses chances de rem­por­ter l’élec­tion pré­si­den­tielle, c’est bien à cause de son ad­ver­saire dé­mo­crate, Hilla­ry Clin­ton. « Elle n’est pas as­sez hon­nête, les élec­teurs ne lui font pas confiance, sou­pire le tren­te­naire. Donc les gens vont pré­fé­rer don­ner leur voix à Trump. » A l’image de Glinn, un chef d’en­tre­prise new-yor­kais de 55 ans. « Je vais vo­ter pour lui car Hilla­ry Clin­ton est cor­rom­pue, et il est grand temps d’élire un homme d’af­faires comme pré­sident. Je pense vrai­ment qu’il peut ga­gner », as­sure-t-il.

Quelques tables plus loin, Ja­ckie et Mol­ly pré­fèrent ne pas y croire. « Do­nald Trump ne va pas rem­por­ter cette élec­tion, mais la cam­pagne risque d’être très ser­rée », in­ter­vient Ja­ckie, s t yl i s t e de 28 ans, un sou­rire cris­pé sur les lèvres. « Beau­coup de gens ap­pré­cient Do­nald Trump car c’est le can­di­dat sexy, ce­lui qu’on n’at­ten­dait pas, ce­lui qui par­ti­cipe aux émis­sions de té­lé­vi­sion, pour­suit Mol­ly. Et mal­heu­reu­se­ment Hilla­ry Clin­ton a fait des er­reurs, et il ne va pas hé­si­ter à s’en ser­vir contre elle ».

Plus au nord dans la ville, à Cen­tral Park, Vi­ta­ly pré­fère dé­jeu­ner loin de la cha­leur étouf­fante du centre-ville. Cet in­gé­nieur de 34 ans sou­tient Trump. « C’est une nou­velle tête en po­li­tique et ça fait du bien, com­mente-t-il. Au moins, avec lui, on peut es­pé­rer que les choses changent, et s’il ne fait pas d’er­reurs il peut vrai­ment de­ve­nir notre nou­veau pré­sident. »

A cô­té de lui, Jack, les yeux ri­vés sur son jour­nal, hoche la tête en signe de désap­pro­ba­tion. « Je n’ai pas du tout le même avis, s’agace le re­trai­té, ha­billé en short et tee-shirt de sport. Trump est com­plè­te­ment fou, on ne sait pas à quoi s’at­tendre avec lui. Hilla­ry a fait des er­reurs, certes, mais au moins elle est brillante et elle a de l’ex­pé­rience. » Pour­tant Jack n’est pas com­plè­te­ment convain­cu par la can­di­date dé­mo­crate. « Je re­grette qu’il n’y ait pas de troi­sième concur­rent, avoue-t-il. Mais j’irai quand même vo­ter pour Hilla­ry Clin­ton, si­non ma femme va me tuer. »

« C’est le can­di­dat qu’on n’at­ten­dait pas »

New York (Etats-Unis), sa­me­di. Le can­di­dat ré­pu­bli­cain di­vise la so­cié­té amé­ri­caine, à l’image de ces ma­ni­fes­ta­tions pro et an­ti-Trump si­mul­ta­nées (à g. : « La ma­jo­ri­té si­len­cieuse avec Trump », à d. : « Dites à Trump : les La­ti­nos ne sont pas des vio­leurs et des cri­mi­nels »).

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.