Un exu­toire pour la co­lère…

Aujourd'hui en France - - NICE 14 JUILLET - J.-M.D.

Là où le ca­mion tueur conduit par Mo­ha­med La­houaiej Bouh­lel a fi­ni sa course san­glante, un mau­so­lée par­ti­cu­lier a pris forme. Un amas de dé­tri­tus en tous genres de­ve­nu l’exu­toire de la co­lère de cer­tains Ni­çois. « Il ne fal­lait pas qu’il vive, cette or­dure », lâche pu­bli­que­ment cette femme élé­gante, bron­zage par­fait, robe cou­ture et sac de luxe en ban­dou­lière, qui vient cra­cher sur cette pou­belle. Un père et son fils la suivent et crachent eux aus­si là où le chauf­feur a été abat­tu. « Il a se­mé la mort. Il a tué des en­fants, des mères, des pères ! Non, ça suf­fit ! » vi­tu­père Fa­bienne Lang, qui en­tonne l’hymne de la ville « Nice est belle », re­pris en choeur par des pas­sants sou­vent en pleurs. Une fillette lance un ga­let avec force sur le tas d’or­dures en hur­lant : « T’as tué ma co­pine ! On de­vait par­tir en va­cances à Sos­pel ! » Sa mère la fé­li­cite de son « cou­rage » avant de la ser­rer dans ses bras. Au cours de l’après-mi­di, le tas n’a ces­sé de gros­sir.

Nice (Alpes-Ma­ri­times), hier. A l’en­droit même où Mo­ha­med La­houaiej Bouh­lel a été stop­pé, les pas­sants, émus, se laissent al­ler à ex­pri­mer leur co­lère à son en­contre.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.