Bouh­lel, « ter­ro­riste de proxi­mi­té »

EN­QUÊTE. Les très nom­breux élé­ments réunis par les en­quê­teurs dé­montrent que le tueur avait lon­gue­ment ré­flé­chi et pré­pa­ré l’at­ten­tat du 14 Juillet en res­tant à Nice, la ville où il ha­bi­tait.

Aujourd'hui en France - - NICE 14 JUILLET - STÉ­PHANE SELLAMI

C’EST TOUJOURS avec des mots bien sen­tis et un sens de la for­mule bien à lui que Fran­çois Mo­lins, le pro­cu­reur de la Ré­pu­blique de Pa­ris, s’ex­prime. Hier, le haut ma­gis­trat n’a pas dé­ro­gé à sa règle au cours d’une confé­rence de presse por­tant sur l’at­taque ter­ro­riste de Nice (Alpes-Ma­ri­times). Pour dé­fi­nir la na­ture du car­nage per­pé­tré par Mo­ha­med La­houaiej Bouh­lel et le pro­fil de ce der­nier, il a par­lé de « ter­ro­risme de proxi­mi­té ». Une ex­pres­sion la­pi­daire qui rap­pelle celle de « l’ap­par­te­ment conspi­ra­tion­niste » des tueurs du Ba­ta­clan.

De fait, la per­son­na­li­té si­dé­rante du ter­ro­riste — dra­gueur im­pé­ni­tent, amant d’un homme de 73 ans, man­geant du porc, bu­vant de l’al­cool, époux violent — et le re­cours à un ca­mion de 19 t pour faire le plus de vic­times pos­sible, si­tue cette at­taque dans une forme de ter­ro­risme jus­qu’alors in­édite.

Par ailleurs, Fran­çois Mo­lins est re­ve­nu sur le « bas­cu­le­ment » de Mo­ha­med La­houaiej Bouh­lel et son « in­té­rêt cer­tain » mais « ré­cent » pour la « mou­vance dji­ha­diste ra­di­cale ». Entre le 1er et le 13 juillet, v e i l l e de l ’ a t t e nt a t q ui a f a i t 84 morts, le tueur a fait des re­cherches « qua­si quo­ti­diennes » sur In­ter­net « de sou­rates du Co­ran et sur des ana­chids (NDLR : des chants is­la­miques), ou­tils de pro­pa­gande de Daech ».

L’ex­ploi­ta­tion de son or­di­na­teur a per­mis de consta­ter qu’il avait éga­le­ment consul­té de nom­breuses pages re­la­tant la ré­cente at­taque dans un club gay d’Or­lan­do et la fu­sillade de Dal­las aux Etats-Unis, ain­si que sur l’as­sas­si­nat des deux po­li­ciers de Ma­gnan­ville (Yve­lines), tués à coups de cou­teau par un ter­ro­riste, La­ros­si Ab­bal­la, ayant fait al­lé­geance à l’Etat is­la­mique. Des pho­tos en lien avec « l’is­lam ra­di­cal, en par­ti­cu­lier des com­bat­tants ar­bo­rant le dra­peau du groupe ter­ro­riste Daech » , mais aus­si « des cou­ver­tures du jour­nal Char­lie Heb­do, des pho­tos de ca­davres, de Ben La­den et du chef dji­ha­diste al­gé­rien Mo­kh­tar Bel­mo­kh­tar », ont été re­trou­vées dans son or­di­na­teur. Par ailleurs, Mo­ha­med La­houaiej Bouh­lel s’est lais­sé pous­ser la barbe, huit jours avant son pas­sage à l’acte, « ex­pli­quant que la si­gni­fi­ca­tion était re­li- gieuse », a en­core pré­ci­sé Fran­çois Mo­lins.

Les en­quê­teurs de la di­rec­tion cen­trale de la po­lice ju­di­ciaire (DCPJ) ont aus­si ac­quis la cer­ti­tude que le ter­ro­riste avait pré­mé­di­té son geste, plu­sieurs jours, voire plu­sieurs mois à l’avance. Pour preuve, cette pho­to de la une du quo­ti­dien « Nice-Ma­tin », pu­bliée le 1er jan­vier der­nier et prise le même jour, ar­bo­rant le titre « Il fonce vo­lon­tai­re­ment sur la ter­rasse d’un res­tau­rant ». Ce cli­ché a été re­trou­vé dans le té­lé­phone du chauf­feur­li­vreur de 31 ans. Le tueur a éga­le­ment ef­fec­tué des re­cherches sur les fes­ti­vi­tés pré­vues à Nice au soir du 14 Juillet, et no­tam­ment sur le feu d’ar­ti­fice.

Des mots clés de re­cherches tels que « hor­ribles ac­ci­dents mor­tels », « ter­ribles ac­ci­dents mor­tels », ou bien en­core « vi­déos chocs, âmes sen­sibles s’abs­te­nir » ont aus­si été uti­li­sés par le ter­ro­riste au cours de ses pros­pec­tions sur le Web. Ce Tu­ni­sien, père de trois jeunes en­fants, s’est éga­le­ment en­quis de l’adresse d’une ar­mu­re­rie à Nice et a ten­té de se pro­cu­rer 5 000 €, le 28 juin, en contrac­tant un prêt à la consom­ma­tion, avant de se le voir re­fu­ser. Il a aus­si es­sayé de re­ti­rer 1 000 € à un dis­tri­bu­teur d’ar­gent mais a juste pu ré­cu­pé­rer 550 €, quelques jours avant son mas­sacre. En­fin, Mo­ha­med La­houaiej Bouh­lel s’était ou­vert au­près de proches en les ques­tion­nant sur la rai­son pour la­quelle le groupe Etat is­la­mique ne pou­vait pas pré­tendre à un ter­ri­toire. Au­tant d’élé­ments réunis par l’en­quête en cours qui signent la pré­mé­di­ta­tion de son acte.

Les en­quê­teurs ont ac­quis la cer­ti­tude que le ter­ro­riste avait pré­mé­di­té son geste

Mo­ha­med La­houaiej Bouh­lel au­rait ma­ni­fes­té un « in­té­rêt cer­tain » quoique « ré­cent » pour le dji­ha­disme, se­lon le pro­cu­reur de la Ré­pu­blique Fran­çois Mo­lins.

Nice (Alpes-Ma­ri­times), ven­dre­di. L’en­quête as­semble les pièces du puzzle per­met­tant de re­tra­cer le par­cours du tueur au ca­mion jus­qu’au 14 Juillet. Les pre­miers élé­ments montrent qu’il s’était ren­sei­gné sur les fes­ti­vi­tés de la Fête na­tio­nale à Nice et sur di­vers ac­ci­dents mor­tels.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.