La droite pose ses condi­tions

Aujourd'hui en France - - NICE 14 JUILLET - @OLIVIERBEAUMONT

QUELLE IMAGE don­ne­ra ce soir l’op­po­si­tion lors du dé­bat sur la pro­lon­ga­tion de l’état d’ur­gence, dis­cu­té puis vo­té à l’As­sem­blée na­tio­nale ? « Ce­la risque d’être… as­sez ferme », eu­phé­mise dé­jà un par­le­men­taire des Ré­pu­bli­cains (LR), lais­sant pré­sa­ger des dis­cus­sions ten­dues avec le gou­ver­ne­ment. Quitte à re­vivre la séance agi­tée qui avait sui­vi les at­ten­tats du 13 No­vembre ? « C’est pas le but. Mais s’il faut se faire en­tendre… »

Hier soir, à l’oc­ca­sion d’un bu­reau po­li­tique ex­tra­or­di­naire des Ré­pu­bli­cains, Ni­co­las Sar­ko­zy et les siens ont dé­fi­ni la stra­té­gie des jours à ve­nir : d’ac­cord pour sou­te­nir le texte, mais pas sans cer­taines condi­tions. « On pro­pose un deal. Une fa­çon de dire qu’on ne donne pas un blanc-seing au gou­ver­ne­ment pour vo­ter la pro­lon­ga­tion de l’état d’ur­gence », ex­plique son en­tou­rage. Dix pro­po­si­tions sont ain­si for­mu­lées, comme « l’ex­pul­sion en ur­gence ab­so­lue de tout étran­ger ayant des connexions avec un groupe ter­ro­riste », « la pro­lon­ga­tion de l’état d’ur­gence pour au moins six mois, voire au-de­là, pour prendre en compte les échéances de l’an­née 2017 », ou en­core « la créa­tion d’un nombre de centres de dé­ra­di­ca­li­sa­tion à la hau­teur des be­soins ».

La pri­maire n’est ja­mais loin

« Bien, mais in­suf­fi­sant », a ré­agi dans la fou­lée Jean-Fran­çois Co­pé, se­lon qui la droite de­vrait al­ler en­core plus loin, pré­co­ni­sant car­ré­ment « un plan de ba­taille contre le ter­ro­risme is­la­miste », dit-il, avec 50 000 « em­plois dans le ré­ga­lien ». Même po­si­tion pour Na­tha­lie Kos­cius­ko-Mo­ri­zet, elle aus­si can­di­date à la pri­maire, qui sou­hai­te­rait faire in­ter­dire le sa­la­fisme en France, de ma­nière à pou­voir fer­mer les mos­quées sa­la­fistes sur l’exemple des sectes. Ce à quoi Sar­ko­zy lui a ré­pon­du que cette pro­po­si­tion de­vait s’ins­crire dans un dé­bat plus large sur l’is­lam de France.

Un Ni­co­las Sar­ko­zy qui, au pas­sage, en a pro­fi­té pour étriller Alain Jup­pé sur ses pro­pos au len­de­main de l’at­ten­tat de Nice : « Ce n’est pas rai­son­nable de dire que si on avait fait ce­ci ou ce­la, l’at­ten­tat n’au­rait pas eu lieu. » Dé­ci­dé­ment, la pri­maire n’est ja­mais bien loin… Oli­vier Beau­mont

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.