Fnac-Dar­ty : feu vert pour le nou­veau géant

DIS­TRI­BU­TION. L’Au­to­ri­té de la concur­rence a va­li­dé, hier, le ra­chat de Dar­ty par la Fnac. Sur­prise : le nou­vel en­semble ne de­vra cé­der que six ma­ga­sins.

Aujourd'hui en France - - ACTUALITÉ - VIC­TOR TASSEL

LA FIN D’UN FEUILLETON. Après une lutte achar­née à coups de sur­en­chères suc­ces­sives avec Con­fo­ra­ma pour le ra­chat de Dar­ty, la Fnac avait rem­por­té la ba­taille en avril der­nier. Il ne res­tait qu’une étape avant la vé­ri­table of­fi­cia­li­sa­tion : l’aval de l’Au­to­ri­té de la concur­rence. C’est chose faite. Hier, les sages ont don­né leur ac­cord à Alexandre Bom­pard, PDG de la Fnac. En contre­par­tie, le nou­vel en­semble, dé­dié aux biens cultu­rels, à l’élec­tro­mé­na­ger, à la hi­fi et à l’in­for­ma­tique, de­vra se sé­pa­rer de six ma­ga­sins. Cinq pour Dar­ty et un pour la Fnac — ce­lui, ré­cent, du centre Beau­gre­nelle (Pa­ris XVe) —, sont concer­nés, tous en Ile-de-France (Dar­ty : Pa­ris XIe, XIIIe, XVIIe et Vé­li­zy-Villa­cou­blay). Bien moins que le nombre de di­zaines de ces­sions qui cir­cu­lait de­puis avril.

Une pe­tite ré­vo­lu­tion

Ac­cu­sée de trop de fer­me­té, voire de dog­ma­tisme, l’Au­to­ri­té de la concur­rence a, cette fois, fait preuve de mo­der­ni­té. Grande pre­mière, les sages ont in­clus la vente en ligne dans leur ré­flexion. « Nous de­vions re­gar­der la réa­li­té en face, re­con­naît Bru­no Las­serre, pré­sident de l’Au­to­ri­té de la concur­rence. Au­jourd’hui, la vente en ligne, pous­sée par ses grands ac­teurs (NDLR : Ama­zon ou Cdis­count), re­pré­sente entre 20 et 30 % du mar­ché. » Mais ce­la ne si­gni­fie pas que les ca­naux de dis­tri­bu­tion en ligne se­ront au­to­ma­ti­que­ment pris en compte à l’ave­nir. « Cette dé­ci­sion ne vaut que pour le sec­teur de l’élec­tro­do­mes­tique, pré­cise Bru­no Las­serre. Notre ana­lyse au­rait été pro­ba­ble­ment dif­fé­rente pour le sec­teur de l’ali­men­taire, par exemple, pour le­quel la vente en ligne n’est pas aus­si dé­ve­lop­pée. » A la Fnac, on se frotte les mains. « C’est une grande sa­tis- fac­tion. L’Au­to­ri­té a com­pris notre pro­jet in­dus­triel, qui est de pro­po­ser une al­ter­na­tive à Ama­zon ou Cdis­count », se fé­li­cite-t-on. Les six ma­ga­sins cé­dés n’ont pas vo­ca­tion à être fer­més, mais re­pris, d’ici à l’été 2017, par des en­seignes du même sec­teur pour pré­ser­ver la concur­rence. Les en­chères sont ou­vertes, ces ma­ga­sins oc­cu­pant des em­pla­ce­ments convoi­tés. Un connais­seur du dos­sier n’ex- clut pas que l’un d’eux soit ra­che­té par Ama­zon ou Cdis­count, si l’un d’eux, pré­sents uni­que­ment sur In­ter­net, sai­sit cette op­por­tu­ni­té de s’of­frir un vais­seau ami­ral à Pa­ris. « Nous veille­rons à ce que ces re­prises se fassent au bé­né­fice des Pa­ri­siens », pré­vient Bru­no Las­serre. D’ici là, les deux marques gar­de­ront leur iden­ti­té propre. Dar­ty res­te­ra l’en­seigne du contrat de confiance. « Nous vou­lons ad­di­tion­ner les forces, pas ab­sor­ber to­ta­le­ment Dar­ty. Ce sont deux marques ico­niques, cha­cune doit conser­ver son propre es­prit d’en­tre­prise », ex­plique-t-on à la Fnac. Pour les sa­la­riés, comme pour les clients, il n’y a donc pas de ré­vo­lu­tion, pour l’ins­tant. Mais le nou­vel en­semble en­tend pour­suivre sa di­gi­ta­li­sa­tion pour li­vrer ba­taille aux géants d’In­ter­net.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.