Des In­diens dans la ville

Aujourd'hui en France - - VOTRE SOIRÉE TÉLÉVISION - Mi­rande (Gers) De nos en­voyés spé­ciaux Les membres de l’as­so­cia­tion Cow­boy Co­mé­die Textes : ÉRIC BU­REAU JEAN-BAP­TISTE QUEN­TIN

AU DÉTOUR D’UNE ROUTE bor­dée de tour­ne­sols, une Har­ley-Da­vid­son, une deuxième, une di­zaine, une cen­taine… Le dra­peau confé­dé­ré flotte sur le cam­ping, les pan­neaux in­diquent un mur de la mort, on croise un shé­rif pa­trouillant avec une Win­ches­ter, un In­dien au vo­lant d’un bug­gy re­cou­vert d’une peau de grizz­ly… Le so­leil cogne aus­si fort que dans un wes­tern de Ser­gio Leone. Wel­come to Mi­rande Ci­ty !

Nous ar­ri­vons di­manche pour le cin­quième et der­nier jour du fes­ti­val Coun­try in Mi­rande, qui re­naît de ses cendres dans le Gers, après avoir dé­cla­ré for­fait en 2014. On est loin du faste des an­nées 2010, où ce ras­sem­ble­ment coun­try créé en 1993 était l’un des plus gros du pays, ac­cueillant des stars du ca­libre de Jer­ry Lee Le­wis et 100 000 pas­sion­nés dans le stade. Il s’étend dé­sor­mais de la place du vil­lage à de grands ter­rains vagues en li­sière. C’est dif­fus, mais c’est calme. Même au cours de danse en ligne du cho­ré­graphe bri­tan­nique Rob Fow­ler, il n’y a pas foule dans le gym­nase.

Voi­là un fes­ti­val coun­try qui met en va­leur les In­diens. Au­tour du ma­gni­fique ti­pi de Loup Bleu, Phi­lippe, alias Homme qui Sou­rit, et Ba­bé, alias Pe­tite Fleur, font la danse du la­pin. « Nous ne sommes pas in­diens et ne re­pré­sen­tons au­cune na­tion, pré­vient Phi­lippe, pom­pier dans le ci­vil. Nous sommes juste des fans de coun­try du coin qui ap­pre­nons leurs cou­tumes pour les faire connaître. » En face, au mi­lieu des ven­deurs d’at­trape-rêves et de Stet­son, se dé­marque un stand Sou­tien aux en­fants et fa­milles La­ko­ta. Cette as­so­cia­tion hu­ma­ni­taire vend de l’ar­ti­sa­nat réa­li­sé par les In­diens de la ré­serve de Pine Ridge, dans le Da­ko­ta du Sud, pour les ai­der à s’éman­ci­per et à pro­té­ger leurs en­fants du froid et de la faim.

Ici, les In­diens boivent de l’eau de feu avec les cow-boys. « Nous sommes de l’as­so­cia­tion bor­de­laise Cow­boy Co­mé­die, pré­cisent ces der­niers. Nous sommes ou­vrier agri­cole, rou­tier, ar­chi­tecte, po­li­cier et nous fai­sons des ani­ma­tions wes­tern pour nous vi­der la tête. » Ro­ger Pa­lom­ba, lui, l’a bien rem­plie. « On a fait entre 10 000 et 15 000 vi­si­teurs, se sa­tis­fait le pré­sident du fes­ti­val à l’heure des comptes. Ce n’est pas le top mais, l’an der­nier, on est re­par­tis de rien. » Cet an­cien prof de ges­tion de 75 ans, tom­bé amou­reux de Mi­rande en ar­ri­vant d’Al­gé­rie en 1962, a re­lan­cé le fes­ti­val avec 130 bé­né­voles. Il n’en dit pas trop, il y a une af­faire ju­di­ciaire en cours sur la ges­tion pas­sée… « J’étais l’un des fon­da­teurs, et ça m’a fait mal au coeur de le voir dis­pa­raître. C’est cru­cial pour un vil­lage de 4 000 ha­bi­tants et ses com­merces. Alors, on es­saye de le faire re­naître dou­ce­ment. » Good luck Ro­ger !

« Nous sommes ou­vrier agri­cole, rou­tier, ar­chi­tecte, po­li­cier »

@Eric_Bu­reau le­pa­ri­sien.fr Au coeur du fes­ti­val coun­try de Mi­rande

Mi­rande (Gers), di­manche. L’es­prit des Grandes Plaines souffle jusque dans le sud-ouest de la France, où des pas­sion­nés mettent en scène leur pas­sion pour le wes­tern.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.