Le gy­paète bar­bu fait son nid dans les Alpes

Aujourd'hui en France - - VOTRE SOIRÉE TÉLÉVISION - JULES BRUSSEL

MI-AIGLE, mi-vau­tour, il est l’un des plus grands ra­paces d’Eu­rope. Le gy­paète bar­bu, dont l’en­ver­gure peut at­teindre près de 3 m, rap­pelle le fau­con par sa sil­houette svelte et élan­cée. Sur­tout pré­sent en Corse et dans les Py­ré­nées, ce ra­pace est éga­le­ment re­pré­sen­té par une di­zaine de couples qui vivent dans les Alpes fran­çaises.

Etienne Mar­lé, char­gé de l’unique centre d’éle­vage en France, re­vient sur l’his­toire de l’es­pèce : « Le gy­paète a long­temps été per­sé­cu­té du fait des peurs qu’il ins­pi­rait, mais aus­si de la chasse in­ten­sive dont il a été vic­time. Suc­ces­si­ve­ment consi­dé­ré comme un vo­leur d’en­fant, une bête fé­roce et un oi­seau dé­mo­niaque, il a été pous­sé aux portes de l’ex­tinc­tion au XIXe siècle, dans les Alpes. De­puis, plu­sieurs pro­jets de ré­in­ser­tion ont vu le jour, à par­tir de 1986. Le der­nier en date, le pro­jet Cor­ri­dor (2012), vise à lâ­cher de jeunes oi­seaux afin que ceux-ci forment un noyau de po­pu­la­tion dans le Mas­sif cen­tral et, par leurs dé­pla­ce­ments, éta­blissent des échanges entre les po­pu­la­tions al­pine et py­ré­néenne. »

Sur­nom­mé le cas­seur d’os

Il existe de nom­breux points d’ob­ser­va­tion dans les Alpes. Etienne Mar­lé conseille le col de la Co­lom­bière, dans le mas­sif du Bar­gy (Haute-Sa­voie). L’oc­ca­sion d’y contem­pler d’im­pres­sion­nants pa­no­ra­mas, ain­si que le ma­gni­fique lac Bé­nit. On y croise éga­le­ment bou­que­tins et cha­mois avant de le­ver les yeux au ciel pour aper­ce­voir ce grand ra­pace. Re­con­nais­sable avec ses yeux jaunes cer­clés de rouge, sa bar­bi­chette au­tour du bec et son plu­mage contras­té chez l’adulte, le gy­paète est un re­mar­quable pla­neur. Les jeunes ont un plu­mage sombre et le ventre blanc. Le gy­paète, très at­ta­ché à sa ré­gion na­tale, vit néan­moins sur un ter­ri­toire al­lant de 300 à 500 km².

S u r n o mmé le cas­seur d’os, l’oi­seau se nour­rit es­sen­tiel­le­ment d’ani­maux morts, voire à 90 % de leurs car­casses. Les os trop vo­lu­mi­neux sont je­tés d’une grande hau­teur afin de les fra­cas­ser contre des ro­chers. Le gy­paète bar­bu joue ain­si un rôle sa­ni­taire es­sen­tiel en dé­bar­ras­sant la na­ture des ca­davres d’ani­maux. Au­jourd’hui, ce­pen­dant, l’aug­men­ta­tion du ré­seau rou­tier en mon­tagne, l’ap­pa­ri­tion de nou­velles ac­ti­vi­tés et la ré­gres­sion lo­cale du pas­to­ra­lisme af­fectent gra­ve­ment l’es­pèce.

Le gy­paète bar­bu, l’un des plus grands ra­paces d’Eu­rope, a failli dis­pa­raître des Alpes au XIXe siècle. De­puis, plu­sieurs pro­jets de ré­in­ser­tion ont vu le jour.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.