Et si cette fois le pays cra­quait ?

AT­TEN­TATS. In­ci­dents à ré­pé­ti­tion, agres­sions ver­bales, co­lère… Après le troi­sième at­ten­tat de masse, jeu­di à Nice, la « ré­sis­tance » cède le pas au risque de dé­bor­de­ment.

Aujourd'hui en France - - LE FAIT DU JOUR - OLI­VIER BEAU­MONT ET HEN­RI VERNET (AVEC ELO­DIE CHERMANN)

AT­TEN­TION, pays au bord de la crise de nerfs. Pas la guerre ci­vile, certes, tant s’en faut. Mais par­tout en France, de­puis l’at­ten­tat du 14 Juillet à Nice, ces signes d’une so­cié­té rem­plie de co­lère, en proie au piège de la di­vi­sion, du re­pli sur soi, de la dé­fiance en­vers tous et cha­cun. Des Fran­çais prêts à mon­trer du doigt d’autres Fran­çais, sous pré­texte de leur re­li­gion. On a beau ré­pé­ter, par­tout, de­puis l’at­ten­tat contre « Char­lie Heb­do » en jan­vier 2015, que « ces abo­mi­na­tions n’ont rien à voir avec l’is­lam, les mots ne suf­fisent plus », comme le constate le son­deur Brice Tein­tu­rier. « Les ter­ro­ristes veulent nous di­vi­ser, nous mon­ter les uns contre les autres », a dé­cla­ré Fran­çois Hol­lande hier, en vi­site au Por­tu­gal. De­puis j an­vier 2015, ce risque de frac­ture dans le pays, de vio­lences à l’en­contre de com­mu­nau­tés, est la han­tise du pré­sident. Ce­la a te­nu après « Char­lie », après le Ba­ta­clan.

Mais cette fois, la ten­sion monte. « Ce qui nous me­nace au­jourd’hui, c’est moins une guerre ci­vile qu’un dé­li­te­ment, une fra­gi­li­sa­tion ex­trême de la so­cié­té », ana­lyse le so­cio­logue Alain Mer­gier. « Le danger, c’est d’avoir une po­pu­la­tion qui cherche à se faire jus­tice elle-même, ren­ché­rit Bru­no Le Maire (LR). On entre dans une zone à risque, le dé­ra­page est pos­sible à tout mo­ment. »

Pour preuve, dans la rue, et jus­qu’au coeur des cé­ré­mo­nies d’hom­mage aux vic­times, cette pa­role ra­ciste qui éclôt, at­taque et blesse sans com­plexe. Telle cette jeune femme sè­che­ment priée de « re­tour­ner où elle est née »… et obli­gée de ré­pondre, pro­té­gée par des po­li­ciers, que « son pays, c’est la France », où elle est née.

Le stan­dard du FN sub­mer­gé d’ap­pels

Co­lère, dé­fiance et re­jet, plus en­core, contre les res­pon­sables po­li­tiques. Gauche et droite confon­dus. Les uns, hués en pleine mi­nute de si­lence à Nice pour leur in­ca­pa­ci­té à « pro­té­ger la mai­son France », comme le pro­met­tait Fran­çois Hol­lande quelques heures avant l’at­ten­tat. Alors que la réa­li­té, ad­met Manuel Valls lui-même, c’est qu’il faut s’ha­bi­tuer à vivre avec un risque au­quel la France de­vra faire face « pen­dant au moins dix à vingt ans » ! Et les autres, à droite, fus­ti­gés pour l’in­dé­cente sur­en­chère à la­quelle ils se sont li­vrés, dans un fes­ti­val de pro- po­si­tions sé­cu­ri­taires — al­lant jus­qu’aux lance-ro­quettes aux car­re­fours d’Hen­ri Guai­no. La course à la pré­si­den­tielle en­flam­mant — et em­brouillant — les es­prits.

Et, comme d’ha­bi­tude, dans ce cli­mat élec­trique, l’ex­trême droite en­grange. Ven­dre­di, au len­de­main du car­nage, le stan­dard du Front na­tio­nal au siège de Nan­terre était sub­mer­gé d’ap­pels : « Des gens exas­pé­rés par les images qu’ils ont vues et ré­vol­tés d’en­tendre tou­jours les mêmes po­li­tiques don­ner tou­jours les mêmes ré­ponses, sans vraies so­lu­tions », com­mente, non sans sa­tis­fac­tion, un cadre FN. Ma­rine Le Pen, contrai­re­ment à tous ses ri­vaux, n’a qua­si­ment pas be­soin de s’ex­pri­mer pour voir son par­ti « en­re­gis­trer un boom des adhé­sions dans les qua­rante-huit heures » qui ont sui­vi le drame, se­lon ce même res­pon­sable.

Pas be­soin d’en ra­jou­ter dans le dis­cours, peut-être, mais n’y au­rait-il pas d’autres moyens de souf­fler sur les braises ? Hier, après l’agres­sion au cou­teau d’une fillette dans un vil­lage de va­cances à Gap (Alpes-deHaute-Pro­vence), les té­nors fron­tistes ont crié à l’agres­sion is­la­miste, sourds aux dé­men­tis in­sis­tants des au­to­ri­tés.

Pour tous les Fran­çais, mal­gré la peur et la co­lère, il est urgent de faire re­tom­ber la pres­sion. @olivierbeaumont @Hen­riVer­net

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.