Trump in­ves­ti à Cle­ve­land

ÉTATS-UNIS. Hier soir, Do­nald Trump a été of­fi­ciel­le­ment nom­mé can­di­dat pour les ré­pu­bli­cains. Au­tour du lieu de la conven­tion, ses par­ti­sans et ses op­po­sants se déchaînent.

Aujourd'hui en France - - ACTUALITÉ - Cle­ve­land (Etats-Unis) De notre en­voyée spé­ciale JANNICK ALIMI

CLE­VE­LAND (Ohio) est sous tens i on. C’ e s t dans c e t t e v i l l e de 400 000 ha­bi­tants sur le lac Erié que se tient, de­puis lun­di et jus­qu’à de­main, la conven­tion na­tio­nale des ré­pu­bli­cains qui a élu Do­nald Trump comme le can­di­dat du Grand Old Par­ty (« grand vieux par­ti », le sur­nom du Par­ti ré­pu­bli­cain) dans la course à la Mai­son-Blanche. Dé­ploie­ment des forces de po­lice en voi­ture, à che­val ou à vé­lo, cor­don de sé­cu­ri­té et ac­cès blo­qués aux abords du Qui­cken Loans Are­na, le grand stade où se dé­roule la conven­tion… Des ren­forts po­li­ciers sont ve­nus de tout le pays, de Ca­li­for­nie (3 000 po­li­ciers), de Flo­ride, du Mi­chi­gan pour ai­der les forces de l’ordre lo­cales…

Une am­biance élec­trique

« C’est une ville sous haute sur­veillance », ex­plique un des chauf­feurs de taxi en ma­raude dans le centre de la ville. Les cen­taines de dé­lé­gués réunis à l’Are­na passent l’exa­men au scan­ner des ser­vices de sé­cu­ri­té. La po­lice a sol­li­ci­té l’au­to­ri­sa­tion de li­mi­ter le port d’armes à l’ex­té­rieur et à l’in­té­rieur des bâ­ti­ments, cer­tains dé­lé­gués ve­nant les­tés de pis­to­lets ! Mais la loi de l’Ohio ne pré­voit pas une telle res­tric­tion…

C’est que « down­town », c’est-à-dire dans le centre-ville, l’am­biance est élec­trique. Des ma­ni­fes­ta­tions pro et an­ti-Trump, or­ga­ni­sées de­puis plu­sieurs jours, de­vraient ani­mer les rues de la ville jus­qu’à la fin de la se­maine. Au slo­gan « trum­pien » « Make Ame­ri­ca great again » (« ren- dre à l’Amé­rique sa puis­sance ») ré­pond dé­sor­mais « Make Ame­ri­ca rage again » (« rendre à l’Amé­rique son pou­voir de contes­ta­tion »). Bi­kers for Trump (« les mo­tards pour Trump ») ou conspi­ra­tion­nistes ul­tra­con­ser­va­teurs d’un cô­té, face aux an­ti­ra­cistes, aux fé­mi­nistes (cer­tai- nes se sont in­tro­duites toutes nues sur le site) et aux dé­fen­seurs des droits de l’homme de l’autre cô­té. « Pas ques­tion pour nous d’al­ler au clash, nous confie Jane, une mi­li­tante an­ti-Trump. Mais Trump est un réel danger. Alors on veut ex­pri­mer notre op­po­si­tion. » « C’est le mo­ment ou ja­mais de sou­te­nir Trump. Mais on n’est pas là pour la cas­tagne », ex­plique quant à lui Dan, un mo­tard du Texas. Un peu plus loin, le bus du Ré­seau des nonnes est ar­rê­té. Le véh i c u l e a c o mmen­cé d e p u i s le 11 juillet à Ma­di­son (Wis­con­sin) un tour pré­élec­to­ral qui se ter­mi­ne­ra le 29 juillet à Phi­la­del­phie pour la conven­tion dé­mo­crate. « Nous ne pre­nons pas par­ti, ex­plique Ma­ry, une re­li­gieuse de Chi­ca­go. Mais nous vou­lons éveiller la po­pu­la­tion au dé­bat d’idées. »

Pour le mo­ment, la si­tua­tion est sous contrôle. Mais le cli­mat reste ten­du, à l’image de ce­lui qui règne dans le pays de­puis quelques se­maines, avec le mas­sacre d’Or­lan­do (Flo­ride) puis l’as­sas­si­nat de trois po­li­ciers à Bâ­ton-Rouge (Loui­siane) en dé­but de se­maine. Une ten­sion qui lé­gi­time les dis­cours sé­cu­ri­taires de Do­nald Trump, dé­sor­mais au cou­deà-coude dans les son­dages avec celle qui de­vrait être élue can­di­date des dé­mo­crates la se­maine pro­chaine, Hilla­ry Clin­ton.

Cle­ve­land (Etats-Unis), lun­di. De jeunes Amé­ri­caines ma­ni­festent contre Do­nald Trump, qu’elles ac­cusent de ra­cisme.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.