« Par­fois, l’hô­tel­le­rie, c’est li­mite »

Syl­vain Cha­va­nel,

Aujourd'hui en France - - SPORTS - Fri­bourg Pro­pos re­cueillis par O.F.

Il rentre à vé­lo, tout sou­rire, dans la cour de son hô­tel de Fri­bourg après sa sor­tie d’en­traî­ne­ment, un par­cours au­tour d’un lac, ac­com­pli hier lors de la jour­née de re­pos. A 37 ans, Syl­vain Cha­va­nel, qui dis­pute son 16e Tour, es­time pour­tant qu’il y a en­core des pro­grès à faire en termes d’hé­ber­ge­ment.

Etes-vous bien lo­gé sur le Tour de France ?

SYL­VAIN CHA­VA­NEL. Ce­la dé­pend. Je trouve que ce n’est pas tou­jours au top ni­veau. Par­fois, l’hô­tel­le­rie, c’est li­mite. Moi, je suis un adepte de la cli­ma­ti­sa­tion et je ne com­prends pas quand je tombe dans un éta­blis­se­ment où il n’y en a pas. Et c’est le cas ici, à Fri­bourg. Avant, on avait aus­si des sou­cis avec la nour­ri­ture car elle n’était pas tou­jours très bonne. Mais main­te­nant, c’est fi­ni, on a notre propre cui­si­nier et on mange dans notre ca­mion res­tau­rant.

De quel confort avez-vous le plus be­soin ?

Le plus im­por­tant, c’est de bien dor­mir. Quand on rentre d’une étape dure et que l’on est fa­ti­gué, une bonne li­te­rie, c’est pri­mor­dial. Et il me faut des nuits fraîches. Si­non, je ne suis pas dif­fi­cile, je m’adapte fa­ci­le­ment. Pour moi, le top, c’est d’être près d’un lac ou à la cam­pagne, dans la na­ture, pas en centre-ville. Les tra­jets ne me dé­rangent pas, car notre bus est confor­table.

L’hé­ber­ge­ment sur le Tour a-t-il évo­lué de­puis vos dé­buts ?

« Une bonne li­te­rie, c'est pri­mor­dial »

Pas vrai­ment. Il n’y a rien d’ex­cep­tion­nel dans ce sens. Le reste a évo­lué, comme le ma­té­riel, la tech­nique, la nu­tri­tion ; mais les hô­tels sont à peu près les mêmes. Des fois, on se re­trouve dans des éta­blis­se­ments où la mo­quette date des an­nées 1950. On peut avoir des al­ler­gies…

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.