Le pot­tok, fier­té du Pays basque

Aujourd'hui en France - - VOTRE SOIRÉE TÉLÉVISION - JULES BRUSSEL

IL Y A LA PE­LOTE, le pi­ment, les bé­rets… et le pot­tok. Vé­ri­tables sym­boles du Pays basque, les « pot­to­kak » (plu­riel en langue basque de « pot­tok ») sont « la der­nière race de che­vaux à vivre en France en trou­peau et en to­tale li­ber­té », rap­pelle Jean-Paul Idiart, éle­veur à Os­sès. Un brin char­meur, ce drôle de po­ney sau­vage, dont la hau­teur ne dé­passe pas 1,30 m au gar­rot et re­con­nais­sable à sa robe noire, baie, ale­zane ou pie, ain­si qu’à ses crins épais et abon­dants, est pré­sent dans les mas­sifs basques de la Rhune, de l’Art­za­men­di, du Baï­gu­ra et de l’Ur­suya.

Un che­val rus­tique et so­ciable

C’est il y a un mil­lion d’an­nées qu’ap­pa­raît, en Amé­rique du Nord, cet ani­mal unique en son genre. D’abord no­mades, les trou­peaux fran­chissent le pont na­tu­rel qui re­lie alors l’Alas­ka à la Si­bé­rie. Ju­ments et éta­lons migrent vers l’Asie, puis l’Eu­rope. On re­trouve ain­si, dans plu­sieurs grottes du Pays basque (Sare, Is­tu­ritz…), des fresques pré­his­to­riques mon­trant l’ani­mal.

La lé­gende veut aus­si que les pot­toks aient ins­pi­ré les mu­si­ciens basques, qui re­pro­dui­saient le son du ga­lop à l’aide de pi­lons en bois. Pa­ra­doxe à lui seul, le pot­tok (« pe­tit che- val », en basque) est à la fois ro­buste et gé­né­reux, rus­tique et so­ciable. En ef­fet, se­lon Jean-Paul Idiart, le pre­mier atout de l’ani­mal, « c’est son ex­cep­tion­nelle ré­sis­tance. Il s’adapte fa­ci­le­ment à son en­vi­ron­ne­ment ». Ce­la lui va­lut d’être em­ployé aus­si bien dans les champs d’Eus­ka­di que dans les mines de char­bon du nord et de l’est de la France. Près de 2 000 re­pré­sen­tants de l’es­pèce vivent au­jourd’hui dans les mas­sifs py­ré­néens, à l’état se­mi-sau­vage au mi­ni­mum neuf mois par an.

Dans ce cadre, ils contri­buent à l’en­tre­tien des es­paces na­tu­rels. Se­lon Jean-Paul Idiart, la sur­vie de ce che­val tient ce­pen­dant bien plus à la mo­ti­va­tion d’une poi­gnée de pas­sion­nés qu’à une réa­li­té éco­no­mique, en dé­clin. L’éle­veur re­grette d’ailleurs l’ab­sence d’une vé­ri­table re­lève dans la pro­fes­sion.

Les phoques de la baie de Somme

En­vi­ron 2 000 pot­toks, des che­vaux dont la hau­teur ne dé­passe pas 1,30 m au gar­rot, vivent qua­si­ment toute l’an­née à l’état se­mi-sau­vage dans les mas­sifs basques de la Rhune, de l’Art­za­men­di, du Baï­gu­ra et de l’Ur­suya.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.