Orange, Sam­sung et les banques sur le pied de guerre

Aujourd'hui en France - - LE FAIT DU JOUR - Pro­pos re­cueillis par NELSON GETTEN B.L.

UN COM­PA­GNON DE SHOPPING. C’est avec ce sym­pa­thique so­bri­quet qu’Orange sur­nomme sa nou­velle ap­pli­ca­tion pion­nière en France, Orange Cash. Une tech­no­lo­gie lan­cée en oc­tobre qui per­met à l’abon­né Orange de payer avec son té­lé­phone à la caisse d’un com­merce sur trois dans l’Hexa­gone, et sur la­quelle l’opé­ra­teur aux 26,7 mil­lions d’abon­nés en France mise gros. En clair, en té­lé­char­geant Orange Cash et en ver­sant de l’ar­gent dans son porte-mon­naie vir­tuel Orange, cha­cun peut ré­gler des sommes jus­qu’à 300 € maxi­mum. Un pro­cé­dé qui a sé­duit en dix mois 250 000 per­sonnes, des consom­ma­teurs qui dé­pensent, se­lon Orange, en moyenne 10 € deux fois par se­maine, es­sen­tiel­le­ment dans les villes. Mais — et c’est un frein non né­gli­geable —, la condi­tion pour uti­li­ser ce ser­vice est de dis­po­ser du ma­té­riel adé­quat, à sa­voir un smart­phone NFC (en an­glais « Near Field Com­mu­ni­ca­tion », tra­dui­sez par « sans contact ») sous An­droid ou Win­dows (et non Apple). « L’ar­ri­vée d’Apple Pay en France est une très bonne nou­velle pour Orange », sa­lue donc Ch­ris­tian Bom­brun, res­pon­sable du di­ver­tis­se­ment chez Orange. Et pour cause. Orange vient de conclure, en juin, un ac­cord avec le géant amé­ri­cain afin de pro­po­ser dès oc­tobre aux uti­li­sa­teurs d’iP­hone (le té­lé­phone d’Apple), quelle que soit leur banque, la plate-for- me Apple Pay cou­plée avec Orange Cash. Une sorte d’ac­cord ga­gnant­ga­gnant qui de­vrait per­mettre à la firme à la pomme et à Orange d’élar­gir consi­dé­ra­ble­ment la cible des clients dis­po­sant du bon ma­té­riel en France.

« On vise plu­sieurs mil­lions d’uti­li­sa­teurs », glisse Ch­ris­tian Bom­brun. De nom­breuses grandes en­seignes, comme Paul, Etam ou e n c o r e Mon o p r i x , s ’ é q u i p e n t au­jourd’hui à vi­tesse grand V.

Même un fa­bri­cant de mo­biles est sur les rangs pour conqué­rir le mar­ché

Pour Orange, qui pré­pare le lan­ce­ment de sa banque en 2017 à la suite du ra­chat de Grou­pa­ma Banque en avril, c’est aus­si une ma­nière de se po­si­tion­ner clai­re­ment dans le sec­teur ban­caire et de ré­col­ter 79 cen­times d’eu­ro à chaque re­char­ge­ment du compte — sauf en cas de vi­re­ment ban­caire.

Dans les star­ting-blocks du paie­ment par smart­phone, on trouve éga­le­ment de nom­breuses banques et même un fa­bri­cant de té­lé­phones. BNP Pa­ri­bas, Banque pos­tale, Cré­dit agri­cole et Cré­dit mu­tuel Ar­kéa lorgnent ac­tuel­le­ment sur un sys­tème ap­pe­lé Pay­lib, une so­lu­tion de paie­ment en ligne, lan­cée il y a près de trois ans, qui va dé­ve­lop­per très bien­tôt une offre de paie­ment mo­bile sans contact. Autre ou­til dans les ti­roirs : Sam­sung Pay, en cours d’ho­mo­lo­ga­tion, pré­vu pour dé­but 2017.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.