Té­lé­phone mo­bile…

HIGH-TECH. Le ser­vice de paie­ment sans contact d’Apple vient d’ar­ri­ver en France. D’autres s’ap­prêtent à lan­cer ces nou­veaux modes de paie­ment cen­sés nous fa­ci­li­ter la vie.

Aujourd'hui en France - - LE FAIT DU JOUR - BÉRANGÈRE LEPETIT

LE VOI­LÀ dé­fi­ni­ti­ve­ment rin­gar­di­sé, ce bon gros por­te­feuille où l’on trim­balle à lon­gueur d’an­née entre la pho­to de fa­mille jau­nie et le per­mis rose, les 32 cartes de fi­dé­li­té et la sa­cro-sainte carte ban­caire. Certes, tout le monde n’a pas en­core le té­lé­phone ad hoc. Certes, l’opé­ra­teur Orange avait dé­jà lan­cé son dis­po­si­tif fin 2015. Mais deux ans après les Etats-Unis, l’ar­ri­vée d’Apple Pay cette se­maine aux caisses de plu­sieurs cen­taines de mil­liers de ma­ga­sins en France sonne comme une pe­tite ré­vo­lu­tion.

L’un des géants de la dis­tri­bu­tion (Car­re­four) a même dé­ci­dé d’équi­per ses ma­ga­sins avec ce nou­veau mode de pas­sage en caisse. Une pres­sion du doigt sur l’écran de votre té­lé­phone et le tour est joué. Votre cha­riot de courses est payé. De­main, toute notre vie pour­ra donc te­nir dans un simple té­lé­phone, un pe­tit or­di­na­teur de poche de 150 g. Et nom­breux sont les ac­teurs éco­no­miques qui misent sur cette in­no­va­tion tech­no­lo­gique (lire ci-des­sous).

Une pra­tique qui s’im­pose

« C’est le té­lé­phone cou­teau suisse, l’ou­til à tout faire », lance Eli­sa Ou­din, au­teur d’une étude sur le su­jet à l’UFC-Que choi­sir, qui in­ter­roge, un brin scep­tique : « Pour le consom­ma­teur, quel se­ra vrai­ment l’in­té­rêt ? Ga­gner trois se­condes à la caisse en ache­tant sa ba­guette de pain, c’est tel- le­ment bien ? » N’en dé­plaise aux nos­tal­giques des es­pèces son­nantes et tré­bu­chantes, il fau­dra s’y faire. Cet été, sur les aires d’au­to­route, même le ca­fé de la ma­chine se règle sans con- tact grâce au paie­ment par carte ban­caire avec le sys­tème NFC (pour « Near Field Com­mu­ni­ca­tion »). L’ou­til com­mence à se po­pu­la­ri­ser, que ce soit pour payer son ho­ro­da­teur ou de pe­tits achats de mon­tants in­fé­rieurs à 20 €. Au­jourd’hui, plus de la moi­tié des cartes ban­caires en France sont équi­pées. De­main, le paie­ment par mo­bile fe­ra sans doute beau­coup d’émules, même si les Fran­çais ont en­core un sa­cré che­min à faire.

Lais­ser un vrai choix au consom­ma­teur

Un son­dage, réa­li­sé fin 2015 par Opi­nionWay, dé­voi­lait que 81 % des son­dés n’étaient pas in­té­res­sés par le sys­tème de paie­ment sans contact par mo­bile. La France reste, en Eu­rope, le pays le plus at­ta­ché au bon vieux chèque. Alors qu’un ci­toyen belge n’en signe qu’un seul par an, un Fran­çais, lui, en uti­lise au moins 37 à l’an­née. La fin du cash de­vien­dra-t-elle un jour réa­li­té ? Le mo­bile rem­pla­ce­ra-t-il la pe­tite mon­naie comme les grosses cou­pures ? Pour mieux vivre ce chan­ge­ment, cer­taines ques­tions mé­ri­te­ront d’être clai­re­ment po­sées. Comme la sé­cu­ri­té, la crainte du pi­ra­tage des don­nées ban­caires et la confi­den­tia­li­té des don­nées per­son­nelles.

« Entre l’as­pect pra­tique, le res­pect de la vie pri­vée et la sé­cu­ri­té, le consom­ma­teur de­vra sa­voir où pla­cer le cur­seur et sur­tout pou­voir choi­sir li­bre­ment sa tech­no­lo­gie », met en garde Gil­das Avoine, cher­cheur en cryp­to­lo­gie à l’In­sa de Rennes.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.