Do­man­cy, la côte qui fit Hi­nault roi

Aujourd'hui en France - - SPORTS - Fin­haut-Emos­son (Suisse) De l’un de nos en­voyés spé­ciaux LIONEL CHAMI

AU­JOURD’HUI dans le chro­no, le cou­reur qui réa­li­se­ra l’as­cen­sion la plus ra­pide de la côte de Do­man­cy re­ce­vra une prime de 5 000 € au titre du prix Ber­nard Hi­nault. Ce n’est pas cher payé, tant les Fran­çais ama­teurs de vé­lo ché­rissent le sou­ve­nir du titre mon­dial de Sal­lanches conquis par notre Blai­reau na­tio­nal le 30 août 1980, après dix­huit ans de di­sette — Jean Sta­blins­ki, cham­pion en 1962. Un suc­cès construit à force de pas­sages ré­pé­tés dans cette côte va­charde de 2,5 km — som­met : 796 m ; pente moyenne : 9,4 %, avec des por­tions à 15 % — res­tée fa­meuse. Elle est sise sur une pe­tite com­mune de la val­lée de l’Arve, face au mont Blanc, non loin de Sal­lanches et à 25 km de Cha­mo­nix. « Un grand mo­ment, se sou­vient Hi­nault par bribes, tren­te­six ans plus tard. Un Belge a at­ta­qué et je l’ai sui­vi, tu at­taques et tu lâches le der­nier concur­rent qui t’ac­com­pagne. Do­man­cy, du fait que ce soit dur, il faut tou­jours être de­vant en cas de pé­pin. Si un gars part, tu le suis. Je n’ai pas spé­cia­le­ment fait la course… »

« On avait une stra­té­gie qui n’a ja­mais été sui­vie, té­moigne Ber­nard Thé­ve­net, membre de l’équipe de France, en com­pa­gnie des Ber­nau­deau, Chal­mel, Ville­miane, Al­ban, Mar­ti­nez, Val­let, Mar­tin, Bour­reau et Ovion. Hi­nault nous avait dit : Les gars, vous vous oc­cu­pez de la pre­mière moi­tié de la course, je m’oc­cupe de la deuxième. Or, dès le 2e tour, il était de­vant. Tout seul, il au­rait été cham­pion du monde quand même tant il était fort ce jour-là. »

Il ira peut-être y faire un tour à vé­lo ce ma­tin…

« C’est un pa­ri que j’avais fait avec l’en­traî­neur na­tio­nal Ri­chard Ma­rillier quatre ans au­pa­ra­vant, re­prend Hi­nault. J’étais un peu en co­lère parce que ça s’était mal pas­sé en sé­lec­tion (NDLR : au Mon­dial d’Os­tu­ni en 1976, Hi­nault, 6e, s’était es­ti­mé tra­hi par ses équi­piers). J’étais al­lé le voir as­sez ex­ci­té en lui di­sant que je n’y re­met­trais plus les pieds. Il m’avait de­man­dé de me cal­mer, qu’un Cham­pion­nat du monde au­rait lieu en France. J’avais ac­quies­cé et pro­mis qu’on se­rait cham­pion du monde. C’était sa der­nière an­née en tant que sé­lec­tion­neur. Comme ca­deau de dé­part, c’était gé­nial… »

Jean-Re­né Ber­nau­deau se sou­vient d’une course lim­pide et d’un « im­mense suc­cès po­pu­laire » mal­gré le temps plu­vieux : « A chaque fois qu’on bas­cu­lait au som­met de Do­man­cy, ça cra­quait dans la tête à cause de la foule qui hur­lait dans la côte et du pas­sage au brusque si­len- ce en­suite. Avec Chal­mel, il me semble qu’on a rou­lé sur un Ita­lien, Bec­cia. On s’est écar­tés au pied et Hi­nault est par­ti avec Ba­ron­chel­li (NDLR : der­nier concur­rent éli­mi­né par le Bre­ton). On a dû mon­ter la côte une der­nière fois et prendre à gauche vers l’hô­tel… » Sur 107 au dé­part, seuls 15 cou­reurs avaient ter­mi­né. Hi­nault, dont c’est le der­nier Tour en tant qu’am­bas­sa­deur, ira peut-être y faire un pe­tit tour à vé­lo ce ma­tin. « Si mon em­ploi du temps me le per­met… » pré­cise-t-il, sans plus de so­len­ni­té.

Côte de Do­man­cy (Haute-Sa­voie), le 30 août 1980. Ber­nard Hi­nault (ici à droite) a été sa­cré cham­pion du monde en ve­nant à bout de cette as­cen­sion courte (2,5 km) mais très re­le­vée (9,4 % de moyenne). Au­jourd’hui, les cou­reurs du Tour l’em­prun­te­ront.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.