Le PSG en mode NBA

Aujourd'hui en France - - SPORTS - FRÉDÉRIC GOUAILLARD

L’IN­TER­NA­TIO­NAL Cham­pions Cup, tour­noi ami­cal d’avant-sai­son, est de­ve­nu le pas­sage obli­gé de tous les grands clubs eu­ro­péens. Dif­fi­cile d’y échap­per quand on pré­tend ap­par­te­nir au go­tha conti­nen­tal. Au­jourd’hui, le PSG s’en­vole donc pour Los An­geles (Ca­li­for­nie) avec un pro­gramme spor­tif qui com­prend trois matchs (In­ter Mi­lan, Real Ma­drid et Lei­ces­ter) et un vo­let mar­ke­ting qui vise à dé­ve­lop­per la marque PSG à l’in­ter­na­tio­nal, et plus spé­ci­fi­que­ment sur le sol amé­ri­cain.

Ces deux as­pects d’une même po­li­tique ne font pas tou­jours bon mé­nage et, au gré de sa tour­née aux Etats-Unis, le club de la ca­pi­tale va cu­mu­ler les ki­lo­mètres, les heures d’avion et les dé­ca­lages ho­raires.

« Il est clair que, dans ce type de tour­née, les grands clubs sont dans une lo­gique plus com­mer­ciale que spor­tive, sou­ligne Alexandre Marles, l’an­cien res­pon­sable de la per­for­mance du club pa­ri­sien en 20132014. Concer­nant le Pa­ris Saint-Ger­main, de nom­breux joueurs ont quand même réa­li­sé une pré­pa­ra­tion phy­sique qui va leur per­mettre de ré­pé­ter les matchs. Ce sont ceux qui ont en­ta­mé la pré­pa­ra­tion le 4 juillet qui vont com­men­cer les ren­contres ; quant aux in­ter­na­tio­naux, ils vont se re­mettre à ni­veau pro­gres­si­ve­ment. »

Ab­sor­ber neuf heures de dé­ca­lage ho­raire

Mais Unai Eme­ry et ses hommes vont d’abord de­voir ab­sor­ber les neuf heures de dé­ca­lage qui existent entre Pa­ris et Eu­gene (Ore­gon), où va se dé­rou­ler leur pre­mier match, face à l’In­ter Mi­lan, di­manche. « Pour ça, il y a plu­sieurs mé­thodes comme cel- les qui consistent à se cou­cher un peu plus tôt la veille du dé­part ou alors à es­sayer de dor­mir dans l’avion. Le staff mé­di­cal peut même pré­co­ni­ser la prise de som­ni­fères à ceux qui ont du mal à trou­ver le som­meil, même si c’est l’ex­cep­tion plu­tôt que la règle, ad­met Alexandre Marles. L’idée est de mettre en place une adap­ta­tion pro­gres­sive entre la veille et le jour de l’ar­ri­vée où, par exemple, les ho­raires des col­la­tions vont être amé­na­gés. Di­sons qu’il est plus fa­cile de s’adap­ter à ce dé­ca­lage entre la France et les Etats-Unis ; dans l’autre sens, c’est plus com­pli­qué. »

Mais, à leur re­tour, pro­gram­mé le 31 juillet après le match contre Lei­ces­ter, les Pa­ri­siens bé­né­fi­cie­ront de quelques jours sup­plé­men­taires de ré­adap­ta­tion par rap­port à la sai­son der­nière. Ils ont en ef­fet ob­te­nu de la LFP que le dé­but du cham­pion­nat soit dé­ca­lé d’une se­maine au 12 août.

Res­tent les mil­liers de ki­lo­mètres que Thia­go Sil­va et ses par­te­naires vont en­gran­ger pen­dant leur pé­riple amé­ri­cain. « Là en­core, je ne suis pas très in­quiet, pon­dère l’ex-res­pon­sable de la per­for­mance. La seule pro- blé­ma­tique ré­side dans le fait de bien gé­rer les temps de ré­cu­pé­ra­tion, les soins et la qua­li­té de la nour­ri­ture. Il faut donc choi­sir les meilleurs hô­tels avec tout le ma­té­riel né­ces­saire à dis­po­si­tion. Mais, de ce point de vue-là, le PSG sait faire. » Pour preuve, le cui­si­nier des cham­pions de France fe­ra le voyage aux Etats-Unis.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.