L’al­bum de fa­mille des im­pres­sion­nistes

La troi­sième édi­tion de Nor­man­die im­pres­sion­niste pro­pose des cen­taines de ma­ni­fes­ta­tions jusque fin sep­tembre. A Rouen, l’ex­po­si­tion « Scènes de la vie im­pres­sion­niste » in­vite à dé­cou­vrir l’in­ti­mi­té de Ma­net, Re­noir ou Mo­net.

Aujourd'hui en France - - VOTRE SOIRÉE TÉLÉVISION - Rouen (Seine-Ma­ri­time) De notre en­voyé spé­cial CH­RIS­TOPHE LEVENT

UNE VIEILLE FEMMEE cou­sant dans un fau­teuil,l, un en­fant cha­peau­té et t mon­té sur un che­val mé­caa­nique, une mère sur­veillantt le som­meil de son bé­bé en- dor­mi dans un ber­ceau… … Pour sa 3e édi­tion, Nor­man- die im­pres­sion­niste, fes­ti­val al cé­lé­brant ce cou­rant ma­jeur r de l’his­toire de l’art, s’éloigne e des pay­sages, so­leils le­vants, s, jar­dins ou bords de mer, quiui fondent au­jourd’hui la lé­gende e des im­pres­sion­nistes. Au fil des s salles du mu­sée de Rouen (Seiine-Ma­ri­time), s’en­chaînent ces s scènes de la vie quo­ti­dienne de la a fin du XIXe siècle. Mo­ments in­tiimes, té­moi­gnages aus­si de l’époque, qui sont l’oeuvre des plus grands maîtres, de Ma­net à Mo­net, en pas­sant par Re­noir et De­gas. On s’y pro­mène avec bon­heur, par­fois ébloui, sou­vent éton­né.

Epouses, mères, amantes, muses...

Ces « Scènes de la vie im­pres­sion­niste », titre de l’ex­po­si­tion, passent d’abord par les por­traits, té­moi­gnages de re­la­tions ar­tis­tiques, ami­cales ou fa­mi­liales. En 1872, Re­noir livre un Claude Mo­net en pleine lec­ture, pipe à la bouche, et Paul Cé­zanne un ma­gni­fique por­trait de son ami, Victor Cho­quet, as­sis au mi­lieu d’un sa­lon. Bien sûr, on croise aus­si le cé­lèbre re­gard pro­fond et l’air mu­tin de Berthe Mo­ri­sot peinte par Edouard Ma­net, ta­bleau d’Or­say par­fois qua­li­fié de Jo­conde de la mo­der­ni­té. On y de­vine toute l’at­ti­rance du peintre pour son mo­dèle, elle-même grande fi­gure de l’im­pres­sion­nisme.

Des femmes, il est aus­si ici beau­coup ques­tion. Elles sont épouses, mères ai­mantes, mais aus­si muses ou maî­tresses plus ou moins of­fi­cielles. Dé­lais­sant les mo­dèles pro­fes­sion­nels, par­fois par simple sou­ci d’éco­no­mie, les im­pres­sion­nistes se tournent vers leurs proches. Lise Tré­hot, un temps com­pagne de Re­noir, fas­cine sous son châle blanc. Tout Pis­sar­ro rayonne dans ce por­trait de Ju­lie Pis­sar­ro, qui fut sa do­mes­tique avant d’être sa femme. Re­noir fait vi­brer l’été quand il peint sa pre­mière épouse dans un champ d’herbes folles. Les en­fants aus­si sont là, ceux de Mo­net, de Re­noir, no­tam­ment Jean, le fu­tur ci­néaste, ou de Pis­sar­ro, sai­sis eux aus­si dans leur vie quo­ti­dienne, loin des en­fants fi­gés des toiles des siècles pré­cé­dents. Plus nou­veau en­core : l’in­té­rêt pour l’ado­les­cence, avec les nom­breuses toiles représentant Ju­lie i Ma­net, peinte par sa mère, e, Berthe Mo­ri­sot, ou Re­noir.

Le quo­ti­dien, les im­press­sion­nistes vont aus­si le saii­sir dans la rue. Il est ce­luiui des Pa­ri­siens qui pro­fitent nt d’une ville de­ve­nue ci­té é des plai­sirs à la mode. Ree­noir ar­pente les théâtres,s, Vuillard signe un splen­diide « Ca­fé au bois de Bouu­logne » presque ja­po­nii­sant, Caille­botte joue des s ef­fets de mi­roir dans « Un ca­fé ».

La der­nière salle de l’ex­po­si­tion pré­sente une ga­le­rie de por­traits… pho­to­gra­phiques. Ma­net, Re­noir, Mo­net, Berthe Mo­ri­sot y sont im­mor­ta­li­sés, en plein air ou à l’ate­lier. Une belle fa­çon de re­fer­mer cette ex­po­si­tion, qui se par­court comme on feuillette un al­bum de fa­mille, celle des im­pres­sion­nistes et de leur époque. au mu­sée des Beaux-Arts de Rouen (Seine-Ma­ri­time), jus­qu’au 26 sep­tembre. Tous les jours, sauf le mar­di, de 10 heures à 18 heures. Ta­rif : 11 € (TR : 8 €). Gra­tuit pour les moins de 26 ans et les de­man­deurs d’em­ploi. mu­sée-rouen-nor­man­die.fr

Rouen (Seine-Ma­ri­time). Cette ex­po­si­tion consa­crée aux im­pres­sio­nistes s’écarte des pay­sa­gess et so­leils le­vants qui font la lé­gende de ce cou­rant. Au fil des salles du mu­sée des Beaux Arts de Rouen, s’en­chaînent des scènes de la vie quo­ti­dienne de la fin du XIXe siècle.e. « Eu­gène Ma­net à l’île de Wight » », d de Berthe Mo­ri­sot, 1875. « Lise au châle blanc », d’Au­guste Re­noir, 1872.1872

«J« Jean Mo­net sur son che­val mé­ca­nique », de Claude Mo­net, 1872. q

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.