Le tueur de Nice avait des com­plices

Aujourd'hui en France - - TERRORISME - STÉ­PHANE SEL­LA­MI

LE « LOUP SO­LI­TAIRE » au­rait fi­na­le­ment agi « en meute ». Hier, cinq per­sonnes, - quatre hommes et une femme -, soup­çon­nés d’avoir prê­té as­sis­tance à Mo­ha­med La­houaiej Bouh­lel, l’au­teur de l’at­taque au ca­mion au soir du 14 Juillet à Nice (Alpes-Maritimes), étaient en cours de pré­sen­ta­tion de­vant les six juges d’ins­truc­tion an­ti­ter­ro­ristes en charge des in­ves­ti­ga­tions sur ce nou­vel at­ten­tat. Tard hier soir, le juge des li­ber­tés et de la dé­ten­tion n’avait pas en­core sta­tué sur leur sort, le par­quet a re­quis la dé­ten­tion.

Une se­maine après l’ex­pé­di­tion mor­telle me­née par le ter­ro­riste au vo­lant de son ca­mion fri­go­ri­fique de 19 t, ayant en­traî­né la mort de 84 per­sonnes, les rôles en­dos­sés par ses com­plices pré­su­més, - tous in­con­nus des ser­vices de Ren­sei­gne­ment, tout comme l’au­teur prin­ci­pal des faits -, se des­sinent peu à peu.

Fi­gure par­mi les com­plices pré­su­més Ram­zi A., Fran­co-tu­ni­sien, âgé de 21 ans. Condam­né à six re­prises entre avril 2013 et mai 2015 pour des vols, vio­lences et usage de stu­pé­fiants, son nom fi­gu­rait face à trois nu­mé­ros de té­lé­phones por­tables ins­crits à la main sur une feuille pho­to­gra­phiée, le 14 juillet à 17 h 9 et ex­traite du por­table de Mo­ha­med La­houaiej Bouh­lel. Sur cette feuille ap­pa­rais­sait éga­le­ment le nom de Cho­kri C., un Tu­ni­sien de 37 ans, ac­co­lé à cinq autres nu­mé­ros de por­tables.

Ram­zi A. est sus­pec­té d’avoir joué les in­ter­mé­diaires afin de four­nir un pis­to­let au­to­ma­tique de ca­libre 7,65 mm au ter­ro­riste. Ce der­nier s’en est ser­vi pour ti­rer sur les po­li- ciers lors de sa course folle sur la Pro­me­nade des An­glais.

Les po­li­ciers ont éga­le­ment dé­cou­vert, mer­cre­di, un fu­sil d’as­saut ka­lach­ni­kov en­tre­po­sé dans une cave. « La des­ti­na­tion et l’uti­li­sa­tion de ce fu­sil d’as­saut n’est pas éta­blie, on ne sait pas à quoi il était des­ti­né », a pré­ci­sé Fran­çois Mo­lins.

Tous in­con­nus des ser­vices de ren­sei­gne­ment

Par ailleurs, les em­preintes de doigts de Cho­kri C. ont été re­le­vées sur la por­tière pas­sa­ger du poids lourd uti­li­sé par le ter­ro­riste. L’ex­ploi­ta­tion de la vi­déo­pro­tec­tion, dis­po­sée au­tour de la Pro­me­nade des An­glais, a éga­le­ment per­mis d’éta­blir que le même homme se trou­vait, le soir des faits, à 20 h 30 et pen­dant quatre mi­nutes, dans l’ha­bi­tacle du même ca­mion aux cô­tés de Mo­ha­med La­houaiej Bouh­lel.

En ex­plo­rant l’or­di­na­teur du ter­ro­riste, les en­quê­teurs ont en­core dé­cou­vert un mes­sage Fa­ce­book, pos­té le 4 avril 2016 et pro­ve­nant de Cho­kri C. à l’at­ten­tion de l’au­teur de l’at­ten­tat, dans le­quel il lui pro­digue ce gla­çant conseil : « charge le ca­mion, mets dedans 2 000 tonnes de fer et nique, coupe-lui les freins mon ami et moi je re­garde ».

L’ex­ploi­ta­tion tech­nique du té­lé­phone por­table de Mo­ha­med La­houaiej Bouh­lel a aus­si r évé­lé l’échange de 1 278 ap­pels, entre les mois de juillet 2015 et 2016, avec un cer­tain Mo­ha­med Oua­lid G., fran­co­tu­ni­sien de 40 ans. Les po­li­ciers ont ex­trait un mes­sage, da­tant du 10 jan­vier 2015, soit trois jours après l’at­ten­tat per­pé­tré contre la ré­dac­tion de « Char­lie Heb­do » : « Je ne suis pas Char­lie… Je suis content, ils ont ra­me­né les sol­dats d’Al­lah pour fi­nir le tra­vail ». Des cli­chés, pris le 11 juillet, puis le 13 juillet, ont été dé­cou­verts dans le té­lé­phone du ter­ro­riste, mon­trant Mo­ha­med Oua­lid G. dans l’ha­bi­tacle du ca­mion uti­li­sé au cours de l’at­ten­tat.

Ce même com­plice s’est lui-même fil­mé avec son té­lé­phone, sur la scène de dé­vas­ta­tion, quelques ins­tants après les faits, alors que la Pro­me­nade est oc­cu­pée par les ser­vices de se­cours… En­fin, les deux der­niers com­parses, — un couple d’Al­ba­nais, Art an H., 38 ans et En­ke­led­ja Z., 42 ans —, sont soup­çon­nés d’avoir four­ni l’arme de poing à Ram­zi A., avant que ce der­nier ne la re­mette à l’au­teur du car­nage.

Pro­me­nade des An­glais à Nice (Alpes-Maritimes), 15 juillet. Les en­quê­teurs de la po­lice scien­ti­fique ont re­le­vé sur la por­tière du vé­hi­cule les em­preintes de Cho­kri C., com­plice pré­su­mé du ter­ro­riste Mo­ha­med La­houaiej Bouh­lel (en mé­daillon).

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.