La coa­li­tion à l’as­saut de Mos­soul

IRAK. Réunis à Wa­shing­ton, les chefs de la lutte contre Daech ont fait de la 2e ville d’Irak leur ob­jec­tif prio­ri­taire. La re­con­quête se pré­pare mi­nu­tieu­se­ment.

Aujourd'hui en France - - POLITIQUE - FREDERIC GERSCHEL

DES MI­NISTRES en cos­tumes-cra­vates, des ex­perts mi­li­taires, des spé­cia­listes du ren­sei­gne­ment : tout ce que la com­mu­nau­té in­ter­na­tio­nale compte de têtes pen­santes dans la lutte contre Daech est réuni en ce mo­ment à Wa­shing­ton pour faire le point sur les opé­ra­tions en cours.

Après l’at­taque de Nice, qui a fait 84 morts et des cen­taines de bles­sés, Jean-Yves Le Drian et Jean-Marc Ay­rault — tous les deux pré­sents aux Etats-Unis — ont de­man­dé à leurs al­liés d’ac­cé­lé­rer la ma­noeuvre sur le ter­rain. Mais les Amé­ri­cains ont leur agen­da. Et ce sont eux qui dé­cident. Con­trai­re­ment à ce que sou­hai­tait Pa­ris, la prin­ci­pale lo­ca­li­té que la coa­li­tion veut re­prendre à Daech ne se­ra pas Ra­q­qa, en Sy­rie (où se trou- vent de nom­breux dji­ha­distes fran­çais, et peut-être les com­man­di­taires de cer­tains actes ter­ro­ristes qui ont frap­pé l’Eu­rope). L’ob­jec­tif prio­ri­taire de la Mai­son-Blanche est Mos­soul (2 mil­lions d’ha­bi­tants), la deuxième ville ira­kienne après Bag­dad, lieu où le « ca­life » au­to­pro­cla­mé Abou Ba­kr al-Bagh­da­di avait or­don­né aux mu­sul­mans de lui obéir, il y a tout juste deux ans.

Le ter­ri­toire de Daech ré­duit de 50 % en Irak

Brett McGurk, l’émis­saire d’Oba­ma au­près de la coa­li­tion, s’est mon­tré très clair : cette of­fen­sive — plu­sieurs fois pro­gram­mée et sans cesse re­pous­sée — mar­que­ra une étape dé­ci­sive dans la lutte contre Daech, qui a vu son ter­ri­toire fondre de 50 % en Irak et de 20 % en Sy­rie ces der­niers mois. Echau­dés par leur guerre mal faite en 2003 et les vio­lences confes­sion­nelles entre chiites et sun­nites qui ont em­bra­sé l’Irak après la chute de Sad­dam, les Amé­ri­cains ont ré­flé­chi de longs mois avant d’éta­blir leur plan de ba­taille. Ils l’ont dé­sor­mais bien en tête. « La bonne nou­velle, c’est que les forces ira­kiennes, qui ont re­pris Fal­lou­ja il y a quelques se­maines, sont beau­coup plus opé­ra­tion­nelles que nous le pen­sions. Elles peuvent me­ner l’as­saut avec l’ap­pui aé­rien de la coa­li­tion et l’aide des Kurdes, au nord. Une fois que l’EI se­ra chas­sé de Mos­soul, il fau­dra re­don­ner le pou­voir aux res­pon­sables lo­caux sun­nites, sans quoi les vio­len- ces re­pren­dront de plus belle », ana­lyse un ex­pert mi­li­taire. « Il faut que le plan soit mi­li­tai­re­ment bien pré­pa­ré, que la sta­bi­li­sa­tion du pays et la gou­ver­nance lo­cale soit as­su­rée, ce­la nous a de­man­dé des mois de tra­vail », a dé­taillé cette se­maine Brett MacGurk, de­vant quelques jour­na­listes.

Si les Amé­ri­cains et leurs al­liés se montrent ré­so­lu­ment op­ti­mistes, c’est que l’ar­mée ira­kienne est par­ve­nue a re­prendre la base aé­rienne de Qayya­rah, une po­si­tion stra­té­gique au sud de Mos­soul. C’est de là que des avions et des hé­li­co­ptères dé­col­le­ront pour frap­per les po­si­tions dji­ha­distes et qu’une par­tie de la lo­gis­tique se­ra ins­tal­lée. Les forces de Bag­dad ont éga­le­ment réus­si à construi- re un pont mi­li­taire sur le Tigre, à 70 km de Mos­soul. Ce qui per­met­tra aux sol­dats d’élite et aux vé­hi­cules blin­dés d’en­cer­cler la ville. La France pren­dra sa part dans cette ba­taille, qui pour­rait dé­mar­rer dans quelques se­maines. Sans en­trer dans les dé­tails, Jean-Yves Le Drian a confir­mé que des « ren­forts de l’ar­mée de terre » ar­ri­ve­ront pro­chai­ne­ment en Irak, alors que plu­sieurs cen­taines de mi­li­taires des forces spé­ciales se trouvent dé­jà dans le nord du pays. Le porte-avions « Charles-de-Gaulle » se­ra éga­le­ment dé­ployé, cet au­tomne, dans la ré­gion. L’étau se res­serre au­tour de Mos­soul. @fger­schel

« Le porte-avions « Charles-de-Gaulle » se­ra dé­ployé cet au­tomne dans la ré­gion.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.