« J’ai en­vie de faire des por­tés de dingue »

« DANSE AVEC LES STARS ». Syl­vie Tel­lier, di­rec­trice de la so­cié­té Miss France et elle-même ex-Miss, par­ti­ci­pe­ra à la pro­chaine sai­son du concours de danse de TF 1.

Aujourd'hui en France - - TÉLÉVISION ET MÉDIAS - Pro­pos re­cueillis par AYMERIC RENOU

ON CONNAÎT la pre­mière dan­seuse qui fou­le­ra le par­quet de la pro­chaine sai­son de « Danse avec les stars ». Syl­vie Tel­lier, 38 ans, di­rec­trice gé­né­rale de la So­cié­té Miss France, el­le­même cou­ron­née du titre en 2002, confirme au « Pa­ri­sien » - « Au­jourd’hui en France » avoir ac­cep­té de re­le­ver le dé­fi. A l’an­tenne à par­tir du mois d’oc­tobre sur TF 1, l’émis­sion se­ra no­tam­ment pour elle l’oc­ca­sion de mon­trer une fa­cette un peu dif­fé­rente de sa per­son­na­li­té. Comment TF 1 a réus­si à vous convaincre ? SYL­VIE TEL­LIER. On en avait dé­jà par­lé à plu­sieurs re­prises avec la chaîne, mais mon plan­ning sur­char­gé m’em­pê­chait de dire oui. Ils m’ont re­lan­cée — j’étais la pre­mière sur­pris e — e t s e s ont mon­trés très ar­ran­geants pour ac­cor­der mon agen­da avec les exi­gences du chal­lenge. Je se­rai à Pa­ris en oc­tobre, au dé­mar­rage de l’émis­sion, et beau­coup plus sur les routes qu’au­jourd’hui pour les élections ré­gio­nales de Miss France. Je vais être dé­bor­dée, car c’est un sa­cré dé­fi pour une ma­man de deux en­fants qui es­saye de gé­rer sa vie per­son­nelle et pro­fes­sion­nelle comme elle peut. Mais en s’or­ga­ni­sant, on ar­rive à tout ! C’est une ma­nière de don­ner un coup de pouce à votre car­rière ? Pas du tout. Ce n’est ab­so­lu­ment pas un coup de pub. J’ai très en­vie de faire cette émis­sion que je suis la pre­mière à re­gar­der. Elle est grand pu­blic, belle et très proche de l’uni­vers Miss France. Quand on est Miss, on aime la scène et les dé­fis. J’ai aus­si et sur­tout en­vie de m’amu­ser, parce que ça m’ar­rive peu dans mon bou­lot, et de me mon­trer dif­fé­rem­ment. On va donc voir la face ca­chée de Syl­vie Tel­lier ? C’est un peu ça (rires) ! Je sais que je n’ai pas une image très sym­pa dans les mé­dias. Quand on me voit, c’est le plus sou­vent pour par­ler d’une Miss qui s’est trop désha­billée et pour rap­pe­ler les règles du con- cours. Je suis un peu le pom­pier et la Ma­dame Rè­gle­ment des Miss. J’ai eu peu d’oc­ca­sions de me dé­tendre ces der­nières an­nées, avec par exemple le dé­part de Ge­ne­vière de Fon­te­nay qu’on m’ac­cu­sait, à tort, d’avoir fait par­tir pour lui prendre sa place… Dans mon tra­vail, je suis celle qui a le mau­vais rôle et qui sort les griffes. Je suis stricte et exi­geante pro­fes­sionn e l l e ment mai s , heu­reu­se­ment, pas du tout comme ça dans ma vie per­son­nelle, si­non je vi­vrais seule et sans en­fants dans une grotte ! Quel est votre ni­veau de danse ? J’ai pra­ti­qué la danse clas­sique et le mo­dern jazz, mais c’était il y a très long­temps… quand j’avais entre 6 et 15 ans. Je pense donc avoir le sens du rythme … ma i s c ’ e s t bien tout ! Je n’ai plus au­cune no­tion de danse, je n’y connais rien en sal­sa ou en tan­go, je ne sais pas dan­ser le rock ou alors j e f a i s s e mblant

« J’ai eu peu d’oc­ca­sions de me dé­tendre ces der­nières an­nées » « Prou­ver à cer­taines Miss, qui m’ap­pellent qu’à 38 ans je ne suis pas aus­si vieille que ça ! »

comme tout le monde et, pour ne rien ar­ran­ger, j’ai un compagnon qui a deux pieds gauches ! Vous n’y al­lez pas pour ga­gner ? Je vais abor­der l’émis­sion comme je l’ai fait avec Miss France. J’étais jeune, je vou­lais par­tir à l’étran­ger, mon­ter sur scène, por­ter de belles robes et des bi­joux, mais je ne me suis ja­mais vue Miss France au dé­part. Là, je n’y vais pas pour ga­gner, sans pour au­tant sou­hai­ter me faire éli­mi­ner au pre­mier tour quand même. J’ai en­vie de por­ter des cos­tumes, de faire des por­tés de dingue, d’être la fier­té de mes en­fants, de mon ché­ri et de ma ma­man. J’ai aus­si en­vie de tou­cher les té­lé­spec­ta­teurs, leur faire voir mes émo­tions, sans avoir peur du ri­di­cule. Pour une fois, je vais prendre du plai­sir, et aus­si prou­ver à cer­taines Miss, qui m’ap­pellent ma­man, qu’à 38 ans je ne suis pas aus­si vieille que ça ! Quel par­te­naire de danse vous convien­drait-il le mieux ? Je ne sais pas du tout qui m’ac­com­pa­gne­ra, et je le dé­cou­vri­rai le pre­mier jour des ré­pé­ti­tions. Il me faut un grand ( NDLR : e l l e me­sure 1,72 m), quel­qu’un de sym­pa et de pa­tient avec qui je vais pou­voir ap­prendre à dan­ser, mais aus­si rire et m’aé­rer la tête. Il me faut aus­si quel­qu’un de ma­ti­nal car, plu­tôt que d’al­ler faire du sport, comme je le fais deux à trois fois par se­maine le ma­tin dès 7 heures avant que mes en­fants se lèvent, j’irai ap­prendre à dan­ser ! Avez-vous de­man­dé conseil à Lau­ry Thil­le­man et Va­lé­rie Bègue, les deux Miss France qui ont dé­jà par­ti­ci­pé à l’émis­sion ? Je n’ai pas en­core eu le temps d’en par­ler avec elles. Par contre, beau­coup de Miss m’en ont par­lé. Cer­taines sont très en­thou­siastes à l’idée de me voir dan­ser. D’autres n’y ont pas cru et m’ont dit Non, toi en tu­tu ? Si au moins je peux les faire rire un peu, ce se­ra dé­jà pas mal !

Syl­vie Tel­lier a sur­tout en­vie de s’amu­ser.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.