« J’adore la vie sur la route »

Hier, Louane et les In­no­cents étaient sur la scène du Brive Fes­ti­val. La jeune chan­teuse et in­ter­prète du tube « Tourne », nous a lit­té­ra­le­ment fait tour­ner la tête. Elle est ve­nue nous rendre vi­site dans notre cam­ping car.

Aujourd'hui en France - - VOTRE SOIRÉE TÉLÉVISION - Louane, chan­teuse, 19 ans TEXTES : ERIC BU­REAU PHO­TOS ET VI­DÉOS : YANN FOREIX

DÉ­JÀ 2 600 KM ava­lés de­puis le dé­part de notre Tour de France. Que de che­min par­cou­ru aus­si pour Louane de­puis son pre­mier live fra­gile au « Pa­ri­sien », il y a pile deux ans. Hier, dans notre cam­ping-car ga­ré au Brive Fes­ti­val, c’est toute seule comme une grande que la chan­teuse de 19 ans in­ter­prète à la gui­tare « Tourne », l’un des tubes de son al­bum « Chambre 12 ». « C’est mar­rant, lance-t-elle. Je suis par­tie plu­sieurs fois en va­cances en cam­ping-car en fa­mille. Mais la der­nière fois, c’était pour par­ti­ci­per à un concours de chant. »

Après son pas­sage dans l’émis­sion té­lé « The Voice », son pre­mier film, « la Fa­mille Bé­lier », a fait près de 7,5 mil­lions d’en­trées. Et son pre­mier al­bum a dé­pas­sé le mil­lion de ventes. De­puis l’au­tomne der­nier, elle passe sa vie sur la route. « J’adore ça, lance-t-elle. Quand je sors de scène, je dis tout le temps : Je veux faire ça toute ma vie. Plus qu’être en stu­dio, en pro­mo, c’est être en concert, sur la route, que je pré­fère. Li­mite, en tour-bus, je dors mieux que chez moi. » C’est pour­tant sa pre­mière tour­née. « Nous ne sommes que deux filles, j’ap­prends à vivre avec plein d’hommes, sou­rit-elle. Mais je suis très bien en­tou­rée et, dans l’équipe, il n’y a ja­mais de ten­sion. »

«Quand je sors de scène, je dis tout le temps : je veux faire ça toute ma vie »

Son se­cret pour te­nir phy­si­que­ment ? « Je dors vrai­ment beau­coup. » L’en­thou­siasme fait le reste. « Les fes­ti­vals, c’est su­per pour les ren­contres et le mé­lange. La seule ga­lère, c’est la mi­nute avant de mon­ter sur scène. Mais dès que j’y suis, la boule d’an­goisse ex­plose. » La se­maine der­nière, au Puy-en-Ve­lay et aux Vieilles Char­rues, elle a ren­du hom­mage aux vic­times de l’at­ten­tat de Nice en chan­tant « Ima­gine » les larmes aux yeux. « Ce­la me pa­rais­sait évident. J’ai dé­ci­dé de la chan­ter en tour­née après les at­ten­tats de no­vembre. Elle est pleine d’es­poir et tel­le­ment uni­ver­selle. Mon père, qui ado­rait John Len­non, l’écou­tait beau­coup. »

Le re­vers de la mé­daille, ce sont des pho­tos d’elle to­pless vo­lées et pu­bliées en une d’un ma­ga­zine people fin juin. « Je n’ai pas tel­le­ment en­vie d’en par­ler, coupe-t-elle. Ce­la a été vrai­ment très dur sur le mo­ment. C’est juste nul. » Et voi­là que Ma­ri­na Kaye la « clashe » en par­lant sur Twit­ter à son su­jet de « mu­sique pour en­fants ». « Moi, j’aime bien ce qu’elle fait, ré­pon­delle. Et c’est faux, j’ai un pu­blic as­sez large. Mais elle tweete ce qu’elle veut, je m’en fiche. » Louane re­trouve le sou­rire quand on lui parle du pro­chain al­bum. « Je com­mence à y pen­ser. Le pre­mier s’est bien ven­du, et ce­la m’offre le luxe de prendre mon temps. J’ai­me­rais re­tra­vailler avec Gaë­tan Rous­sel, je croise les doigts. »

Brive-la-Gaillarde (Cor­rèze), hier. « Plus qu’être en stu­dio, en pro­mo, c’est être en concert, sur la route, que je pré­fère », confie Louane.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.