Le tueur a fait douze re­pé­rages sur la Prom

Aujourd'hui en France - - TERRORISME - TIMOTHÉE BOU­TRY ET THIBAULT RAISSE

LES IN­VES­TI­GA­TIONS pro­gressent, et l’image d’un homme ra­pi­de­ment ra­di­ca­li­sé laisse place à celle d’un ex­tré­miste convain­cu de longue date. Alors que cinq de ses com­plices pré­su­més ont pas­sé leur pre­mière nuit en pri­son jeu­di soir, deux té­moi­gnages re­cueillis ces der­niers jours par les en­quê­teurs in­diquent que Mo­ha­med La­houaiej Bouh­lel était sans doute en­doc­tri­né de­puis de très longs mois.

Le pre­mier rap­porte l’exis­tence d’un compte Fa­ce­book ayant ap­par­te­nu au tueur au ca­mion de Nice et au­jourd’hui fer­mé. Et pour cause : le fu­tur ter­ro­riste y au­rait pos­té de nom­breuses pu­bli­ca­tions glo­ri­fiant la cause dji­ha­diste. « Se­lon ce té­moin, ces pu­bli­ca­tions ont en­traî­né la fer­me­ture de son compte il y a dé­jà deux ans », in­dique une source proche du dos­sier, qui ajoute que « des vé­ri­fi­ca­tions sont en cours au­près de Fa­ce­book pour vé­ri­fier ce té­moi­gnage ». Une in­for­ma­tion qui, si elle était confir­mée, po­se­rait la ques­tion de l’ab­sence du tueur sur les ra­dars des ser­vices du ren­sei­gne­ment, pour­tant très en pointe sur la sur­veillance des ré­seaux so­ciaux.

Un autre té­moin au­di­tion­né par les po­li­ciers an­ti­ter­ro­ristes va dans le même sens. Ce­lui-ci as­sure que Mo­ha­med La­houaiej Bouh­lel lui a fait vi­sion­ner une vi­déo ma­cabre té­lé­char­gée par ses soins. C’était il y a huit mois. « Une vi­déo de dé­ca­pi­ta­tion », pré­cise une source proche de l’af­faire.

L’ e x pl oi t a t i on des v i dé­osur­veillances de la ville de Nice confirme par ailleurs de très nom­breux re- pé­rages dans les jours pré­cé­dant la tra­gé­die : les en­quê­teurs ont re­cen­sé douze pas­sages sur la pro­me­nade des An­glais ef­fec­tués par le ter­ro­riste avec son ca­mion entre le 11 et le 14 juillet. Sur la plu­part des images, l’homme cir­cule, sta­tionne ou met les war­nings, sans lais­ser ap­pa­raître de but pré­cis dans ses ma­noeuvres.

In­ter­ro­ga­tion au­tour d’une nou­velle at­taque

Tout aus­si trou­blant, le 14 juillet à 22 h 27, Mo­ha­med La­houaiej Bouh­lel a adres­sé au moins deux SMS à Ram­zi A., une des cinq per­sonnes écrouées jeu­di. Ce der­nier, qui est soup­çon­né d’avoir ser­vi d’in­ter­mé­diaire pour la four­ni­ture de l’arme uti­li­sée par le conduc­teur du ca­mion fou, a éga­le­ment re­çu de la part du ter­ro­riste un mes­sage au­dio en­re­gis­tré plus tôt et conver­ti en mes­sage écrit avec l ’ ap­pli­ca­tion Google Search. Le conte­nu de ce mes­sage pose ques­tion : « Le pis­to­let que tu m’as don­né est très bien. Dis à ton co­pain […] qu’il m’en ra­mène 5. Cho­kri (NDLR : un des cinq mis en exa­men) et ses amis sont prêts pour le mois pro­chain, main­te­nant ils sont chez Wa­lid. » Au vu de cet échange, les en­quê­teurs se de­mandent si les proches de Mo­ha­med La­houaiej Bouh­lel en­vi­sa­geaient une nou­velle at­taque. « C’est en­core beau­coup trop pré­ma­tu­ré pour le dire, nuance une source ju­di­ciaire. Pour l’heure, les in­ves­ti­ga­tions n’ont pas per­mis de ma­té­ria­li­ser l’exis­tence d’un autre pro­jet. »

Nice (Alpes-Maritimes), le 16 juillet. Entre le 11 et le 14 juillet, le ter­ro­riste avait ef­fec­tué douze pas­sages sur la pro­me­nade des An­glais.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.