Lui peut ré­sis­ter aux ac­ci­dents, pas nous

Aujourd'hui en France - - SOCIÉTÉ - Z.L.

COMMENT MON­TRER aux au­to­mo­bi­listes que leur corps n’est pas fait pour sup­por­ter un ac­ci­dent de voi­ture et ain­si les in­ci­ter à la pru­dence ? Avec l’aide d’un spé­cia­liste de la sé­cu­ri­té rou­tière et d’un chi­rur­gien trau­ma­to­logue, la sculp­trice aus­tra­lienne Pa­tri­cia Pic­ci­ni­ni a mis au point Gra­ham (pho­to), un corps « hu­main » do­té de spé­ci­fi­ci­tés phy­siques lui per­met­tant de sup­por­ter la vio­lence d’un crash. Et, le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il ne nous res­semble pas. Il a un crâne plus épais, des li­ga­ments sem­blables à des res­sorts et les os des jambes flexibles. Sa cage tho­ra­cique a été ren­for­cée et ses ro­tules peuvent se tordre dans tous les sens. Si « les bles­sures sur la peau ne mettent gé­né­ra­le­ment pas la vie en pé­ril », ex­pliquent les concep­teurs, elles « res­tent un sou­ve­nir per­ma­nent » pour les gens : Gra­ham a donc une peau plus épaisse et plus dure pour sup­por­ter les der­ma­bra­sions.

En bref

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.