L’épave mys­té­rieuse en­fin iden­ti­fiée

Aujourd'hui en France - - EN FRANCE - NO­RA MO­REAU

LE CLUB de plon­gée de Quim­per Aseb vient de ré­soudre l’énigme qui en­tou­rait l’épave d’un na­vire de guerre al­le­mand cou­lé en 1944 au large de la pres­qu’île de Beg-Meil, près de Foues­nant (sud du Fi­nis­tère). Cet an­cien na­vire de pêche de 54 m de lon­gueur sur 7 m de lar­geur, ré­pon­dant au nom d’« Ey­lau », a été construit à Al­blas­ser­dam, en Hol­lande, en 1907, puis trans­for­mé en chas­seur de sous- ma­rins, l’UJ- 1420. « Cette iden­ti­fi­ca­tion nous a pris près de neuf ans de tra­vail », ra­conte Ben­ja­min Pe­py, res­pon­sable de la sec­tion ar­chéo­lo­gie à l’Aseb.

« En 2007, en cher­chant dans les ar­chives du club, nous avons dé­cou­vert la po­si­tion de cette très belle épave, po­sée sur le sable et en­tou­rée de ro­chers, par 10 m de fond, pas très loin du sé­ma­phore de Beg-Meil. Nous avons cher­ché à sa­voir de quel ba­teau i l s ’ agis­sai t , mais nous n’avons rien trou­vé dans les livres d’his­toire. » Après avoir ob­te­nu une au­to­ri­sa­tion de fouilles du Dé­par­te­ment des re­cherches ar­chéo­lo­giques s uba­qua­tiques et s ous- ma­rines (Drassm) — l’équi­valent de la Drac en mer —, trente plon­geurs de l’as­so­cia­tion ont pas­sé l’épave au peigne fin. « On a re­trou­vé des mu­ni­tions al­le­mandes, de la vais­selle bre­tonne, des boî­tiers élec­triques en bronze de Mar­seille, des pièces an­glaises et un ca­non de l’ar­tille­rie fran­çaise, pour­suit Ben­ja­min Pe­py. Nous avons dé­cou­vert deux in­dices sur l’iden­ti­fi­ca­tion du na­vire au poste de pi­lo­tage : la plaque du ca­non, construit à Brest en 1917, et la plaque de la ma­chine, hol­lan­daise. » Sauf que rien ne per­met­tait, en France ou aux Pays-Bas, d’iden­ti­fier quoi que ce soit, faute d’ar­chives cor­res­pon­dantes.

L’UJ-1420 était dé­jà ré­per­to­rié... à Groix

La seule piste, se­lon eux, était qu’il s’agis­sait de l’UJ-1420. Sauf que ce­lui-ci avait dé­jà été of­fi­ciel­le­ment dé­cou­vert en 2010, par 85 m de fond, au large de Groix (Mor­bi­han). En ef­fet, dans ce sec­teur, la nuit du 14 au 15 août 1944, trois des­troyers al­liés avaient at­ta­qué quatre na­vires al­le­mands. L’an der­nier, après avoir sillon­né l’Eu­rope, l’Aseb a re­trou­vé les plans de l’UJ-1420. Me­sures et points de cor­res­pon­dances concor­daient par­fai­te­ment et l’épave a donc re­trou­vé son iden­ti­té. On compte près de 300 épaves entre Brest et Lo­rient, dont une bonne par­tie en­core à dé­cou­vrir.

Au large de Beg-Meil (Fi­nis­tère). L’épave d’un na­vire de guerre al­le­mand cou­lé en 1944 était connue mais les fouilles me­nées par des plon­geurs d’une as­so­cia­tion de Quim­per ont per­mis de lui don­ner un nom.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.