Ex­plo­ra­teur, pi­lote de l’ex­trême… et prêtre

AVEN­TURE. Fe­dor Ko­nyou­khov, 64 ans, a bat­tu hier le re­cord du tour du monde en mon­gol­fière. En Rus­sie, il est pope.

Aujourd'hui en France - - ACTUALITÉ - J.VA.

ONZE JOURS à vo­ler à 11 000 m d’al­ti­tude. Pous­sé par la force des vents, par-de­là l’Aus­tra­lie, l’océan Pa­ci­fique, l’Amérique du Sud, le cap de Bonne Es­pé­rance et l’océan An­tarc­tique. C’est l’ex­ploit qu’a réus­si, hier, un aven­tu­rier russe de 64 ans. Se­lon son équi­page, Fe­dor Ko­nyou­khov a bat­tu de deux jours le pré­cé­dent re­cord du tour du monde en mont­gol­fière, dé­te­nu par l’amé­ri­cain Steve Fos­sett en treize jours. Il a at­ter­ri hier après-mi­di à l’en­droit même de l’Ouest aus­tra­lien d’où il s’était élan­cé. « Les der­nières heures ont été mé­mo­rables, rap­porte le co­or­don­na­teur de vol de l’ex­plo­ra­teur. Et les dix pre­miers jours hor­ribles no­tam­ment en rai­son des orages et des vents vio­lents dans l’An­tarc­tique. » Au-de­là de la per­for­mance, c’est sur­tout le pro­fil de Fe­dor Ko­nyou­khov qui dé­tonne. La liste de ses ex­ploits est longue. Au monde, il est le seul à avoir at­teint les points les plus ex­trêmes de la planète, le pôle Nord et le pôle Sud, ou à avoir fran­chi le re­dou­té cap Horn. Trois fois, il a gra­vi l’Eve­rest, le point culmi­nant de la planète. Et il a aus­si bat­tu le re­cord du tour du monde en so­li­taire sur un ba­teau de 27 m. Sans ou­blier en 2014, ce­lui de la tra­ver­sée du Pa­ci­fique à la rame et sans as­sis­tance, soit 17 000 km par­cou­rus en cent soixante jours.

Et puis, entre cette fré­né­sie d’ex­ploits, de « ces bonnes choses à ac­com­plir », comme l’ex­pli­quait hier son co­or­di­na­teur de vol, Fe­dor Ko­nyou­khov est de­ve­nu pope en 2010. Le nou­veau prêtre chré­tien or­tho­doxe dé­cide alors de ser­vir dans un sanc­tuaire re­li­gieux russe si­tué à Mos­cou dé­dié aux voya­geurs et aux ma­rins. « A cha­cune de mes ex­pé­di­tions, ma foi est de­ve­nue plus forte, confiait-il l’an­née der­nière au quo­ti­dien Ouest­France, en évo­quant son or­di­na­tion. Dans nos so­cié­tés, l’homme est toujours oc­cu­pé, ac­ca­pa­ré par son quo­ti­dien. Pour­tant, Dieu ne nous quitte pas, dans le tu­multe ur­bain comme au mi­lieu des océans. »

Abon­né aux ex­ploits

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.