NKM rame pour ses par­rai­nages

Aujourd'hui en France - - POLITIQUE - Bé­ziers et Mont­pel­lier (Hé­rault) De notre en­voyé spé­cial O.B.

« J’AI BE­SOIN de vous pour les par­rai­nages. C’est hy­per im­por­tant. Pour ceux qui veulent, j’ai même des for­mu­laires à votre dis­po­si­tion ! », s’épou­mone Na­tha­lie Kos­cius­ko-Mo­ri­zet. La scène a lieu sur la ter­rasse d’un res­tau­rant de Bé­ziers. Après un plat de pâtes par­ta­gé avec une qua­ran­taine de mi­li­tants et de cadres lo­caux, la can­di­date à la pri­maire entre dans le dur : « Le par­ti ne fait pas son bou­lot pour in­for­mer les gens sur la cam­pagne. On doit tout faire soi-même. C’est pu­re­ment scan­da­leux ! », ful­mine-t-elle à la can­to­nade.

Voi­là quatre mois que l’an­cienne mi­nistre de l’Eco­lo­gie s’est lan­cée dans la ba­taille. Quatre mois de cam- pagne et sur­tout de ga­lère pour ten­ter de dé­cro­cher le ti­cket d’en­trée né­ces­saire : au moins 20 si­gna­tures de par­le­men­taires, 250 d’élus lo­caux et 2 500 de mi­li­tants à re­cueillir, au plus tard, pour le 9 sep­tembre. Si l’af­faire n’est qu’une for­ma­li­té pour cer­tains comme Sar­ko­zy, Jup­pé et Fillon, elle vire au che­min de croix pour les autres. Et NKM n’y échappe pas. « Ça rentre bien. Mais la crainte, c’est que le rythme ra­len­tisse avec les va­cances d’été, sur­tout au mois d’août », s’in­quiète celle qui dit en être à la moi­tié de la ré­colte.

Alors de­puis le dé­but de l’été, chan­ge­ment de stra­té­gie : « La prio­ri­té, ce sont les par­rai­nages. Avec une com­mu­ni­ca­tion clai­re­ment orien­tée vers cet ob­jec­tif », confie-t-elle. A l’image de cette vi­déo mise en ligne au dé­but du mois, met­tant en scène ses prin­ci­paux concur­rents en train d’ap­pe­ler à la sou­te­nir… sur la base d’images dé­tour­nées de leur contexte. Un vé­ri­table buzz sur le Web, avec dé­jà plus de 800 000 vues. « Ce qui est dingue, c’est que je passe en ce mo­ment la moi­tié de mes dis­cours à par­ler des condi­tions d’or­ga­ni­sa­tion de cette élec­tion. Ce n’est pas nor­mal. Sar­ko­zy ver­rouille tout », en­rage NKM, qui un peu plus tard, de­vant des mi­li­tants réunis à Mont­pel­lier, donne un exemple : « Re­gar­dez le nombre d’emails que vous re­ce­vez pour vous in­for­mer des pas­sages mé­dias et des déplacements de Ni­co­las Sar­ko­zy. C’est dé­li­rant ! Et pour vous par­ler de la pri­maire ou de la cam­pagne des par­rai­nages ? Zé­ro ! »

« Tout ce­la n’est quand même pas nor­mal, » re­con­naît Em­ma­nuel Des­se­lier, ré­fé­rent de Bru­no Le Maire à Bé­ziers, ve­nu écou­ter les ar­gu­ments de la can­di­date… à la can­di­da­ture. « On peut ne pas par­ta­ger les mêmes idées qu’elle. Mais elle a sa place dans la com­pé­ti­tion. Je vais donc lui don­ner mon par­rai­nage », pour­suit sans la moindre gêne le pro-Le Maire. Une si­gna­ture de plus pour Na­tha­lie Kos­cius­ko-Mo­ri­zet qui au­ra re­cueilli une tren­taine de sou­tiens au cours de ce pé­riple hé­raul­tais. « Sur la cen­taine d’adhé­rents ren­con­trés, ça fait plu­tôt un bon ra­tio », se gar­ga­rise son en­tou­rage. Mais le che­min est en­core long…

« Sar­ko­zy ver­rouille tout »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.